Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

L’APOCALYPSE DE BAMBERG (français)

PDF
Imprimer
Envoyer

L’APOCALYPSE DE BAMBERG

 

« Une fois que tu auras porté tes regards sur les ornements et sur l’aspect magnifique de l’univers, tu découvriras que cet univers-là peut faire penser à quelque ravissant cantique… et tu verras que les autres créatures, par la vertu de leur diversité… s’accordent en une extraordinaire harmonie, forment un concert au charme extraordinaire. »

            Guillaume d’Auvergne, De Anima

 

Je songe au temps des splendeurs passées,

A ces divines miniatures des époques impériales

Où des mains inspirées

Ont illuminé la vierge humilité

Des feuillets taciturnes.

 

Et mon âme est toute admiration,

Exaltation, tremblement !

 

Souffle frais, palpitation légère des anges,

Ondoiement irrésistible du cœur,

Langue et pupilles fascinées

Qui conversent avec la Beauté

Pure,  claire,

Essentielle, immédiate !

 

Cette délirante douceur

Des couleurs évanescentes :

Lilas suave,

Vert tendre qui n’existe que

Dans les rêves de l’âme,

Le blanc hésitant

Où le ciel a oublié un peu

De son flottant azur bleu,

Jaune de narcisse pâle !...

 

Et cet éclat éblouissant de l’or !

Cette lumière irradiant

Du regard intime de chaque chose !

Ces cascades graduelles d’argent vieilli -

Echelles éloquentes

Dressées vers le Ciel Central !

 

Des gestes

Que la plus belle harmonie

Remplit de dense métaphysique,

Des vêtements que la somptuosité

A ornés de ses doigts solaires 

De mille pierres précieuses!

 

Pourpre embellie de figures

D’une infinie variété !

Essaims de rêveries

Dispersés triomphalement

Sur chaque page !

  

Et je vois, je touche le regard de l’artiste

Plongé au-delà de la soie du visible,

Je frôle les hautes fascinantes du luxe inouï,

Les courbes des lignes qui s’élèvent

Vers des initiations à secrets inépuisables !

 

Je caresse les rinceaux dansant

Dans les flots de l’air millénaire,

Tiges élégantes

Se terminant en trèfles mystiques,

En pointes de flèche

Plantées dans la chair haletante

De la vie!

 

Le séraphique lectionnaire,

Les munificentes initiales en onciale

Et capitales !

Quelle élévation irrésistible,

Quelle intensité de la pensée !

 

Et comme un souffle tissé de rayons

Se propage et frissonne

Dans le faste déploiement des pages rehaussées,

La tangible, l’illimitée, l’irrécusable

Présence de Dieu de l’Amour !

 

Ô impénétrables, insaisissables,

Purs et insondables,

Ô toujours vivifiants

Mystères de la Foi en la Beauté !

 

Par toi, vertu primordiale

La clarté de nos cœurs s’unit

Aux premières sources

De la Lumière première,

La Lumière vraie

La Lumière belle à soi-même !

 

            Athanase Vantchev de Thracy

 

A Paris, ce mercredi 15 mars, Anno Domini MMVI

Glose :

L’Apocalypse de Bamberg : un des plus luxueux manuscrits que le Moyen Âge nous ait légués. Il est dédié à deux empereurs. Les textes apocalyptiques sont des visions et des prophéties, souvent combinées à l'idée du Jugement dernier ou d'un renouvellement du monde par Dieu. Leur langage mystérieux et leurs images énigmatiques fascinent, mais déconcertent aussi les hommes depuis la nuit des temps.

Il y a près d'un millénaire, la dynastie des Otton commanda un manuscrit  comportant le texte de l'Apocalypse selon saint Jean au fameux atelier d'écriture de Reichenau, l'un des plus réputés de l'empire. Le manuscrit contient 57 miniatures sur fond d'or et 103 initiales dorées qui ornent les 106 feuillets du codex. Hormis l'Apocalypse selon saint Jean, dernier livre du Nouveau Testament, ce manuscrit comprend un lectionnaire richement décoré contenant les lectures des Evangiles de la liturgie. Bien que la datation plus où moins précise du manuscrit le situe à la période comprise entre 1000 et 1020, la recherche ne nous renseigne aucunement sur le destinataire du manuscrit. On est donc amené à penser que l'Apocalypse de Bamberg fut commandé par Otton III (†1002). Après la mort subite de ce jeune empereur de 21 ans, le codex fut conservé dans l'atelier de Reichenau jusqu'à ce que son successeur Henri II ordonne son achèvement.

L'empereur Henri II a offert le manuscrit à l'abbaye collégiale de Saint-Etienne de Bamberg en 1020, à l'occasion de son inauguration. La littérature ancienne nous transmet une inscription qui se trouvait apparemment sur la reliure originale: HENRIC ET KUNIGUNT HAEC TIBI MUNERA PROMUNT ("Henri et Cunégonde te lèguent ces présents").

L'Apocalypse de Bamberg est ornée non seulement de somptueuses miniatures en pleine page, mais aussi de 103 initiales dorées. Les contours de leurs corps dorés sont exécutés en minium. L'espace contenu dans la forme des lettres reposant sur des fonds pourpre, bleu ou vert est décoré de rinceaux finissant sur des formes rappelant les trèfles et les pointes de flèche si typiques de l'art de Reichenau.

Guillaume d'Auvergne ou Guillaume de Paris (Aurillac vers 1180 – Paris 1249) : évêque de Paris, docteur scolastique. Quand il fut appelé à l'évêché de Paris (1227), il était professeur en renom à l'Université. Néanmoins, dans la lutte de l'Université contre les dominicains et les franciscains, il prit parti pour ses adversaires. On fait honneur à son épiscopat d'un grand nombre de fondations pieuses, parmi lesquelles celle de la maison des Filles-Dieu, pour les femmes repentantes. Comme philosophe, il était l'adversaire d'Aristote, et il adopta plusieurs conceptions platoniciennes empruntées aux philosophes arabes. On dit qu'il fut le premier en Europe à faire usage des livres attribués à Hermès Trismégiste. Son principal ouvrage est un traité De Universo où il aborde à peu près toutes les questions de métaphysique, mais aussi certaines questions de physique (il étudia les marées). Il s'est attaché surtout à démontrer contre Aristote que la matière ne saurait être éternelle. Il a aussi soigneusement étudié les questions relatives au libre arbitre de l'humain. Son autre ouvrage magistral est De Anima.

Oncial, onciale, onciaux : du latin uncialis, « d’une douzième (de pied), c’est-à-dire « d’un pouce ». Se dit d’une écriture romaine en capitales arrondies de grande dimension, souvent réservée aux têtes de chapitre. Lettres onciales. Ecriture onciale. Manuscrit en onciale.