Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

TROIS PETITES VIOLETTES (français)

PDF
Imprimer
Envoyer

TROIS PETITES VIOLETTES

 

I.

 

Non, ne la touchez pas, amours,

Elle est si belle, endormie dans sa robe blanche !

Ne froissez pas la lumière de son visage,

Ne plissez pas le bouquet de coquelicots

De ses lèvres suavement entrouvertes !

 

Elle dort, amours,

Laissez-moi, oui, laissez-moi

Sentir son souffle de volettes blanches

Sur ma joue éplorée

Et admirer sa petite poitrine d’enfant

Qui se soulève et retombe avec la douceur

D’une vague matinale tour à tour embrassée

Par la brise et l’aurore. 

 

II.

 

Si grande est la solitude, amours,

Si chaude la tristesse tombée

Sur la blancheur de la nappe

Qui attend le sourire

D’un ange !

 

III.

 

Non, n’aie pas peur, mon amour,

Mon cœur veille sur ton sommeil

Non, n’aie pas peur,

Ma grêle campanule !

 

Amour,

Précieux et fragile

Comme une tasse ancienne

De porcelaine de Chine.

 

Je suis la mémoire et le corps

D’un songe millénaire,

La clé d’une boîte à secrets

Que la mort cherche en vain

A ouvrir !

 

Je suis, ô mon amour,

La rose cicatrice du matin

Contre le livre bleu de la vitre !

 

            Athanase Vantchev de Thracy

Paris, le 4 mai 2008