Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

INNOCENCE (français / anglais)

PDF
Imprimer
Envoyer

  

INNOCENCE

 

A Charles-Evrard Tchekhoff

« L’innocence est toujours accompagnée du rayonnement qui lui est propre »

            Publilius Syrus (Ier siècle av. J.-C.), Sentences

 

« Le glaive le mieux acéré ne blesse jamais les innocents »

            Proverbe chinois

 

Visage d’enfant, regard où, pur, le temps sans temps,
Revêt les hauts voiles de sa perfection !
Ainsi les dialogues de l’immortel Platon
Habillent de mots sublimes les frémissements du sang !

 

Le front tissé d’aurore où l’Ange de la Clarté
Fait tendrement luire l’empire de l’innocence,
Comme un printemps léger dans son élan immense
Découvre, prompt, l’essence divine de la Beauté !

 

Ô bouche immaculée, que dit l’éclat carmin
De ton silence limpide qui tremble comme un lis
Sous les caprices rieurs du cœur encor serein

 

Et le sourire profond de l’air rempli d’iris !
Comme tout dans ton portrait respire l’intégrité,
La chaste délicatesse, l’exquise éternité !

            Athanase Vantchev de Thracy

 A Paris, ce dimanche 5 septembre, l’An du Christ MMIV

Méditations pudiques sur une ancienne photographie de mon ami Charles-Evrard Tchekhoff.
Il y est âgé de 7 ou 8 ans. Beau et fin, son visage d’enfant rêveur respire la plus chaste
angélité. Cette fraîcheur des traits, cette authenticité de l’expression aérienne, cette intégrité
de la pensée qui effleure de son premier baiser l’eau bleue des prunelles, cette impeccabilité
presque immatérielle des lèvres m’ont si vertueusement bouleversé que j’ai éprouvé le lyléen
désir d’immortaliser par la parole ce moment de transparence inaltérée.

Glose :

Publilius (Publius) Syrus (Ier siècle av. J.-C.) : auteur latin originaire, comme son nom
Syrus l’indique, de Syrie, probablement d’Antioche. Il arriva à Rome comme esclave.
Affranchi, il se fit connaître en écrivant des mimes dont certaines sentences et maximes
morales furent rassemblées en un recueil à l’usage des écoles. Il ne faut pas confondre mime
et pantomime. Cette dernière est un spectacle muet, où un acteur-danseur unique mimait des
scènes (le plus souvent mythologiques) sans recourir à la parole. Les mimes, en revanche,
étaient parlants. Il s’agissait de petites comédies, parfois morales, souvent burlesques, jouées
par plusieurs acteurs – hommes et femmes. On y stigmatisait le mari jaloux et cocufié, la
femme infidèle, les esclaves peu dégourdis et, plus tard, les vices d’hommes politiques peu
scrupuleux ainsi que les tares d’un régime politique corrompu… Voici trois sentences de
Publilius Syrus :

Celui que tout le monde craint doit craindre beaucoup de monde
- Quand le coupable est acquitté, c’est le juge qui est coupable
- On ne saurait être sage quand on aime, ni aimer quand on est sage.

 

 ENGLISH :

INNOCENCE

To Charles-Evrard Tchekhoff

« Innocence is always accompanied by its own particular radiance »

            Publilius Syrus (1st cent. B.C.)

« The sharpest sword can never wound the innocent »

            Chinese proverb

The face of a child, whose look is veiled in
utmost perfection by the pure timelessness within time
in the same way that immortal Plato’s Dialogues
dress the uncertain coursing of the blood in sublime words !

 

The forehead woven with dawn where the Angel of Light
makes the empire of innocence tenderly gleam,
like a mild spring with its vast surge of energy
quickly revealing the divine essence of Beauty !

 

O immaculate mouth, what does the bright carmine
of your silence say as it trembles like a lily
under the cheerful whims of the still calme heart

 

and  the deep smile of the air heavy with irises ?
How his whole portrait breathes integrity,
chaste delicacy, exquisite eternity !

 

Translated from the French by Norton Hodges

Mis à jour ( Mardi, 25 Janvier 2011 14:47 )