Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

PALPITATIONS (français)

PDF
Imprimer
Envoyer

PALPITATIONS

« Yelken ol, kürek ol, dümen ol, balık ol, su ol;

Git gidebildiğin yere.”

(“Sois voile, sois rame, sois gouvernail, sois poisson, sois eau,

Va jusqu’où tu pourras ») 

            Orhan Veli

 

Un jour, mon Ami, un jour,

Je serai les fleurs, les mouettes, le vent,

Le soleil et la barque sur l’indigo de la mer,

La lettre d’amour oubliée sur la table

De quelque modeste taverne !

 

Oui, un jour je serai

L’humble marguerite dans les champs,

Le minuscule grain de riz qui attend

Le baiser de l’été,

La flamme au cœur des pierres,

Les rayonnantes ténèbres du temps,

La radieuse obscurité d’un poème !

 

Un jour, c’est sûr,

Je partirai

Au moment où l’aube

Sera encore couchée, toute blanche,

Dans le cœur des capucines.

 

Tu  seras probablement triste,

Noyant dans un simple, dans un sourd sanglot

Les liens obscurs, ardents, complexes

Qui nous liaient

A la rose beauté des printemps !  

 

Ô, mon Ami,

Puisse à jamais

Ma nuit demeurer lumière !

 

            Athanase Vantchev de Thracy

Paris, ce jeudi 8 octobre, Anno Domini MMIX

Glose :

Orhan Veli (1914-1950) : un des plus attachants poètes turcs, mort à trente-six ans d'une congestion cérébrale. Il laisse cinq petits recueils de poèmes, réunis aujourd'hui en un volume, ainsi que des essais critiques sur l'art et des traductions de poètes français. « Rien d’étonnant, écrivent ses traducteurs Elif Deniz et François Graveline, si plus d’un demi-siècle après sa disparition, il suffit de dire Orhan Veli pour s’entendre bien souvent citer quelques vers de lui, comme ceux-ci, il y a peu, dans la bouche gourmande d’un cordonnier de Kadikőy, sur la rive asiatique d’Istanbul :

« Bien-aimée qui ne vient pas en plein jour

Ne viendra jamais après minuit »