Gonzalo de Berceo - français

Imprimer

GONZALO DE BERCEO

 

L’ombre centenaire du majestueux pistachier,

Les fleurs or et soleil des souriantes courgettes

Et le murmure délicieusement haletant

Des milliers de pages joyeusement mystiques

Du maître Gonzalo de Berceo

Du monastère San Millán de la Cogolla !

 

Ô docte clerc, génie des procédures didactiques

Seigneur flamboyant de la poésie

Lampe brillante de l’âme

Et respiration éthéré de l’esprit

Qui émeut mon cœur ardent de slave éclairé

Et fervent admirateur

De l’insigne et incisive rhétorique latine !

 

Toi, chantre séraphique,

Hagiographe exalté de saint Millán de Cogolla,

Glorificateur fougueux de saint Dominique de Silos,

Conteur enthousiaste de la vie de sainte Oria

Et du martyr de saint Laurent !

 

 

Je lis en pleurant d’admiration

Tes pages mariales :

Louanges à Notre Dame,

Chagrin qu’eut la Vierge le jour

De la Passion de son Fils,

Miracles de Notre Dame !


L’âme désire tant le printemps

Et les avalanches neigeuses des lilas

Sous le chuchotis envoûtant

Des frêles feuilles des peupliers

Et les contes magiques

Des vents cristallins de la saison heureuse.

Près de ta tombe poussent,

Gardant dans leurs fidèles mémoires,

Le blanc églantier où chante la nuit

Le magique rossignol,

Le safran bleu et le jaune genêt.

Des enfants enchantés jouent

À l’ancestrale marelle, au jeu de l’oie,

Et à l’initiatique labyrinthe.


Les cerisiers enferment

Dans leurs fleurs virginales

Le parfum subtil de ton âme

Mêlé à celui du palpitant avril !

Ah combien d’aubes ont illuminé le monde

Depuis ton endormissement

Dans les miséricordieux bras

Du Christ, notre Dieu et Seigneur !

Athanase Vantchev de Thracy

Paris, le 27 février 2020

 

Glose :

Gonzalo de Berceo est un homme d’Église et poète castillian du XIIIe siècle, auteur d’une douzaine de recueils d’inspiration religieuse. Il est le premier poète en langue espagnole. Sa vie nous est mal connue en dépit de l’importance de ses compositions. Seuls quelques actes notariaux du monastère de San Millán  de la Cogolla et quelques références dispersées dans ses œuvres peuvent nous renseigner avec certitude sur son parcours.

Il est probable qu’il soit né autour de l’an 1196, dans le village de Berceo, au cœur de la Rioja (province autonome située au nord de l'Espagne). Il est par la suite éduqué au monastère de San Millán de la Cogolla, auquel il restera attaché au cours de sa carrière ecclésiastique. Il y exerce les fonctions de diacre, puis, plus tard, de prêtre. Il décède sans doute en 1264.

Sa formation intellectuelle est particulièrement vaste. Le terme de maestro cité dans les Milagros de San Millán de la Cogolla semble renvoyer à un titre universitaire qu’il a obtenu aux Estudios Generales (ancêtre de l’université) de Palencia à une date comprise entre 1223 et 1236. Il possède de remarquables connaissances administratives et juridiques qui lui permettent de détenir la fonction de notaire de l’abbé du monastère, Juan Sánchez. Sa culture littéraire est palpable dans son œuvre. Gonzalo de Berceo domine la rhétorique, les lettres latines médiévales, ainsi que la littérature en langues romanes vernaculaires, notamment française.