Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

L'EPITAPHE DU ROSSIGNOL (français)

PDF
Imprimer
Envoyer

L’Epitaphe du Rossignol

 

« Death blowis a Life blow to Some.

(“Un coup mortel est un coup vitale pour certains »)

 

            Emily Dickinson

 

Ci-gît Rossignol,

C’est ainsi que m’appelaient, enfant, mes amis.

Le temps est passé,

Le temps, amis ami de mon cœur,

Ce voisin intime dont nul ne peut se défaire,

Le temps qui tourne vers moi la face du jour !

 

La nuit, les rossignols fidèles,

Viennent réchauffer ma stèle de leurs ailes éthérées

Et couvrir des perles blanches de leurs voix

Le buis qui pousse, dru et joyeux, sur ma tombe.

 

Trilles d’aubes, parfums et dentelles ajourées des herbes,

Ciel desatin, planètes et astres, anges et brises

Me tiennent gaie compagnie !

 

Pourquoi me pleurer ?

Ne suis-je pas avec vous

Jusqu’à la fin des temps ?

 

C’est la fin sans fin !

 

Ne savez-vous pas, amis de mon âme,

Qu’une seconde avec Dieu,

Comble les failles de mille milliers de siècles ?

 

« Bihind Me – dips Eternity –

Before Me – Immortality ! »

 

(Derrière Moi – à pic, l’Eternité,

Devant Moi – l’Immortalité ! »)

 

            Athanase Vantchev de Thracy

Paris, le 2 décembre 2008

Petit, mes amis m’appelaient Rossignol ! J’avais l’habitude de chanter souvent. Ma mère m’avait appris un grand nombre de vielles chansons. Sitôt qu’on se réunissait le soir dans l’amenderai qui longeait nos maisons, on me demandait une chanson. Plein de bonheur, je m’exécutais avec joie. « Rossignol, disaient mes copains, tu ne mourras jamais ! » Et je les croyais volontiers. Ô temps qui sentait vraiment l’éternité !

Glose :

Bihind Me – dips Eternity… : vers d’Emily Dickinson.