Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

L'ARMAGNAC (français)

PDF
Imprimer
Envoyer

 

 

L’ARMAGNAC

(AYGUE ARDENS)

 

Ciel qui cache les racines de l’éclair

Dans les grappes d’or !

Soleil qui verse son feu ardent

Sur les hauts fleuves flamboyants des vignes

De la divine Armagnac !

 

Pays adoré, toi, temps ressemblé

De tous les temps !

 

J’aime les vaisseaux diaphanes de la lumière

Dans le blond enchevêtrement de tes vergers,

Mon cœur frissonne en écoutant le suave bruissement

De tes cépages généreux,

En prêtant l’ouïe au clair murmure des sèves

Qui courent dans tes tiges heureuses.

 

Ô feuilles luisantes des vignobles,

Ô fruits d’ambre rose !

 

Y a-t-il chose plus aimable

Que les vents endormis dans la paix des colombiers,

Que les chants trempés dans les parfums envoûtants

De ce pays franc où la vie absolue

Baigne dans son rayonnement incessant toute chose ?

 

Armagnac, poème au savoir immédiat,

Hymne sans larmes ni préambules :

Arène, sang, volupté, vie, mort

Et résurrection pure !

 

Vivre ici, à l’ombre des roses,

Respirer, rire, converser en ami intime

Avec cette eau-de-vie plus subtile

Que le vol léger des séraphins.

 

Arômes sublimes d’herbes folles bien fondus,

Senteurs sereines qu’exhalent

Les collines élancées

Et les garrigues sauvages !

 

Aygue ardens,

Bouquet de violettes blanches et de pruneaux mauves,

De cannelle brune et de fruits confis,

De noisettes et de framboises des bois,

De tabac blond et d’abricots d’or !

Oui, j’aime ce liquide éblouissant,

Son onde doucement madérisée

Qui surpasse par sa saveur bouleversante

Le nectar des rhytons que les éphèbes échansons 

Tendent aux lèvres des dieux immortels !

 

Où que j’aille, j’hume ses fragrances vertigineuses

D’épices et de sucre roux venus des îles lointaines,

De miel de menthe et d’acacia à la rondeur d’été,

De fruits rouges et de café robuste,

De valérianelle printanière !

 

Elle vit en moi, elle enflamme mes entrailles

Cette longueur enivrante en bouche,

Cet équilibre dans le tourbillon de goûts et d’odeurs,

Âme et esprits légers de la vigne du sud !

 

Elles hantent ma mémoire ces indicibles saveurs d’automne :

Abricot de jade, citron couleur d’aurore, prune d’ombre pourpre,

 

Il vogue dans mon sang ce goût d'amandes grillées et de cacao,

De poires et de framboises à l’exquisité attique,

De réglisse amère et de pain grillé.

 

Pays d’Armagnac, pays mien,

Contrée enchantée aux mille millésimes superbes

Amples et souples.

 

Eau-de-vie solaire ! Transparence et plénitude,

Souplesse racée et douceur de velours dans chaque gorgée !

 

Je t’aime, eau-de-vie à la virilité romaine,

Eau-de-vie enchanteresse à la féminité égyptienne !

 

Oui, j’aime cette bouche franche et précise,

Tendre et fruitée, lucide et discrètement sucrée ! 

Cette queue de paon 

Qui ouvre les portes des paradis pleins de suavité,

Et des palais de royaumes où mûrit l’éternité !

 

Pays d’Armagnac,

Accueille mon cœur

Assoiffé de lire l’alphabet

De ton ciel fait de chants de rossignols

Et de danses d’hirondelles !

 

                        Athanase Vantchev de Thracy

 

Paris, avril, Anno Domini MMX

Glose :

En 1310, Domini Vitalis de Furno, dit Maître Vital Dufour, prieur d’Eauze en Gascogne, vantait les 40 vertus de l’aygue ardens (l’eau qui brûle), l’eau-de-vie locale, qui allait prendre plus tard le nom d’armagnac. Voici ce que ce savant ecclésiastique écrit dans son ouvrage de médecine « De Maitre Vital Dufour ... livre très utile pour conserver la santé et rester en bonne forme... " :

" Cette eau, si on la prend médicalement et sobrement, on prétend qu'elle a 40 vertus ou efficacités. Elle aiguise l'esprit si on en prend avec modération, rappelle à la mémoire le passé, rend l'homme joyeux au-dessus de tout, conserve la jeunesse et retarde la sénilité...

Armagnac (n.m.) : eau-de-vie produite dans la région d’Armagnac, dans le sud-ouest de la France, issue de la distillation de vins blancs secs vinifiés à partir de quatre principaux cépages :

-         l’ugni blanc : un cépage très répandu. Il est présent dans de nombreux terroirs du sud de la France. Sous le nom de "Saint-Emilion", c'est le raisin prédominant du Cognac. Il est également exploité pour sa fraîcheur dans le Languedoc, la Provence et la Corse. Arôme : banane.

-          le baco blanc : le baco blanc est une obtention de François Baco (1865-1947). L'origine génétique est vérifiée et c'est un croisement des cépages folle-blanche x noah réalisé en 1898. Le cépage est le seul hybride producteur direct faisant partie de l'encépagement d'une appellation d’origine contrôlée, l’armagnac. En France, il couvre 2.103 hectares (2004).

-          le colombard : il est originaire des Charentes, un cru de cognac au nord de Cognac. Il fait partie, dès l'origine, des cépages utilisés pour l'élaboration de vins destinés à être distillés pour donner du cognac. Donnant des vins moins âpres et plus alcoolisés que la folle blanche, sa culture a été favorisée par le marché hollandais pour l'exportation de vins blancs secs. Avec la folle blanche, il a été introduit depuis longtemps dans les vignobles de Bordeaux et d’Armagnac.

-         La folle-blanche : cépage de cuve blanc français qui produit un vin très acide (folle) et très pâle (blanche). Son autre nom, gros plant tire son nom de la grosseur des ceps ou de ses gros rendements. Ce cépage porte de nombreux noms en France, parmi lesquels Blancheton, Enrageat, Grosse chalosse ou grosse blanquette, Hivernage, Picpoul, Piquepoul ou Piquepoult, Piquepouille ou Picpouille, Talos ou Talosse.

Le taux en alcool de l’armagnac est supérieur ou égal à 40% vol. Eauze est la capitale de l'Armagnac.

Mis à jour ( Mercredi, 14 Avril 2010 06:58 )