Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

MARIE (français / danois)

PDF
Imprimer
Envoyer

MARIE

 

« Los grandes poetas no tienen biografía, tienen destino »

(« Les grands poètes n'ont pas de biographie, ils ont un destin »)

            León Felipe

I.

Que fais-tu à présent, ma chère Marie,
Mon enfant, belle comme les tendres violettes de mai,
Souple comme les vignes
Qui grimpent sur les pêchers
De notre Thrace ?

Je te vois en songe :
Comme, se posant sur ta joue,
Le petit vent du soir
T’appelle vers la claire musique
De la rivière séculaire.

La voix bleu roi de l’air
Fais frémir d’émotion
La dense forêt
Aux feuilles de velours.

Tu chantonnes,  parcourant
Les étroits sentiers,
Des mélodies anciennes,
Pures et naïves,
Et installes, rayonnante de bonheur,
L’ordre céleste
Dans chaque parole.

Toi, Marie de mon âme,
Qui ignores le feu des blessures,
Patrie antique des stigmatisés,
Des compatientes, des martyrs
Et des saints.

II.

Hier,
Avec obstination,
Il est tombé tant de pluie
Afin que tu puisses dormir !

III.


Je recueille dans mes mains transparentes
Les frissonnants papillons
De tes sourires.

Tout est avenir pour toi,
Marie de mes rêves !

Non, le temps qui passe
Ne peut pas mourir !

Les dieux aiment se reposer
Dans les frais bosquets de ton âme,
Dans les clairières de ta bouche pleine de lumière
Et de fraises sauvages !

Vivre est ton pays,
Rire, ton aube !
Tout en toi est source de clarté parfumée.

Marie de mes poèmes,
Tu es la fraîche évidence de ce monde,
Le sens limpide des jours
Qui se perdent dans le fleuve
Des années innocentes.

IV.

Toujours tu es,
Marie de mon insomnie,
L’emblème, la soif,
La perfection et la beauté
Des âmes justes,

Toi qui avances sans crainte vers l’aurore
En compagnie des changeants visages du ciel.

V.

Comme tu sais remplir,
Délicatement, sans faire de bruit,
Les auges des yeux éplorés
De la rayonnante candeur de ta bonté !

Comme tu sais parler auguralement
Avec les fastes déploiements des nuages !

VI.

Ô Marie, je suis si heureux
D’entendre de nouveau le bruissement satiné de tes pas,
Les duveteux clapotis de tes jeux d’enfant,

Toi, dont les mains incandescentes donnent,
Sans le savoir, ô mon amie,
Une forme et un sens à chaque chose!

VII.

Ô Marie, Marie de mes nuits blanches,
Tu es, ma sœur, de ceux
Par qui advient,
Calmement,
Imperceptiblement,
Librement
Et sans mélange
Le salut du monde !

            Athanase Vantchev de Thracy

Paris, ce mercredi 24 juin, Anno Domini MMIX

Glose :

León Felipe Camino, dit León Felipe (Tábara, Espagne 1884 – Mexico 1968) : poète espagnol. Imprégné de modernisme et de cubisme, il publia en 1920 la première partie de ses Vers et prières de voyageur, avant de se rendre au Mexique (1922) puis aux États-Unis, où il publia le second volet de son recueil (1930). Il fit le bilan de son expérience américaine (Drop a Star, 1933), rentra en Espagne et s'expatria définitivement en 1938. Son œuvre aura désormais l'amère saveur d'un double exil, intérieur et extérieur (la Torche, 1939 ; Tu gagneras la lumière, 1943).

Compatiente (n.f.) : âme qui vivent intensément la Passion du Christ.

Auguralement : du latin augur, dans l’Antiquité, prêtre chargé d’observer certains signes (éclairs et tonnerre ; vol, nourriture, chant d’oiseau, etc. afin d’en tirer des présages : aruspice, devin). Egalement du latin augurium, « observations et interprétations des signes par les augures » .Synonyme : d’une façon prémonitoire.

 

DANOIS ( DANISH) :

Marie

1.

Hvad mon du laver nu, min elskede Marie
u kaere barn,
smuk som lette violer i maj
smidig som vingrenene der klatrer langs ferskentraet
i vores land, Trache

I en droem ser jeg hvordan aftenvinden leaegger sig op ad din kind
og kalder dig mod den aedle flods rene musik

Den taette skov med dens velour blade
skaelver foelelsesfuldt ved luftens kongblaa stemme

Nynnende loeber du gennem de snaevre stier
disse gamle melodier - rene og naive -
og etablerer med blaendende lykke
den himmelige orden i hvert ord

Du, min sjaels Marie,
ignorerer saarets ild og
er moderlandet for de stimagtiserede
de medfoelende,
martyrer og helgener

2.

I gaar faldt regndraaberne staedigt ned
Nu kan du endeligt sove!

3.

Med mine gennemsigtige haender
plukker jeg dit smils flakkende sommerfugle

Alt er fremtiden for dig,
Marie af mine droemme

Ja,
tiden der gaar kan ikke doe!

Guderne nyder at hvile i din sjaels lund
ved aabningen af din skinnende mund fuld af lys
og vilde baer

Marie af mine digte,
du er denne verdens entydige aarsag
den sammenhaengende mening med fordums dage
som vi mistede i floden

4.

Du vil altid vaere,
Marie af min soevnloeshed,
de sandfaerdige sjaeles
emblem, toerst
perfektion og skoenhed

Med himlens skiftende ansigt gaar du frygtloest mod daggryet

5.

Som du dog forstaar, varsomt og uden den mindste lyd, at fylde
graedende oejnes trug
med din godheds lysende renhed

Som du dog forstaar, med guddommeligt fremsyn, at tale med skyernes fantastiske bevaegelser

6.

Marie, jeg er saa lykkelig for igen at hoere
melodien af dine flyvske skridt og
din boernelges bloede boelger

Min ven, med dine hvidgloedende haender giver du
ubevidst form og mening til alting

7.

Marie,
Marie af mine hvide naetter
Du , min soester,er den som
roligt, i skjul,
frit,
og helt alene
skaber verdens Hilsen

 

Athanase Vantchev de Thracy, oversat til dansk af Daniel Martini, Juli 2009