Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

UN LIEU ABSOLU ET IMMEDIAT (français)

PDF
Imprimer
Envoyer

UN LIEU ABSOLU ET IMMEDIAT

A Joseph De Courtivron 

« Parfois les pas du temps
S’arrêtent et le silence alors
S’installe… »

            Zoé Karelli

 

Mais qu’est-ce donc qui nous fait pleurer la nuit

Devant une vieille photographie ?

Que payons-nous de nos âmes, de nos paupières,

Assis en face des racines du ciel ?

Un rêve tendre

Dans un autre rêve merveilleux évanoui ?

 

Nous qui savons que nous ne partons jamais

Tout en nous éloignant chaque jour de nous-mêmes,

Nous qui restons immortels

Tant que notre cœur reste aussi impalpable que le parfum

Des jacinthes posées sur la vieille commode,

Tant que notre âme habite

La chambre secrète de l’amour.

 

Mais qu’est-ce qui donc nous fait vibrer

A l’approche d’une voix adorée ?

Est-ce l’imprévisible scintillement

De son étrange destin,

Ou le rayonnement somptueux de sa joie ?

 

Ami,

 

Si loin demeure tout secret,

Si lointaines sont en réalité

Les choses évidentes de la nature

Pour nous qui cherchons

La mesure juste, la clarté pure,

La beauté absolue d’un lieu immédiat !

 

La Beauté à laquelle tout être demeure

Divinement dévoué,

Car son essence,

Ami,

C’est la vie fébrile, la vie palpitante elle-même,

C’est l’air, l’eau, la lumière,

Le mortel, le dur, le périssable,

Touchés par la grâce

D’une parole axiale !

 

C’est l’immortel, l’éternel et le vrai,

Mon Ami,

C’est enfin l’infini

Dans sa plus libre substance !

 

            Athanase Vantchev de Thracy

Paris, le 8 juillet, Anno Domini MMVIII

Glose :

Zoé Karelli (1901-1998) : poétesse grecque, issue d’une grande famille de Salonique. Ses poèmes, partagés entre l’élan de la sensualité et l’inquiétude religieuse, sont le journal intime d’une âme, un long questionnement où les vivants semblent parfois moins vivants que les morts. Elle est l’auteur de 12 recueils de poésies. Zoé Karelli a également écrit des essais, dont un sur Claudel et un autre sur Beckett.