Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

QUINZE EPIGRAMMES ET EPITAPHES (français)

PDF
Imprimer
Envoyer

 

                                      Les amants

 

TREIZE EPIGRAMMES ET EPITAPHES

I.

Le baiser de l’ami, poli par Eros, chaud comme une fournaise,

A brûlé, me frôlant la joue, mon cœur tout entier.

II.

Les nymphes,

Ne trouvant sur terre

D’autres endroits pour reprendre souffle

Se réfugièrent dans le sourire du jeune Stratonos. 

III.

Toi, visage sans ombre, corps sans chair,

Tu ne vis plus dans la terre

Mais dans les doux pétales de mes pensées amoureuses. 

IV.

Ceci est la tombe d’Antiphile qui, aveugle et démuni, a chanté

La beauté des fleurs et la divine douceur de vivre ! 

V.

Il fut beau à l’égal du soleil,

Doux dans ses amours autant que violette,

A présent, il dort sous ce marbre où l’on lit:

 

A Archias, le héros au courage flamboyant,

Le jeune homme au pieux sacrifice

Amour et paix.

VI.

Terre,

Je viens pleurer ici le splendide Nicarque

L’éphèbe au corps ciselé comme un bijou. 

VII.

Murs d’Herculanum qui gardez encore jalousement

Les délicates, sensibles, audacieuses épigrammes

Du sage, du bon Philodème de Gadara.

Ô Muse philopédique, va, cours, empresse-toi

Tresse à son génie des couronnes de muguets !

 

Glose :

Philopédique (adj.) : adolescente 

VIII.

Constantin Céphalas –Anthologie Palatine

Taisez-vous brises, reste calme et doux, zéphyr,

Laissez gésir en paix le tendre érudit

Il a dormi si peu pour rendre immortelles

Les vers des grands poètes que vit mourir l’Empire. 

IX.

Maxime Palude – Anthologie de Palude

Entre prières ardentes et vers harmonieux,

Tu as passé ta vie, moine délicieux !

Tu entendis Jésus lire tes épigrammes

Et rire avant d’absoudre les doux péchés des âmes ! 

X.

Ici repose Catulus, seigneur patricien, consul, poète, soldat

Il dit maintenant au vent ses vers si délicats !

Il écrivit la première épigramme amoureuse latine !

XI.

Ludique et sérieux, critique et complaisant

Martial a su faire de l’épigramme

Ce que les dieux d’Olympe firent avec les âmes

En leur offrant les vers pour égayer le temps.

XII.

Plaire, ne pas blesser, ces vers comme des caresses

Pour une dame qui  pleure les jours de sa jeunesse.

Madame ce jeu léger exige le raffinement

D’un cœur patricien et d’un poète savant.

XIII.

STTL (Sit tibi terra levis)

Ciel, sois léger quant sur la tombe d’Atis,

Tu te couches ce soir parmi les blancs iris.

XIV.

EUPHUISME

Lascaris, Alciat, Marulle, Erasme, More,

A vous mon cœur doit tant d’épigrammes classiques

Que le pieux Planude, moine, ascète, mystique,

Sauva d’une main de cire des catacombes des morts !

Glose :

Euphuisme (n.m.) : style maniéré qui tire son nom d’Euphues, œuvre romanesque de John Lyly (1554 - vers 1606) représente la première grande manifestation de la conscience, qui se developait chez les Anglais de la Renaissance, des possibilités de leur langue maternelle.

Constantin Lascaris ( 1434-1435), docte Grec qui, fuyant les Turcs, regagna l’Europe où il publia à Florence le manuscrit du moine Maxime Planude (vers 1260-1330), l’infatigable compilateur de la fameuse Anthologie de Palude qui rassemblait un nombre incalculable d’œuvres poétiques grecques et latines arrachant ainsi à la mort et à l’oubli des trésors qui sans son travail et sans son abnégation auraient été perdus à jamais. D’autres grands savants byzantins avaient regagné l’Europe : Chrysoloras, Chalcondyle, Bessarion,Trapezunce, Argyropule, Gémiste Pléthon. Ils contribuèrent largement à l’épanouissement de la culture occidentale. Ce sont des noms chers à mon cœur. Les humanistes : l’Italien André Alciat  (1492 – 1550), le Grec Michel Marulle (1450-1500), Erasme de Rotterdam (1469-1536) et Thomas More (1478-1535) participèrent au renouveau de la pensée.

Catacombe (n.f.) : du grec kata / κατα , « en bas » et tumbos / τυμβος , « tombe ». Les catacombes sont des excavations souterraines où les anciens plaçaient dans des tombes les corps qu'ils ne brûlaient pas. La plupart de ces catacombes n'étaient à l'origine que d'anciennes carrières abandonnées. Les plus fameuses sont celles de Rome, principalement celles de Saint-Sébastien ; celles de Naples qui, d'abord employées à la sépulture des païens, furent au IVe siècle uniquement réservées aux chrétiens (on y a construit un grand nombre d'églises et de chapelles); celles de Syracuse, les célèbres latomies (carrières où l’on renfermait des prisonniers) de Denys le Tyran ; celles de Catane, d'Agrigente et de Païenne. Souvent les catacombes servirent de refuge aux chrétiens des premiers siècles : dans les temps de persécution, ils s'y réunissaient pour célébrer en secret les mystères de leur religion.

 

A Radko Radkov

Pour tombe il a l’essaim de ses poèmes exquis
Qui volent de bouche en bouche et font frémir les cœurs,
Mort, il est plus vivant, à quoi bon tous ces pleurs,
Taisez-vous, assassins, béotiens aigris !

   Athanase Vantchev de Thracy

Mis à jour ( Samedi, 20 Février 2010 11:57 )