Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

KOZUKA (français)

PDF
Imprimer
Envoyer

 

                                        Kozuka

KOZUKA

A Kevin

 

Ô mon jeune samouraï

Au corps élancé comme une lyre,

Au sourire d’acacia

A la peau de pivoines blanches !

 

En signe d’admiration tendre,

Je vous offre ce subleme kazuka

En suaka étincelant,

Œuvre du maître

Hamano Tomi yuki.

 

Sa main adroite, sentant le myrte mauve

Et le cyprès gris-vert,

A ciselé son décor raffiné

En l’incrustant

De shibuichi du mont Fuji.

 

Puisse-t-il ce présent précieux

Exprimer, dans une simple larme dissimulée,

Nos joies sanglotées de jadis.

 

Pendant que le vent

Et la voix douce du cœur montent vers le ciel,

Appuyé contre le tronc d’un pin rouge,

Je contemple, confus, ta grande beauté

Et cherche une réponse

Aux clameurs de ma mémoire,

Au silence des rochers du bonheur,

Arrière-pays et outre-lieu de toute vie !

 

            Athanase Vantchev de Thracy

Paris, ce jeudi 1 octobre 2009

Glose :

Kozuka (n.m.) : petit couteau qu’on glisse dans un saya (fourreau). Il a plusieurs utilisations. Les jeunes samouraïs s’en servaient comme arme de lancement. Les kozuka sont faits en acier forgé.

Samouraï  (n.m.) : mot japonais désignant un membre de la classe guerrière qui a dirigé le Japon féodal durant près de 700 ans.  Le terme samouraï, mentionné pour la première fois dans un texte du Xe siècle, vient du verbe saburau qui signifie « servir ». L'appellation est largement utilisée dans son sens actuel depuis le début de la période Edo.

Jusqu’au VIIIe siècle, on désignait les guerriers par le terme mono no fu, puis par le mot bushi. Les deux appellations peuvent se traduire par « hommes d’arme ».

On trouve aussi parfois le terme buke : il désigne la noblesse militaire attachée au bakufu (gouvernement militaire), par opposition aux kuge, la noblesse de cour attachée à l'empereur. Les buke sont apparus durant l’ère Kamakura (1185-1333).

Suaka (n.m.) : cuivre incrusté d’or.

Shibuichi (nn.m.) : alliage japonais de couleur grise composé de 49 à 86% de cuivre et de 13 à 51% d'argent avec de petites quantités d'or et de fer.

Les rochers du bonheur : dans la tradition japonaise, le rocher est le signe de la longévité. Le rocher est dur à casser et dur à perforer. Il est l’outillage primitif des hommes. C'est derrière les rochers que la vie des hommes a pris naissance.