Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

QUE SONT DOUCES AU CŒUR… (français)

PDF
Imprimer
Envoyer

 

QUE SONT DOUCES AU CŒUR…

A Vladimir Tchekhoff

"Was it vision, or a waking dream?
Fled is that music: - Do I wake or asleep?”

("Etait-ce illusion ou songe des yeux ouvert?
Le chant s’est envolé. Suis-je éveillé ? Suis-je endormi ?")

            John Keats (1795-1821)

            Ode sur une urne grecque

 

Que sont douces au cœur les choses familières,
La chaude musique qu’elles dégagent, adagios bleus,
Voix rouge cardinal, récitatifs orange !

 

Les galets chantent sous les vastes baisers de l’écume,
Les clochettes blanches des vagues les parfument
De senteurs pures, délicates, insoupçonnables !

 

A qui appartiennent ces doigts tressés à l’air à jamais ?
Cette grave et rieuse fugacité des sentiers, où mène-t-elle, où ?
A qui elle doit de fragiles confidences ? Des secrets innocents ?
Est-elle en cet instant même la Beauté, la Grâce au centre
Du grand mystère de la Création ?

 

Hermès tenant Dionysos enfant dans ses mains splendides,
Les Jeux Olympiques, oeuvres des Hellanodices,
Trèves sacrées, annoncées par des hérauts
Qui parcourent la Grèce habillée d’oliviers,
Concours de sonneurs de trompettes,
Délires hippiques,
Pentathlon et course à pieds, lutte, pugilat,
Pancrace et course armée,
Ex-voto dédiés aux sanctuaires éternels !

 

Mes paroles m’emportent où elles veulent !
Aidez-moi, maintenant, ô diamants frais,
A retrouver la perle de la première émotion !

 

Où étais-je au début ? Où ?
Est-ce près du temps
Qui court comme un berger lumineux
A travers les prairies ?
Mais où donc se hâte-t-il dans
Cette solennelle immobilité des lèvres ?

 

Est-ce vers le soir ami
Du mince ruisseau enchanteur
Et frères des mystères
De ces choses familières
Si agréables au goût !
Le sais-je ?

 

Lumière qui t’habilles de robes d’or,
De crépuscules
Et de dentelles d’herbe réséda !
Viens, tendre compagne, viens !
Dépose le blanc bouquet
De morphèmes mélodieux
Dans le livre enfin apaisé ! 

            Athanase Vantchev de Thracy

Paris, ce mardi 11 janvier, Anno Christi MMV

Glose :

Hermès tenant Dionysos enfant dans ses mains : célèbre statue de Praxitèle datant de 343 av. J.-C., trouvée à Olympie dans le Péloponnèse.

Hellanodice (n.m.) : juge aux Jeux Olympiques.

Pentathlon (n.m.) : du grec pente, « cinq » et athlon, « combat ». Sport pratiqué par les
athlètes grecs et romains et qui comprenait cinq exercices : courses de deux cents et de quinze
cents mètres, saut en longueur, lancement du disque et du javelot. Le pentathlon
moderne comprend :
tir au revolver ou au pistolet, natation, escrime à l’épée, équitation,
cross.

Pugilat (n.m.) : Dans l’Antiquité, combat entre boxeurs aux poings gantés de cestes. Ceste
(n.m.) :
du latin caestus, peut-être du verbe caedere, « frapper ». Courroie garnie de plomb
dont les athlètes en Grèce s’entouraient les mains pour le pugilat.

Pancrace (n.f.) : exercice gymnique de la Grèce antique qui combine la lutte et le pugilat.

Morphème (n.m.) : de morpho ou morphê, « forme » et de phonêma, « son de voix ».
Elément grammatical d’un mot. La plus petite unité significative.