Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

HETIMASIE (français)

PDF
Imprimer
Envoyer

 

                                    Jésus

 

HETIMASIE

« Ô Verbe, une femme se tenait près de Toi, versant des larmes sur tes pieds, et le vase
d’albâtre fut répandu sur Ta tête, ô mon Sauveur,ô Parfum de l’immortelle vie ! »

            Ode 8, Mardi Saint à Complies, Triode de Carême

Hulule, effraie, messager cinéraire,
Pendant que l’âme,
Ouverte au fastueux ondoiement des roses,
Habille de ses doigts délicats
Mes morts  des plus fins voiles de tendresse ! 

Mes morts !
Ils vont et viennent avec la sève savoureuse
Au libre royaume des racines.
Herbes et fleurs, arbres et buissons
Aux lèvres remplis d’étoiles
Accompagnent leurs diaphanes processions !

Ô chant de grâce,
Dépose près de mon corps le divin Dodécaorton
Où l’essor doré des abeilles apprend aux prunelles
L’art exquis de la chrysographie.

Ami,
Répand sur moi Ta douceur
Afin que mes mots deviennent lumière,
Afin qu’ils remplissent de louange
Le Menologion quotidien. 

Mes mots !
Qu’ils soient tissés de grêle légèreté,
De mille trésors aériens,
D’infinie ressources de viatique.

Ah, mon Ami,  
Pour un regard de Tes yeux éternels,
Je donnerai à l’oubli
Tous les textes funéraires sumériens,
L’ensemble des tablettes orphiques sur la mort.

Accorde-moi, dans cette nuit inénarrable,
Un battement immortel de Ton cœur !

J’attends !
Je T’aime !
Je Te désire !
Je sais que Tu viendras !

Assis au bord du monde, je veille,
Serrant contre mon souffle ce petit brin de myrte
Comme une consolation infinie,
Comme un vivant foyer de feu pur !

Mes mains étincelantes
Refusent d’accepter les titres de créance
Du néant !

Je sais que Tu viendras !

Je T’attends !

J’écoute le tremblement de l’air mauve
Dans la mauve profondeur des heures !

Ami de mon âme,
Je sais que Tu viendras !

    Athanase Vantchev de Thracy

Paris, le 16 novembre, Anno Domini MMIV

Glose :

Hétimasie (n.f.) : du grec *etoimasia,* etoimasias, « préparation ». L’hétimasie désigne
l’attente symbolique de la seconde venue du Christ pour le Jugement dernier. En
iconographie, l’hétimasie est représentée par le trône vide du Juge suprême ; sur le trône on
voit la Croix, le livre des Ecritures et, parfois, le Saint-Esprit sous forme de colombe.

Effraie (n.f.) : peut-être une altération de orfraie, lui-même du latin ossifraga, « qui brise les
os » par attraction de effrayer. Chouette au plumage clair, qui se nourrit de rongeurs. La
chouette hulule ou ulule.

Cinéraire (adj.) : du latin cinerarius, lui-même de cinis, cineris, »cendre ». 1. Qui renferme
ou est destiné à renfermer les cendres d’un mort. Vase, urne cinéraire. 2. Plante herbacée
(composées) aux feuilles cendrées et aux petits capitules jaune doré. Cinéraire maritime.
Cinéraire des jardins.

Dodécaorton ou Dodékaorton (n.m.) : du grec dodeka, « douze » et eortê, eortês, « fête ».
Cycle d’icônes correspondant aux douze fête principales de l’année chrétienne. Ces fêtes
sont :

1. La Nativité de la Très Sainte Mère de Dieu (8 septembre)
2. L’Exaltation de la Croix (14 septembre)
3. La Présentation de la Très Sainte Mère de Dieu au Temple (21 novembre)
4. Noël, La Nativité de Notre Seigneur Jésus-Christ (25 décembre)
5. Théophanie, Baptême du Christ, Fêtes des lumières (6 janvier)
6. Sainte Rencontre du Christ au Temple (2 février)
7. Annonciation à la Mère de Dieu (25 mars)
8. Le Dimanche des Rameaux (fête mobile)
9. L’Ascension (fête mobile)
10. La Pentecôte (fête mobile)
11. La Transfiguration (6 août)
12. La Dormition (l’Assomption) de la Mère de Dieu (15 août)

Pâques ne fait pas partie des 12 fêtes, mais est la  Fête des fêtes.

Menologion ou Synaxaire  (en grec) = Ménées (en slavon) : livre qui contient en abrégé la vie et les oraisons des saints de chaque jour du mois.

Viatique (n.m.) : du latin viaticum, « provision, argent pour le voyage ». 1. Communion
portée à un mourant. Recevoir le viatique. Viatique et extrême-onction. 2. Soutien, secours
indispensable. Savoir est un viatique (Victor Hugo).

Chrysographie (n.f.) : du grec khrusos, « or » et du verbe graphein, « écrire ». Art de tracer des caractères à l’aide d’une encre d’or ou d’argent. En iconographie, l’or est posé sur le fond des représentations, dans les nimbes et les auréoles, ainsi que pour éclaircir les vêtements (surtout ceux du Christ et de la Vierge) ou des objets (Evangiles).