Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

LALIBELA (français / anglais)

PDF
Imprimer
Envoyer

LALIBELA

A Kevin

« Adore ce que tu as brûlé, brûle ce que tu as adoré. »

            Saint Grégoire de Tours

 

La Haute Ethiopie, l’exquise Lalibela,

L’église Saint-Georges, mon Prince, nous deux, agenouillés

Devant l’icône du Christ, priant l’éternité

D’unir dans un poème nos  cœurs et nos voix !

 

            Athanase Vantchev de Thracy

Glose :

Lalibela : cité monastique située à 2630 mètres d'altitude sur le flanc sud-ouest des monts de l'ancienne province du Lasta, dans l'actuelle région Amhara en Ethiopie. Ville sainte des chrétiens orthodoxe d'Éthiopie, elle reste célèbre pour ses onze églises monolithes médiévales taillées et creusées à même le roc, dont la plus célèbre, Saint-Georges, date de huit siècles.

La cité fut appelée d’abord Roha lors de sa fondation par la dynastie Zagoué qui avait choisi de faire de cette ville sa résidence et la capitale de l'Empire. Le nom de la ville vient du roi Gebra Maskal Lalibela (1172-1212), canonisé par l’Eglise éthiopienne, qui fit construire de nombreux couvents et églises, après s'être converti au christianisme.

La ville sainte de Lalibela est née d’un songe. C’est peut-être de là qu’elle tient cette grâce aérienne, ce supplément d’âme que l’on ne peut s’empêcher de ressentir en la contemplant. Le roi Lalibela, raconte la légende, était né à Roha, l’ancienne appellation du bourg de 10 000 habitants qui porte aujourd’hui son nom, à quelque 700 kilomètres au nord de la capitale actuelle, Addis Abeba. A sa naissance, les abeilles entourèrent son berceau. D’où son nom Lalibela, qui signifie « les abeilles savent qu’il sera grand ». Durant son enfance, le trône d’Ethiopie était occupé par son frère qui, de crainte que l’oracle ne se réalisât, tenta de l’empoisonner. Lalibela resta trois jours dans le coma. Dieu le fit monter au ciel et lui ordonna de construire des églises faites d’une seule pierre. C’est ainsi qu’au début du XIIIe siècle, alors que les chrétiens se désespéraient de voir Jérusalem tomber aux mains des musulmans, il monta sur le trône et fit excaver 11 églises monolithes dans le tuf rose.

Saint Grégoire de Tours (539-594) : Georgius Florentius Gregorius (Georges Florent Grégoire), naquit à Riom près de Clermont et mourut à Tours, ville dont il fut l’évêque. Il est l’un des plus grands historiens de l’Eglise, des Francs et de l’Auvergne.

Il est issu, par son père Florent (Florentius), d'une famille aristocratique arverne : son père et son grand-père Georgius avaient été sénateurs, et son oncle Gallus ou Gall, évêque de Clermont (auj. Clermont-Ferrand). Par sa mère il était apparenté aux évêques de Lyon Sacerdos et Nizier d’une part, et aux évêques de Langres Gregorius et Tetricus d’autre part.

Son père mourut jeune. Élevé par sa mère près de Cavaillon, puis successivement par son oncle Gallus (mort en 551) et par l'archidiacre Avit à Clermont, Grégoire acheva son éducation auprès de son oncle Nizier, à Lyon, où il fut envoyé en 563. Durant sa jeunesse, il fut sujet à divers maux : un pèlerinage sur le tombeau de saint Martin à Tours (en 562 ou 563) le guérit de l'un d'entre eux.

Peu après, il fut ordonné diacre et résida à la basilique Saint-Julien, à Brioude. Il y vécut  jusqu'à son élection comme évêque de Tours, en 573, probablement à l'instigation de la reine Brunehilde et du roi d’Austrasie, Sigebert Ier.

Une Vie de Saint Grégoire a été rédigée au Xe siècle par l'abbé Odon de Cuny.

 

ENGLISH (Norton) :

Lalibela

for Kevin

'Adore what thou hast burned and burn what thou hast adored.'

            Gregory of Tours

Imagine, my Prince, you and I,
in High Ethiopia,
in the Church of Saint George,
in the holy city of Lalibela,
kneeling before the icon of Christ,
praying eternity to unite in a poem
our hearts and our voices.

translated from the French of Athanase Vantchev de Thracy by Norton Hodges