Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

SOIF INALTEREE (français)

PDF
Imprimer
Envoyer

SOIF INALTEREE

A Antoine Baschet

"Nous ne connaissons que Jésus-Christ, Maître du Ciel et de la terre, mort sur la Croix pour notre salut."

            Saint Cyriaque de Malaga

Tu viendras, mon Prince, dans le pays splendide
De l’infinie tendresse où règne la lumière
Et nous serons amis des fleurs et des pierres,
Des oiseaux chanteurs, des rivières limpides !

Nous marcherons vêtus de la rosée viride
Sur les chemins des âmes dont la bonté éclaire
Les cœurs blessés d’amour, les pages des bréviaires,
Les mots sertis dans l’or des manuels vivides !

            Athanase Vantchev de Thracy

Paris, ce mercredi 20 février, Anno Domini MMVIII

Glose :

Saint Cyriaque (mort martyrisé à Rome en 304) : du latin Cyriacus, lui-même du grec Kuriakos / Κυριακός, prénom qui signifie « seigneur, maître ». Saint Cyriaque était de famille patricienne. Il exerça longtemps les fonctions de préfet de la Toscane. Appelé par Dieu, il embrassa la religion chrétienne et donna tout son bien aux pauvres. Cyriaque fut ordonné diacre sous le Pape Marcellin. Lui et son collègue Largus, diacre comme lui, surpris pendant qu'ils portaient des vivres aux chrétiens persécutés que l'on occupait à la construction d'un monument de l'empire, furent condamnés au supplice et jetés dans un cachot. Cependant la fille de l’empereur Dioclétien fut possédée d'un démon qui la tourmentait avec violence et disait : « Cyriaque seul pourra me chasser ». Dioclétien envoya chercher le saint homme dans sa prison. Cyriaque, Largus et un autre chrétien, Smaragus,  furent emmenés au palais. La jeune fille fut délivrée et reçut bientôt le baptême à l'insu de son père. L’empereur accorda la liberté aux trois hommes. Or le démon chassé du corps de la fille de l'empereur s'était emparé de la fille du roi de Perse, qui s'écriait dans ses tortures que Cyriaque de Rome pouvait seul la délivrer. Cyriaque, mandé par le roi persan, consentit à faire le voyage avec ses deux compagnons, espérant procurer la gloire de Jésus-Christ. La fille possédée fut guérie au nom de Jésus-Christ et devint chrétienne. Cyriaque et ses amis demeurèrent quelques temps en Perse pour prêcher la nouvelle foi. De retour à Rome, ils profitèrent de leur liberté pour continuer à soulager les pauvres et les malheureux. Mais bientôt, pendant l'absence de Dioclétien, l'autre empereur, Maximien, fit saisir les trois hommes et leur demanda d’adorer les dieux de l’empire. « Nous ne connaissons, –  répondit Cyriaque, – que Jésus-Christ, Maître du Ciel et de la terre, mort sur la Croix pour notre salut. » Aussitôt le bourreau reçut l'ordre de verser de la poix bouillante sur la tête de Cyriaque qui se mit à chanter : « Gloire à Vous, Seigneur, qui me jugez digne de souffrir pour Votre nom ! ». « Qu'on l'étende sur le chevalet – s’écria alors le juge de l’empereur – qu'on le frappe à coups de bâtons ! » Pendant le supplice, Cyriaque, souriant et paisible, les yeux levés au Ciel, murmurait cette prière : « Seigneur Jésus, gloire à Vous! Ayez pitié de moi, Votre indigne serviteur ; je Vous rends grâces, mon Dieu, qui me permettez de souffrir pour Votre saint nom! » Les trois  invincibles martyrs eurent la tête tranchée. Fête : le 8 mai.

On connaît plusieurs saints catholiques et orthodoxes portant ce nom. Voici les principaux :

  1. Cyriaqe de Malaga (mort 304), martyr à Rome.
  2. Cyriaque de Trèves (+ 303), acolyte (compagnon) de saint Maximin de Trèves.
  3. Cyriaque de Jérusalem, IVe siècle, évêque mort torturé sous Julien l'Apostat.
  4. Cyriaque l'Anachorète (mort 556), anachorète (religieux qui vit retiré du monde) palestinien.
  5. Cyriaque était parfois écrit Quiriace.  Saint Quiriace fut évêque d'Ostie au IIIe siècle.
  6. Cyriaque de Bisericani (mort 1730), moine moldave.

Viride (adj.) : du latin viridis, « vert ». Couleur qui tire sur le vert, assez sombre.

Vivide (adj.) : du latin vividus, « plein de vie, vivant, animé, vigoureux »