Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

SAINTE ANNE ANTIQUE PATRONNE DE GANDIE (français)

PDF
Imprimer
Envoyer

SAINTE ANNE ANTIQUE PATRONNE DE GANDIE

A Doña Maria Teresa Fernández de la Vega

 

« Si quelqu’un m’aime,

il gardera ma parole,

et  mon Père l’aimera

et nous viendrons vers lui

et nous nous ferons une

demeure chez lui » 

      Evangile selon saint Jean, XIV, 23

 

Le jour perpétuel, le suaire du ciel serein,

Le poids soudain de l’heure sur l’or des paupières,

Et cette splendeur des murs où le soleil et l’air

Embrassent la sainteté des livres anciens !

 

Je viens vers toi ô Mère de Notre-Dame des Cieux,

Les mains remplies de roses, le cœur de lumière,

Et l’âme mélodieuse comme un antiphonaire

Où anges et hommes exaltent le Cœur de Notre Dieu !

 

Le souffle et le chant, les deux mouvements du corps,

Je te les donne, ô Mère, accueille ma douce offrande,

Protège ma langue limpide de ceux qui me pourfendent,

 

Comme tu protèges sans faille la vertueuse Safor

Et veille sur Gandia du haut de ton clocher,

Patronne céleste des âmes et Forteresse de paix !

 

            Athanase Vantchev de Thracy

Paris, ce mardi 20 mars, Anno Dominu MMVII

Sainte Anne est l’antique Patronne céleste de la ville de Gandie. L’ermitage Sainte-Anne-de- Gandie, construit au XIVe siècle, est un haut lieu de pèlerinage. Pendant la nuit de la Nativité du Christ ont y représente le mystère moyenâgeux du Chant de la Sibylle. C’est une célébration liturgique et théâtrale chantée qui a été sauvé de l’oubli par le père Vicent Faus. Voici un extrait du Chant de la Sibylle :

El jorn del judici

es pagarà nostre servici.

 

Jesucrist, rei universal,

home i Déu eternal,

del cel vindrà per a jutjar

i a cada u lo just darà.

 

Glose :

Sainte Anne : de l’hébreu hannah, « la grâce ». Latin : Anna ; allemand : Ann ; anglais : Ann, Anna, Nancy ; espagnol : Ana ; italien : Anna ; russe et bulgare : Анна.

Sainte Anne est la mère de la Vierge Marie. Fête le 26 juillet en Occident, le 25 juillet en Orient. Elle était de la tribu de Juda et de la lignée royale de David. Anne et Joachim, son époux, lui aussi de la tribu de Juda, étaient riches et possédaient de grands troupeaux. Ils menaient une vie sainte, mais malgré leurs prières ferventes, n'avaient malheureusement pas d'enfant. C'était pour les Juifs la pire des malédictions et elle valut à Joachin de voir refusée l'offrande qu'il portait au temple. Enfin, après bien des prières et des humiliations, ils sont exaucés : Marie, mère de Dieu est conçue et sa conception est immaculée.

Aucun texte du Nouveau Testament ne mentionne le nom d'Anne. Elle apparaît pour la première fois dans le Protévangile de Jacques, évangile apocryphe du IIe siècle de notre ère. Les circonstances de sa maternité tardive sont empruntées à l'Ancien Testament et à l'histoire d'Anne, mère de Samuel (I Samuel II, 11). Une scène de sa vie légendaire est la rencontre miraculeuse d'Anne et de son futur mari Joachim à la Porte dorée, à Jérusalem.

Sainte Anne est honorée en Orient dès le Ve siècle où l'empereur Justinien élève une basilique en son honneur. En Occident, la dévotion à sainte Anne semble avoir pris son essor à l'époque des croisades. Son culte est reconnu par Urbain VI en 1382. Sa fête sera successivement supprimée par saint Pie V, puis rétablie par Grégoire XIII, déclarée fête chômée par Grégoire XV, puis réduite au rite de 2e classe par Léon XIII. Enfin, c'est le pape Paul VI qui fusionne la fête de sainte Anne avec les deux fêtes que possédait jusque-là saint Joachim, le 20 mars et le 16 août.

On vénère dans la cathédrale basilique Sainte-Anne d'Apt une partie du corps de sainte Anne. D'après la tradition, le corps de sainte Anne aurait été apporté d'Orient à Marseille ou en Arles à l'époque gallo-romaine, confié à un évêque d'Apt par une religieuse, caché au temps des invasions et retrouvé sous le règne de Charlemagne. Une grande partie des reliques de sainte Anne maintenant dispersées proviennent d'Apt.

Mais nulle part au monde sainte Anne n'est honorée comme en Bretagne où, de 1623 à 1625, elle apparaît à Yves Nicolazic de Keranna, près d'Auray.

Je tiens à dire que ma famille a été mise sous la protection céleste de sainte Anne au XVIIe siècle par mon ancêtre Ivan (Vantcho – diminutif affectif de Ivan). Mon arrière-grand-père Michel a contribué largement à la reconstruction, au XIXe siècle, du monastère Sainte-Anne-de-Thracy qui se situe à 2 km du village de Thracy et à 16 km de la ville de Haskovo, ma ville natale. Le village de Thracy est le berceau antique de ma famille. Depuis le début du XVIIe siècle, mes ancêtres contribuent à la conservation de ce saint lieu. Mes parents, Lata Russinoff et Nicolas Vantchev de Thracy, ont offert à l’église principale l’icône en mosaïque qui orne sa façade, et la fontaine d’eau potable à l’entrée du monastère. Mon frère Michel et moi-même avons restauré le toit de l’église Sainte-Anne.

Doña Maria Teresa Fernández de la Vega est la première vice-présidente du Gouvernement de Valencia et Ministre de la Présidence.

Antiphonaire (n.m.) : du grec antiphônos / ’αντίφωνος, « qui résonne en réponse », « qui accompagne ». Livre qui contient les chants, antiennes et répons, de l'office monastique. A partir du VIIIe siècle, l’Antiphonaire est devenu le recueil des offices diurnes, à quoi s'ajoutent parfois l'hymnaire et l'office nocturne.