Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

LA PESEUSE DE PERLES (français / anglais)

PDF
Imprimer
Envoyer

 

                           Vermeer - La Peseuse de perles

 

LA PESEUSE DE PERLES

A Peter de Hooch

« Nihil enim visibilium rerum corporaliumque est, ut arbitror, quod non incorporale
quid et intelligibile significet »

(« Il ne se rencontre, selon moi, aucune chose visible et corporelle qui ne signifie
quelque chose d’incorporel et d’intelligible »)

             Scot Erigène, De divisione naturae

 

Silence dans le vertige, vertige dans le silence,
Pinceau sublime qui veut changer la lumière
En  impalpable grâce, en chair, en matière
Tangible pour l’esprit, visible par la transe !

 

Et cette clarté orange, cette alme théophanie
Qui dicte à l’âme flottante sa  frêle clairvoyance
Et donne aux perles fragiles leur noble fulgurance,
Le sens de leur pureté, la forme de leur survie !

 

Seigneur, que signifie ce calme immaculé
Posé sur les objets comme une caresse chantante,
Et ce tableau cosmique où l’ombre palpitante

 

Apaise la chaste  blancheur de la coiffe nacrée ?
Sentence du trébuchet, Jugement omniprésent,
Mystère que les mystères ne disent jamais au Temps !

 

            Athanase Vantchev de Thracy

Le tableau La Peseuse de perles  a été peint par Vermeer vers 1664. Huile sur toile,
40,3 x 35,6 cm, Washington, National Gallery of Art.

Glose :

Pieter de Hooch (Rotterdam 1629 – Amsterdam ou Rotterdam vers 1684) :
peintre hollandais, élève de Nicolaes Berchem. Pieter de Hooch est un des principaux
maîtres de la peinture de genre. Influencé par Rembrandt, son style se caractérise
par le raffinement lyrique de la composition picturale et par une grande maîtrise de
la profondeur spatiale. À partir de 1654, il séjourne à Delft où il rencontre Vermeer. À
l'opposé du maître du Delft, qui préfère représenter l'humanité par des scènes
intimes, de Hooch joue largement avec le contexte culturel et social de son époque.
Je ne citerai que quelques-uns de ses tableaux : Une Femme beurrant une tartine
pour un garçon ; Arrière-cour d’une maison hollandaise ; La Buveuse ; Les Joueurs
de cartes ; Intérieur avec une femme buvant avec deux hommes, et une servante.
Il
exerça une certaine influence sur Vermeer.

Jean Scot ou Scott Erigène (IXe siècle) : philosophe et théologien. Originaire
d’Ecosse ou d’Irlande, il vint, entre 840 et 847, à la cour de Charles II le Chauve où il
traduisit l’une des œuvres les plus passionnantes et les plus profondes du
christianisme, celle du Pseudo-Denys l’Aréopagite. Lors des fameux débats sur la
prédestination, il fut accusé d’hérésie par le pape Nicolas Ier. On suppose qu’il se
retira dans un couvent, mais qu’il demeura en France, et qu’il mourut vers 876. On
peut citer de lui De praedestinatione, ouvrage écrit contre la doctrine de la
prédestination caractérisée d’un augustinisme extrême du théologien allemand
Gottschalk ou Gotescalc d’Orbais ; De divisione naturae ; Commentaire de
Boèce.

Alme (adj.) : du latin almus, alma, almum, « nourrissant, bienfaisant, maternel,
doux, bon ».

Trébuchet (n.m.) : du verbe trébucher, lui-même de trans et de l’ancien français
buc (du francique °bûk), « tronc du corps ». Petite balance à plateaux très précise.
Trébuchet des orfèvres, des pharmaciens. Piège à prendre les petits oiseaux, cage
dont le haut est muni d’une bascule sur laquelle on met des grains.

 

ENGLISH :

Woman Holding A Balance

to Peter de Hooch

'Nihil enim visibilium rerum corporaliumque est, ut arbitror, quod non incorporale
quid et intelligibile significet.'

("There does not exist, in my opinion, anything visible and corporeal which does not
signify something incorporeal and intelligible.")

         John Scotus Erigena, De divisione naturae

 

In this silent spinning, these spinning silences,
his sublime brush works to turn light
into impalpable grace, into flesh, into matter
only spirit can touch, and only the entranced see!

And this lucent orange, like a benevolent god made flesh
imposing its frail clear-sightedness on the anchorless soul,
bestowing on these fragile pearls in a noble flash of light,
a sense of purity, a form that fixes them for all time!

Lord, what does it mean, the unsullied peace
that covers objects in a lilting caress,
and that painting of the cosmos behind her, its trembling shadow

soothing the chaste whiteness of her pearly headdress?
The verdict of the scales, the omnipresent judgement,
the mystery that mysteries never reveal to Time!

 

Translated from the French of Athanase Vantchev de Thracy by Norton Hodges