Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

MAURICE DE SULLY (français)

PDF
Imprimer
Envoyer

MAURICE DE SULLY

« Rien que la mer éternelle pour toujours »      

            Paul Claudel, Ballade

 

Mort, le suprême Sully!... Pleurez navires agrestes,

Flèches, cathédrales voguant sur l’eau rapide des jours,

Vous, livre des rosaces, gargouilles rivées aux tours,

Nefs, chœurs et colonnades, signets d’une âme céleste !

 

            Athanase Vantchev de Thracy

Glose :

Maurice de Sully : Maurice de Sully, fils d'une bûcheronne de Sully-sur-Loire devenu évêque de Paris en 1160, décida de la construction de la plus belle cathédrale au monde, Notre-Dame de Paris. Notre-Dame, précédée par la basilique Saint-Denis et les cathédrales de Sens et de Laon, est l'un des premiers grands édifices gothiques construits en France. Le caractère sombre de l'intérieur de la cathédrale s'explique par cette ancienneté.

Maurice de Sully fit raser l'église du VIe siècle dédiée à saint Etienne, en préservant le portail de l’archidiacre Etienne de Garlande (portail Sainte-Anne de la façade occidentale). Le royaume de Louis VII connaissait alors une période d'essor exceptionnelle. La nouvelle cathédrale mobilisa 5 500 m² de surface au sol. Le tissu urbain fut profondément transformé. Le projet entraîna la destruction de tous les abords, à l'exception de l'enclos canonial et du baptistère. Un parvis fut aménagé par le déplacement, à l'Est, de la façade occidentale. La rue Neuve-Notre-Dame fut tracée afin de permettre le transport des matériaux sur le chantier.

Les travaux débutèrent à partir du chevet (du latin caput, « ouverture d’un vêtement par laquelle on passe la tête » : partie d’une église qui se trouve à la tête de la nef, derrière le chœur : abside). L'élévation intérieure s'étagea sur quatre niveaux, avec une file de roses au-dessus des galeries. Les tribunes furent ouvertes vers l'extérieur. Il n'existait aucun arc-boutant. Les travaux durèrent près de deux siècles (de 1163 à 1351). L'architecte de génie à l'origine du projet demeure inconnu. Un nouvel architecte, désigné dans les années 1170, entreprit l'ouverture des tribunes sur la nef par trois baies au lieu de deux. Le maître-autel fut consacré en 1182 par le cardinal légat. Un troisième architecte lança, avant l'achèvement de la nef, la construction du massif occidental jusqu'au niveau de la galerie des Rois. Il réalisa également le parvis. La façade fut raccordée aux maçonneries de la nef vers 1210-1220 par un quatrième architecte. Celui-ci modifia le projet initial en remplaçant la formule de la colonne par une composition similaire à celle de la cathédrale de Chartres.

Agreste (adj.) : du latin agrestis, lui-même de ager, agri, « champ, fonds de terre ». Champêtre, rustique. La vie agreste.

Gargouille (n.f.) : du radical garg, « gorge » et goule, « gueule ». Dégorgeoir en saillie par lequel s’écoulent, à distance des murs, les eaux de pluie recueillies dans les gouttières, les chenaux (du latin canalis, « canal »).

Signet (n.m.) : de signe, lui-même du latin signum, « marque, signe, empreinte » : chose perçue qui permet de conclure à l’existence ou à la vérité d’une autre chose à laquelle elle est liée. Réunion de petits rubans pour marquer les pages d’un missel, d’un bréviaire. Par extension : signe, marque. Signets d’une âme céleste : marques d’une âme choisie par Dieu !