Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

LORSQUE PLEIN DE BEAUTE (français)

PDF
Imprimer
Envoyer

 

LORSQUE PLEIN DE BEAUTE

 

            A Ricardo Paseyro

 

« Lorsque, plein de beauté, Tu te lèves à l’horizon

            Du ciel, ô disque vivant,

Alors commence la vie… »

 

            Pharaon Aménophis IV, Hymne au soleil

 

Inépuisable aménité,

Qu’es-tu sans la chair humide

Et l’âme lumineuse

Des mots vivants ?

 

Ils sont la réponse verticale,

Les bourgeons printaniers,

Les calices parfumés

Du temps qui toujours recommence

La voix du feu et l’œil du silence.

 

Je contemple le visage raffiné

De Pharaon Akhenaton,

Ces traces de clarté droites,

Une route de musique

Qui répand ses eaux à midi,

Infiniment constante, translucide,

Cérémonieuse et pérenne !

 

Il sourit !

Et la vie est là,

Pleine, belle, antique, généreuse,

Devenue arbre fleuri,

Chuchotement de feuilles,

Murmure d’abeilles,

Sève et susurrante légèreté !

 

Sérénité !

Intense ondoiement de mille souvenirs

Qui remontent le fleuve

De chaque mémoire,

Tournoient, illuminent le sable,

Restent !

 

La rapide pensée soutient

Cette aérienne architecture,

Elégante, fragile et majestueuse

Comme une épigramme alexandrine.

 

Et toute la Beauté

Est ce sourire fluide,

Cette fulgurance inespérée,

Cette clé de nénuphars

Qui rayonne

Au-dedans de moi,

Proche et insaisissable,

Chaude et inextinguible

Comme un désir irisé

De chant incessant !

 

            Athanase Vantchev de Thracy

 

A Paris, ce vendredi 31 décembre, Anno Domini MMIV

 

Glose :

 

Aménophis IV ou Amenhotep IV ou encore Akhenaton (1394-1362 av. J.-C.)  : Pharaon d’Egypte. Aménophis IV (Celui qui satisfait Amon) est le nom grec de Néferkhéperou Rê, fils du roi Aménophis III (Nebma Rê) et de la reine Tiy. Aménophis IV, âgé à peine de 15 ans, se fait couronner en 1379 av. J.-C. à Karnak. Il épouse  sa cousine Nefertiti (La Belle est venue). Ils formeront un couple plus étroitement lié politiquement que le couple Aménophis III et Tiy. Six princesses naissent de cette heureuse union.

 

Aménophis IV est le premier souverain au monde à instaurer le monothéisme.

 

Lassé de la puissance du clergé d’Amon, le dieu tout puissant, Aménophis IV impose le culte d’Aton (le dieu au disque solaire) comme dieu unique. Il prend alors le nom d’Akhenaton (Celui qui est bénéfique pour Aton), et fait construire une ville nouvelle à 320 km au Nord de Thèbes, la capitale du royaume. Elle s’appellera Akhet-Aton (l’Horizon d’Aton), connue de nos jours sous le nom de Tell Amarna. Un nouvel art naît, l’amarnien, plus souple, plus compréhensible et émouvant, moins conventionnel. Chose inouïe en Egypte, l’art amarnien représentera dès le début la famille royale dans des scènes jugées jusque là trop intime.

 

 

Très mystique, Akhenaton compose certains hymnes à la gloire d’Aton que l’on retrouve à l’état presque original dans les Psaumes de la Bible. Moïse, élevé comme un prince égyptien et presque contemporain du roi Akhenaton, épousera le monothéisme de Pharaon.   

 

Les héritiers d’Akhenaton restaurent le culte d’Amon et vouent le nom du roi au plus total oubli en abolissant les statues d’Aton et en effaçant son nom de roi de tous les monuments de l’Empire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LORSQUE PLEIN DE BEAUTE

 

            A Ricardo Paseyro

 

« Lorsque, plein de beauté, Tu te lèves à l’horizon

            Du ciel, ô disque vivant,

Alors commence la vie… »

 

            Pharaon Aménophis IV, Hymne au soleil

 

Inépuisable aménité,

Qu’es-tu sans la chair humide

Et l’âme lumineuse

Des mots vivants ?

 

Ils sont la réponse verticale,

Les bourgeons printaniers,

Les calices parfumés

Du temps qui toujours recommence

La voix du feu et l’œil du silence.

 

Je contemple le visage raffiné

De Pharaon Akhenaton,

Ces traces de clarté droites,

Une route de musique

Qui répand ses eaux à midi,

Infiniment constante, translucide,

Cérémonieuse et pérenne !

 

Il sourit !

Et la vie est là,

Pleine, belle, antique, généreuse,

Devenue arbre fleuri,

Chuchotement de feuilles,

Murmure d’abeilles,

Sève et susurrante légèreté !

 

Sérénité !

Intense ondoiement de mille souvenirs

Qui remontent le fleuve

De chaque mémoire,

Tournoient, illuminent le sable,

Restent !

 

La rapide pensée soutient

Cette aérienne architecture,

Elégante, fragile et majestueuse

Comme une épigramme alexandrine.

 

Et toute la Beauté

Est ce sourire fluide,

Cette fulgurance inespérée,

Cette clé de nénuphars

Qui rayonne

Au-dedans de moi,

Proche et insaisissable,

Chaude et inextinguible

Comme un désir irisé

De chant incessant !

 

            Athanase Vantchev de Thracy

 

A Paris, ce vendredi 31 décembre, Anno Domini MMIV

 

Glose :

 

Aménophis IV ou Amenhotep IV ou encore Akhenaton (1394-1362 av. J.-C.)  : Pharaon d’Egypte. Aménophis IV (Celui qui satisfait Amon) est le nom grec de Néferkhéperou Rê, fils du roi Aménophis III (Nebma Rê) et de la reine Tiy. Aménophis IV, âgé à peine de 15 ans, se fait couronner en 1379 av. J.-C. à Karnak. Il épouse  sa cousine Nefertiti (La Belle est venue). Ils formeront un couple plus étroitement lié politiquement que le couple Aménophis III et Tiy. Six princesses naissent de cette heureuse union.

 

Aménophis IV est le premier souverain au monde à instaurer le monothéisme.

 

Lassé de la puissance du clergé d’Amon, le dieu tout puissant, Aménophis IV impose le culte d’Aton (le dieu au disque solaire) comme dieu unique. Il prend alors le nom d’Akhenaton (Celui qui est bénéfique pour Aton), et fait construire une ville nouvelle à 320 km au Nord de Thèbes, la capitale du royaume. Elle s’appellera Akhet-Aton (l’Horizon d’Aton), connue de nos jours sous le nom de Tell Amarna. Un nouvel art naît, l’amarnien, plus souple, plus compréhensible et émouvant, moins conventionnel. Chose inouïe en Egypte, l’art amarnien représentera dès le début la famille royale dans des scènes jugées jusque là trop intime.

 

 

Très mystique, Akhenaton compose certains hymnes à la gloire d’Aton que l’on retrouve à l’état presque original dans les Psaumes de la Bible. Moïse, élevé comme un prince égyptien et presque contemporain du roi Akhenaton, épousera le monothéisme de Pharaon.   

 

Les héritiers d’Akhenaton restaurent le culte d’Amon et vouent le nom du roi au plus total oubli en abolissant les statues d’Aton et en effaçant son nom de roi de tous les monuments de l’Empire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LORSQUE PLEIN DE BEAUTE

A Ricardo Paseyro 

« Lorsque, plein de beauté, Tu te lèves à l’horizon

Du ciel, ô disque vivant,

Alors commence la vie… »

            Pharaon Aménophis IV, Hymne au soleil

 

Inépuisable aménité,

Qu’es-tu sans la chair humide

Et l’âme lumineuse

Des mots vivants ?

 

Ils sont la réponse verticale,

Les bourgeons printaniers,

Les calices parfumés

Du temps qui toujours recommence

La voix du feu et l’œil du silence.

 

Je contemple le visage raffiné

De Pharaon Akhenaton,

Ces traces de clarté droites,

Une route de musique

Qui répand ses eaux à midi,

Infiniment constante, translucide,

Cérémonieuse et pérenne !

 

Il sourit !

Et la vie est là,

Pleine, belle, antique, généreuse,

Devenue arbre fleuri,

Chuchotement de feuilles,

Murmure d’abeilles,

Sève et susurrante légèreté !

 

Sérénité !

Intense ondoiement de mille souvenirs

Qui remontent le fleuve

De chaque mémoire,

Tournoient, illuminent le sable,

Restent !

 

La rapide pensée soutient

Cette aérienne architecture,

Elégante, fragile et majestueuse

Comme une épigramme alexandrine.

 

Et toute la Beauté

Est ce sourire fluide,

Cette fulgurance inespérée,

Cette clé de nénuphars

Qui rayonne

Au-dedans de moi,

Proche et insaisissable,

Chaude et inextinguible

Comme un désir irisé

De chant incessant !

 

            Athanase Vantchev de Thracy

A Paris, ce vendredi 31 décembre, Anno Domini MMIV

Glose :

Aménophis IV ou Amenhotep IV ou encore Akhenaton (1394-1362 av. J.-C.)  : Pharaon d’Egypte. Aménophis IV (Celui qui satisfait Amon) est le nom grec de Néferkhéperou Rê, fils du roi Aménophis III (Nebma Rê) et de la reine Tiy. Aménophis IV, âgé à peine de 15 ans, se fait couronner en 1379 av. J.-C. à Karnak. Il épouse  sa cousine Nefertiti (La Belle est venue). Ils formeront un couple plus étroitement lié politiquement que le couple Aménophis III et Tiy. Six princesses naissent de cette heureuse union.

Aménophis IV est le premier souverain au monde à instaurer le monothéisme.

Lassé de la puissance du clergé d’Amon, le dieu tout puissant, Aménophis IV impose le culte d’Aton (le dieu au disque solaire) comme dieu unique. Il prend alors le nom d’Akhenaton (Celui qui est bénéfique pour Aton), et fait construire une ville nouvelle à 320 km au Nord de Thèbes, la capitale du royaume. Elle s’appellera Akhet-Aton (l’Horizon d’Aton), connue de nos jours sous le nom de Tell Amarna. Un nouvel art naît, l’amarnien, plus souple, plus compréhensible et émouvant, moins conventionnel. Chose inouïe en Egypte, l’art amarnien représentera dès le début la famille royale dans des scènes jugées jusque là trop intime.

Très mystique, Akhenaton compose certains hymnes à la gloire d’Aton que l’on retrouve à l’état presque original dans les Psaumes de la Bible. Moïse, élevé comme un prince égyptien et presque contemporain du roi Akhenaton, épousera le monothéisme de Pharaon.   

Les héritiers d’Akhenaton restaurent le culte d’Amon et vouent le nom du roi au plus total oubli en abolissant les statues d’Aton et en effaçant son nom de roi de tous les monuments de l’Empire.