Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

DES SAINTES ET DES ROSES (français / anglais / serbe)

PDF
Imprimer
Envoyer

 

        Sainte Germaine Cousin de Pibrac

 

DES SAINTES ET DES ROSES

Aux deux saintes aux roses, Germaine Cousin de Pibrac
et Roseline de Villeneuve.

« Au pauvre également fais des largesses,
       pour que ta bénédiction soit parfaite,
Que ta générosité touche tous les vivants,
     même aux morts ne refuse pas ta piété.
Ne te détourne pas de ceux qui pleurent,
     afflige-toi avec les affligés. »

            L’Ecclésiastique, VII, 32-34

Des fleurs, partout des fleurs, des fleurs de lumière,
Des fleurs dans l’air léger, des fleurs dans les prunelles,
Des roses immaculées portant la grâces des ailes
Vers le ciel ouvert aux lèvres en prière !

Sublime miséricorde du Christ Omniprésent
Qui change en souriant le livre des atomes
En tiges étoilées, en cathédrales, en dômes,
En odes vertigineuses les cicatrices du temps.

Seigneur, je te supplie, remplis ma langue saignante
De la clarté suprême, du savoir parfait
De ta bonté sans borne, de ton amour qui est

Le commencement du tout ! Et que, clairvoyante,
Ma poésie épouse ta tendre charité,
Les gémissements des saints, les cris des affligés !

   Athanase Vantchev de Thracy

A Paris, ce mercredi 8 septembre, Anno Christi 2004. Jour de la Nativité de la Vierge, ma
Protectrice Céleste.

Glose :

Sainte Germaine (Germain Cousin ou Germaine de Pibrac – 1579-1601) : née à Pibrac,
dans le diocèse de Toulouse. Fille de paysans pauvres, elle souffrait d’écrouelles et avait la
main droite déformée. Orpheline de mère dès l’âge de cinq ans, elle était négligée par son
père et maltraitée par sa belle-mère. Bergère, elle passa sa courte vie dans les champs, priant
Dieu et faisant la charité aux plus pauvres qu’elle-même. « Le prodige le plus éclatant lié à
son nom est celui du miracle des fleurs : la petite Germaine mettait du pain noir dans son
tablier pour le distribuer aux nécessiteux. Un matin, sa marâtre se précipite sur elle et lui
demande ce qu’elle cache. La jeune fille, craignant sa colère, lui répond : « des fleurs » et elle
ouvre son tablier d’où, ô miracle, jaillissent des fleurs multicolores, fraîchement cueillies,
dans une saison où la nature ne pouvait en offrir, puisqu’on était en hiver. Pour l’âme
populaire, ces fleurs sauvages sont devenues des roses sauvages, des églantines » (Alain
Santacreux). En 1644, on ouvrit sa tombe. On découvrit son corps intact et parfumé. Son cou
était marqué de cicatrices scrofuleuses et sa main droite restait déformée. Elle avait, sous sa
couronne de garofanos mêlés de seigle. Son visage était rose comme le visage d’une jeune
adolescente endormie. Le prénom en occitan de la sainte, Germaneta, signifie « petite
sœur ». Béatification : 1854. Canonisation : 1867.

Scrofules (n.f.) : du bas latin scrofulae, écrouelles. Lésion torpide (qui est dans un état de
torpeur) de la peau, des ganglions lymphatiques, des os ayant tendance de provoquer des
fistules.

Garofano (n.m.) : plante herbacée (caryophyllacées), annuelle ou vivace, cultivée pour ses
fleurs rouges, roses, blanches très odorantes. A la famille des caryophyllacées appartiennent
plusieurs variétés :

-         œillet (n.m.), de œil, nom ancien ou dialectal de « fleurs ». Grenadin (n.m.) : variété
d’œillet rouge très odorant. Œillet  mignardise – petit œillet vivace à fleurs très
odorantes que l’on met en bordures. Œillet de poète – à fleurs réunies en corymbes.
Œillet d’Inde – tagète.

-         silène (n.m.), de Silène, nom mythologique, fleur des champs.

-         lychnis (n.m.) ou lychnide (n.f.) : mot d’origine grecque. Il existe une grande variété
de lychnis. La nielle des blés est un lychnis. Oeillet des jansénistes : nom d’un lychnis.
Le nom populaire de lychnis est flox cocculi, « fleur du coucou ».

Roseline de Villeneuve (1263- 1329) : moniale chartreuse, née au château des Arcs, d’une
illustre famille française (père : Arnaud de Villeneuve, mère : Sybille de Sabran). Roseline
devint prieure de Celle Roubaud, en Provence. Elle fut favorisée de visions fréquentes et
d’autres phénomènes mystiques. « Enfant, tandis qu’elle distribue des vivres aux indigents,
elle est surprise par son père : elle ouvre alors son tablier rempli de pains qui instantanément
se transforment en roses » (Alain Santacreu). Culte confirmé en 1851.

« Le symbolisme de la rose sauvage (l’églantine) – écrit Alain Santacreu dans la revue
littéraire (Contrelittérature) qu’il dirige – doit être mis en relation avec celui de la pomme,
l’une et l’autre se rapportant au thème de la Connaissance – de la Gnosis. En effet, de même
que l’églantine n’a que cinq pétales en forme d’étoile à cinq branches ou de pentagramme, la
pomme, elle aussi, contient en son milieu une étoile à cinq branches, formée par les alvéoles
qui renferment les pépins. Selon l’herméneutique spirituelle, le confinement du pentagramme,
symbole du Dieu-homme incarné, à l’intérieur de la « chair » de la pomme, marque la
« chute » de l’esprit dans la matière, l’immolation sacrificielle du Fils dans le monde, tandis
que la rose « inverse »…marque l’éclosion résurrectionnelle du « Nom nouveau ».

 

ENGLISH :

Of Saints And Roses



Flowers, flowers everywhere, flowers of light,
flowers in the soft air, flowers in my eyes,
pure roses carrying the grace of wings
towards a heaven always open to lips in prayer !

Sublime merci of Christ Omnipotent,
smiling, changing the book of atoms
into starry stems, cathedrals, domes,
and the scars of time into dizzing odes.

Lord, I pray you, fill my bleeding tongue
with your supreme brightness, with a perfect knowledge
of your boundless goodness, of your love which is


the origin of all things. May my poetry unite
in full consciousness with your tender charity,
with the agonies of the saints, with the cries of those who mourn !

 

Translated into English by Norton Hodges

SERBE : 

Од светаца и ружа 

Цвеће, цвеће свуда, цвеће светлости,
цвеће у лаком ваздуху, цвеће у мојим очима,
чисте руже имају грациозност крила
ка небу увек отворених усана у молитви!

Узвишена Милости Христа свемогућег,
насмејана, претвори књигу атома
у звездане стабљике, катедрале, куполе,
и ожиљке времена у вртоглаве оде. 

Господе, молим те, испуни мој језик који крвари

твојом врховном светлошћу, савршеним знањем
о твојој безграничној доброти, твојој љубави која је

извор свих ствари. Нека моја поезија сједини се
при пуној свести са твојом нежном љубави,
са патњама светитеља, са јецајима оних који плачу!

   Athanase Vantchev de Thracy

Превела са енглеског Душка Врховац

Traduit en serbe par Duska Vrhovac

Mis à jour ( Mercredi, 09 Février 2011 20:12 )