Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

TOI, INCESSIBLE CLARTE (français)

PDF
Imprimer
Envoyer

 

TOI, INCESSIBLE CLARTE

A Luis Arias Manzo

« Allahu-r-rabu dhahana lana »
(Le Seigneur est Dieu, Il nous est apparu”)


Office des rameaux, deuxième ikos dans la tradition melkite


Cette toute petite luciole,
Grêle, délicate, confiante, agile,
Petite veilleuse clignotante
Dans  la nuit illimitée,
Souffle vacillant
Suspendu dans l'abîme de l'air !

Toi, flamme infime,
Craintive, transparente lueur,
Aussi cher à mon cœur
Que l'inaccessible ciel
Ensemencé d'étoiles !

Toi, âme douce,
Âme fragile qui,
Tremblotant entre
Deux feuille du plaqueminier,
Murmure aimablement
A mon oreille :

Tais-toi,
Il faut se taire !

Reste immobile,
Ecoute :

Alles atmet und dankt !

          Athanase Vantchev de Thracy

Paris, le 24 juillet 2008

Glose :

Incessible (adj.) :
qui ne peut être cédé, inaliénable.

Ikos (n.m.) : mot grec qui signifie « maison ». Strophe faisant partie des anciens hymnes ou kondakia, pluriel de kondakion ou kondak. Kondakion (n.m.) : hymne qui se place après la sixième ode du canon des matines, repris pendant la Divine Liturgie. À l'origine, première forme accomplie de composition poétique liturgique de Byzance, créée par saint Romain le Mélode (VIe siècle).

Melkite (adj.) : qui appartient à l'Eglise Melkite Grecque Catholique. Celle-ci se trouve sous la juridiction du Patriarche melkite grec catholique, Sa Béatitude Maximos V. Initialement installée au Proche-Orient, elle a vu ses membres se disperser en Europe, en Amérique, en Afrique et en Australie. Cette Église compte environ deux millions de fidèles. La langue liturgique des melkites est l'arabe et partiellement le grec. L'Église Melkite Grecque Catholique comprend un patriarcat et quatorze archidiocèses. Les catholiques du Proche-Orient sont en plus grande partie des catholiques de rites orientaux.

Plaqueminier – Diospyros kaki (n.m.) : arbre de la famille des Ebénacées originaire de Chine et cultivé dans les pays chauds pour son fruit, le kaki ou plaquemine.
Le terme plaquemine aurait été emprunté à l'algonquin (la langue des Algonquins, peuple amérindien d'Amérique du Nord). Les Algonquins le nommait piakimin. Le terme kaki  aurait été emprunté à l'hindi (kaki en hindi signifie couleur de poussière), ou au japonais kakino qui désigne le fruit et qui signifie fruit de choix.

Le nom générique Diospyros dérive du grec diospyron qui fut donné à l'arbre par Théophraste (IVe siècle av. J.-C.).  Il est formé de dios, divin, et pyros, froment. Les Anciens considéraient le fruit comme une  nourriture des dieux.

Théophraste (vers 372 - vers 287 av. J.-C.) :  en grec ancien  Θεόφραστος, philosophe de l'école du Lycée. D'origine lesbosienne (l'île de Lasbos), il se nomme Tyrtamos. Il part étudier, jeune, la philosophie à Athènes. Il est l'élève de Platon puis d'Aristote, qui le surnomme Θεόφραστος, « divin parleur ». Aristote en fait également son successeur à la tête du Lycée. À ce poste, il a plus de deux mille élèves, si l'on suit la tradition, dont le poète  Mémandre.


Sa spécialité sont les sciences naturelles, et plus spécialement la botanique, sujet de deux ouvrages, Histoire des plantes (Περὶ Φυτῶν Ιστορίας) et Causes des plantes (Περὶ Φυτῶν Αἰτιῶν). C'est lui qui est à l'origine de la différenciation théorique entre règne animal et règne végétal, distinction qui permet la naissance d'une véritable nouvelle discipline : la botanique.  


Son Histoire des plantes traite de la morphologie et de la classification des végétaux. Théophraste donne également des informations sur leur utilisation.

Les Causes des plantes aborde des problèmes de la physiologie végétale notamment de la croissance et la reproduction. Pour cela, il forge un vocabulaire descriptif spécifique qui lui permet de décrire les différentes parties d'une plante. Dans ses écrits, il mêle observations personnelles et connaissances des auteurs anciens ou de son temps. Théophraste évoque aussi des espèces lointaines qui ont été rapportées après les conquêtes d'Alexandre le Grand ou qu'il reçoit d'Egypte. Il mentionne en tout plus de 550 espèces que l'on peut encore identifier, la plupart sont utiles à l'agriculture. Théophraste les classe en quatre groupes : les arbres, les arbustes, les arbrisseaux et les herbes (c'est-à-dire les végétaux non ligneux). Il est conscient de l'aspect arbitraire de ce système et convient qu'une plante peut être classée dans plusieurs groupes.

Il est également l'auteur d'un traité Sur les pierres (Περὶ Λίθων) et de Caractères (Ἠθικοὶ Χαρακτῆρες) dont s'inspire, plusieurs siècles plus tard, Jean La Bruyère.


Alles atmet und dankt : vers de Rilke qui signifie Tout respire et remercie.

 

 

Mis à jour ( Vendredi, 22 Janvier 2010 21:15 )