Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

L’EPIGRAPHE DE JACQUES TAURAND (français / anglais)

PDF
Imprimer
Envoyer

L’EPIGRAPHE DE JACQUES TAURAND

"Sit tibi terra levis"

("Que la terre te soit légère")

       Adage latin

 

Narcisse désormais, je dormirai

Dans les bras des narcisses.

 

L’abeille vertueuse

Remplira mes pétales

De la musique

Du soleil !

 

Et tout sera bleu

Et doux et tendre

Dans la suave étreinte

De la divine

Eternité !

 

 

Athanase Vantchev de Thracy

Paris, ce mardi 20 mai, Anno Domini MMVIII

Glose:

Jacques Taurand (né en 1936) : poète français. Il a passé une grande partie de sa prime jeunesse et de son adolescence à Saint-Cloud. Son éveil à la poésie a eu lieu vers sa seizième année. Deux ans plus tard, une rencontre sera déterminante, celle de Louis Guillaume. Jacques Taurand avait dix-huit ans et, à la lecture des textes qu’il soumettait au poète de Noir comme la mer, celui-ci lui prodigua de précieux conseils et l’encouragea à persévérer.

En 1958, Taurand résilia son sursis. Il fit partie de la cohorte des appelés en Algérie. De cette période éprouvante vit le jour, quelques années plus tard, une longue nouvelle, entre réalité et fiction : Un Dimanche, remarquée par Mohamed Dib (Des fragments de cette nouvelle ont été publiés dans la revue Algérie Littérature N° 85 / 86 en nov.2004).

De retour du service militaire, il se maria. Deux fils furent les fruits de cette union. La vie professionnelle ne tarda pas à accaparer Jacques Taurand qui gravit rapidement les échelons pour accéder à d’importantes responsabilités. Il ne délaissa pas pour autant la poésie ; il continua en effet d’écrire et d’accumuler des poèmes qui allaient voir le jour à partir de 1979. Deux grandes rencontres allaient marquer son parcours : celle de Michel Manoll dont il devint plus tard le biographe, puis de Jacques Rabemananjara, ex Vice-Président de Madagascar, l’un des chantres de la négritude, qui préfaça son second recueil : Paroles d’eau. Jacques Taurand a consacré de nombreux écrits à ces deux grands poètes auxquels il a également rendu hommage par des conférences. En 1998, le poète Jacques Simonomis l’invita à faire partie du Comité de rédaction de la revue qu’il dirigeait : Le Cri d’Os, où Taurand retrouva Jehan Despert et Christophe Dauphin. Cette fructueuse collaboration prit fin avec le dernier numéro en 2003. Jacques Taurand, qui s’est retiré à L’Isle-Adam en 1994, poursuivit son activité littéraire dans ses différents domaines de prédilection, la poésie, la nouvelle et l’essai. Il chroniqua également des recueils de poèmes, en particulier dans la revue : Les Hommes sans Epaules.

L‘art poétique de Jacques Taurand, à l’opposé des abstractions intellectuelles, prend sa source dans la réalité et s’inscrit dans une veine lyrique et humaniste. Une émotion contenue, travaillée, se développe en images analogiques, nous faisant passer de la matière brute du quotidien au plan esthétique. Pierre Seghers, qui l’avait qualifié de poète mezza-voce, ajoutait : « … un art de dire où tout est en nuances, tout en réserve et en discrétion. ». Quant à Michel Manoll, il avait écrit à son sujet : « Qui aura la révélation de votre poésie en demeurera profondément imprégné. Ce qui en accentue la portée, c’est qu’elle coule de source, qu’elle est à la fois plénitude et achèvement, rigueur et simplicité.»

English (Norton Hodges' translation) :

The Epigraph of Jacques Taurand

"Sit tibi terra levis"

("May the earth rest lightly on you")

Narcissus from this day, I will sleep
in the arms of my kind.

Industrious bees
will fill my petals
with the music
of the sun!

And all will be blue
and gentle and tender
as I lie in
the divine embrace
of Eternity!

translated from the French of Athanase Vantchev de Thracy by Norton Hodges

22.05.08.

ENGLISH (My translation)

EPIGRAPH OF JACQUES TAURAND

"Sit tibi terra levis"

("Could the earth be light on you")

 

Narcissus henceforth, I shall sleep

in the arms of narcissuses.

 

The virtuous bee

will fill my petals

with the music

of the sun!

 

And everything will be blue

and sweet and soft

in the pleasant embrace

of divine Eternity!