Deux frissons d'azurite - français / anglais

Imprimer

DEUX FRISSONS D’AZURITE

I.

Les pêchers aux petites fleurs rouges

Tremblent sous les caresses de la brise du matin,

Quelqu’un joue de la flûte

Dans l’air parfumé

Et frais comme un soupir.

 

Sourire, aspirer toutes les voix

Des oiseaux du verger.

Mes yeux sont pleins de ravissement !

 

Qu’est-ce que l’être,

Ô ontologie secrète,

Question inaugurale,

Première dans le temps

Et première dans l'ordre de la connaissance !

 

Ô terrible angoisse de la limite !

 

II.

 

Les barques où les pécheurs joyeux

Reviennent de la mer calme.

Des mouettes harmonieuses

Accompagnent leur retour,

Les nuages dérivent sous leurs cris !

 

On entend une voix posée, uniforme

Venue comme un baiser de la rive.

Les paroles du chant

Sont d’une acuité frémissante !

 

Sur un balcon ocre,

Des enfants au sourire pur

Et à l’âme simple,

Jouent avec un chaton jaune !

 

Là, au fond d’une chambre

Peinte à la chaux,

Le visage blême de la solitude d’une âme

Sous le ressac des mots non dits !

 

Athanase Vantchev de Thracy

 

Paris, le 21 avril 2019

Glose :

Azurite (n.f.) : L'azurite est un minéral composé de carbonate de cuivre hydraté, de formule Cu3(CO3)2(OH)2.

L'azurite est connue depuis le XXVIIe siècle av. J.-C. : il existe des traces d'azurite en poudre dans les pots d'onguent égyptiens de la IVe dynastie égyptienne. Les Grecs la désignaient sous le terme de kuan qui a donné le mot cyan et les Romains sous celui de caeruleum (Pline l’Ancien dans le livre XXXV de son Histoire naturelle l'appelle armenium). Le bleu égyptien, plus abondant, le concurrença rapidement.

C'est la description de François Sulpice Beudant en 1824 qui fait référence ; il lui a donné le nom d'azurite, du persan Lazhward, bleu, en allusion à sa couleur.

 

ENGLISH:

 

Two Azurite Frissons

 

1.

The peach trees with the small red flowers

tremble beneath the caresses of the morning breeze,

someone is playing a flute

in air fragrant

and fresh as a sigh.

 

I want to smile, to breathe in all the voices

of the birds in the orchard.

My eyes are full of rapture!

 

What is being,

O secret ontology,

the inaugural question,

the first in time

and the first in the order of knowledge!

O the terrible anguish of limitations!

 

2.

Joyful fishermen are returning in small boats

from the calm sea.

In harmony, seagulls

accompany their return,

the clouds drifting to their cries!

 

A steady even-toned voice

comes like a kiss from the river bank.

The words of the song

are of a shattering acuity!

 

On an ochre balcony,

children with pure smiles

and simple souls

are playing with a yellow kitten!

 

There, in the depths of the room

with whitewashed walls,

the pale face of a soul’s solitude

beneath the undertow of unspoken words!

 

 

Translated from the French of Athanase Vantchev de Thracy by Norton Hodges

Mis à jour ( Mardi, 23 Avril 2019 19:29 )