Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

Ô TEMPS SUBLIME, Ô PÂQUES DIVINE O (français / anglais)

PDF
Imprimer
Envoyer

Ô TEMPS SUBLIME, Ô PÂQUES DIVINE

 

« C’est pourquoi même l’univers, dans son entier, ne suffit pas à l’élan de la contemplation et de la conception humaines ; mais  les intuitions franchissent souvent les bornes de l’enveloppe ; et, faisant le tour de la vie d’un coup d’oeil circulaire, on perçois combien ce qui est supérieur et beau l’emporte en tout, on reconnaîtra rapidement la fin pour laquelle nous sommes nés »

 

         Longin (vers 213-273),

         Traité du sublime

 

Les premières primevères sont en fleurs, mon âme,

Comme elles sont radieuses, comme elles sourient, ô mon âme,

Comme elles jouissent de l’ample estime des saisons !

Ô douce promesse de la larme, calices germinatifs de joie !

Ô fleurs qui donnez aux mots un sens virginal,

Libre, glorieux, surprenant !

 

Que sonnent les cloches des archanges !

 

Ô Temps sublime, ô Pâques divine,

Ajoute ton pur savoir au lissage qu’apporte le matin,

Toi qui est temps en dehors du temps ordinaire

Et lumière en dehors de toute lumière !

 

Chantez, chantez, choeurs célestes, vous qui préexistez

Avant le dévoilement du Destin !

 

Que sonnent les cloches des archanges !

 

Sans toi, ô Fête des fêtes, ma vie aurait-elle

Plus de valeur qu’un grain d’infime poussière ?

 

Ouvre mes prunelles, ô Nuit des nuits,

Fais-moi entrer dans la Vie de la vie,

Fais-le, j’en t’en supplie,

Par un glissement inattendu,

Comme par une dissidence spontanée,

Qui se produira aujourd’hui,

Presque à mon corps défendant !

 

Que sonnent les cloches des archanges !

 

Lie, mets ensemble, ô Jour de Vie immémorable,

Ce qu’il y a de plus vrai, de plus aigu et de plus transparent

Dans mon amour !

 

Prête à ma mince mélodie force, persuasion et beauté !

Impose à mon corps le doux transport des rouges-gorges

Evanouis dans l’écume des glycines,

La tendresse hardie des bourgeons !

 

Que sonnent les cloches des archanges !

 

Ô Pâques des âmes attentives !

Comme est belle cette nuit la Nuit !

Comme l’ombre s’amenuise à l’approche de l’Aurore !

Comme l’édifice des planètes et des astres

Ouvre sa divine élégance aux lèvres

Touchées par l’extrême intimité de la grâce !

 

Que sonnent les cloches des archanges !

 

Sagesse du déploiement ! Sagesse de l’intensité !

Année qui échappe à la scansion des horloges,

Ramène au jour les sépultures des êtres aimés,

La végétation ensauvagée qui console leur sommeil,

Les ossements bouleversés

Des caveaux bâtis par les mains flamboyantes de la foi,

Les souvenirs des hautes nécropoles où repose intacte à jamais,

L’ultime Espérance !

 

Que sonnent les cloches des archanges !

 

Viens, ô Pâque sublime, architecture suprême de l’azur,

Viens sur les flots de l’Aube,

Sur les battements des ailes

Qui construisent le château de l’âme,

Egare-moi sans rémission dans ta splendeur extatique !

Viens, avance, souris, ô Pâques mienne,

Les bras chargés de printemps !

 

Que sonnent les cloches des archanges !

 

A Paris, ce mercredi 20 avril, Anno Domini MMV

 

        Athanase Vantchev de Thracy

 

En cette année 2005, la fête de Pâques orthodoxe aura lieu le 1 mai.

Glose :

Longin (Longinos Kassios – vers 213-273) : philosophe et rhéteur grec. Ministre de la fameuse reine de Palmyre, Zénobie. Il fut mis à mort par les Romains lors de la chute de cette florissante cité syrienne. Néoplatonicien, élève d’Ammonios Saccas à Alexandrie, il enseigna la rhétorique à Athènes et en Syrie. Il est l’auteur de l’un des plus saisissants ouvrages de l’Antiquité, le Traité du sublime.

Ammonios Saccas en latin Ammonius (fin IIe - début IIIe siècle) : ayant abandonné le christianisme, il fut le fondateur du néoplatonisme à Alexandrie où Plotin, Origène et Longin furent ses disciples.

Néoplatonisme (n.m.) : doctrine philosophique à tendance mystique qui a pris naissance à la fin du IIe siècle, à Alexandrie, lieu de rencontre des civilisations grecque et orientale et dont Ammonios Saccas est considéré comme le fondateur. Jusqu’au Ve siècle, le néoplatonisme se développa non seulement à Alexandrie, mais à Rome, à Athènes, à Apamée en Syrie. Cette doctrine doit beaucoup aux philosophes grecs Pythagore, Platon et Aristote, mais aussi à la pensée orientale et au développement de nouvelles croyances religieuses. Ses thèmes fondamentaux sont la théorie de l’émanation (ou procession) de toutes choses à partir de l’Un (ou du Bien), celles des trois hypostases (ou triades) – l’Un, l’Intelligence et l’Âme – et le mouvement de retour de l’Âme vers l’Un (ou conversion). Chez la plupart des néoplatoniciens, la philosophie est recherche d’une expérience mystique supra rationnelle. Ses plus illustres représentants sont : les Grecs Ammonios Saccas, Plotin (vers 205-270), Jamblique (vers 250-330), Proclus (412-485), Hiéroclès (Ve siècle), Simplicius (vers 500 - ?), le Syrien  Porphyre (234-305). Avec la redécouverte de ces auteurs au Quattrocento (XVe siècle) se développa un fort courant néoplatonicien représenté par le philosophe et humaniste italien Marsile Ficin (1433-1499), auteur d’une Théologie platonicienne et De christiana religione.  

 

ENGLISH : 

O Easter, Sublime, Divine

 

“That is why even the universe, in its entirety,
is insufficient for the momentum of human contemplation and human ideas.
Yet intuition often breaks through those limits, and, taking in the whole spectrum of
life, lets us see how the elevated and the beautiful prevail in all things
and quickly reveals to us the purpose of our lives on earth.”

Longinus, “Treatise on the Sublime”

 

My soul, the first primroses are in bloom,
how they shine and smile, O my soul,
how they bask in the generous goodwill of the seasons!
O sweet promise of tears, calyxes germinating joy!
O flowers that restore to words their original sense,
free, glorious, amazing!

Listen to the archangel bells!

O Easter, sublime, divine!
Weave your pure knowledge into the morning,
you who are time beyond ordinary time
and light beyond all light!

Sing, sing, celestial choirs, you who were there
before Destiny was unveiled!

Listen to the archangel bells!

Without you, O greatest of all feast days, would my life have
any more value than a tiny speck of dust?

Open your eyes, O Night of nights,
let me enter into the Life of lives,
I beg you, let me
slip through unexpectedly,
as if I'd suddenly changed my mind,
let me do this today
despite my body's protests!

Listen to the archangel bells!

Bind together, O immemorial Day of Life,
whatever is most true, most penetrating and most transparent
in my love!

Lend to my thin melody strength, persuasiveness and beauty!
Force me to feel the sweet ecstasy of robins
swooning in the foam of wisterias,
the bold tenderness of buds!

Listen to the archangel bells!

O Easter of the scrupulous!
How beautiful is this Night of nights!
How the shadows diminish at the approach of Dawn!
How the edifice of planets and stars
opens its divine elegance to lips
touched by the extreme intimacy of grace!

Listen to the archangel bells!

Wisdom of the material world! Wisdom of the depths!
Year that escapes the scansion of clocks,
bring back to light the sepulchres of the beloved dead,
the wild greenery that soothes their sleep,
the shattered bones
in the vaults built by the blazing hands of the faithful,
the memories of lofty necropolises where our ultimate Hope
rests for ever unbroken!

Listen to the archangel bells!

Come, sublime Easter, supreme architecture of the azure,
come on the waves of Dawn,
on the beatings of wings
that build the castle of the soul,
lead me astray without remission into your ecstatic splendour!
Come, step up, smile, O my Easter
your arms loaded with spring!

Listen to the archangel bells!

    Athanase Vantchev de Thracy

translated from the French of Athanase Vantchev de Thracy by Norton Hodges

21.06.05.

Mis à jour ( Jeudi, 15 Juillet 2010 15:03 )