Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

DOULEUR (français / islandais)

PDF
Imprimer
Envoyer

 

                                       Geoffrey Chaucer

DOULEUR

« Only your word will heal the injury »
(Seul un mot de toi peut guérir ma plaie)

            Geoffrey Chaucer,

           Rondel of Merciless Beauty

 

Tu viens sans dire mot,
Tu t’en vas sans faire le moindre sourire,
Laissant dans la chambre la plus claire de l’été
Les empreintes fragiles de ton âme 
Et le frais parfum de ta douleur !

Tel un esprit, je hante les longs couloirs
A l’odeur de coings et de lavande !

Puis je m’arrête, romps un morceau
De ma solitude et le presse contre ma bouche
Comme une miche de pain chaud !

Dehors le feu des hirondelles
A la mémoire sans partage
Incendie l’air,
Et le temps s’engouffre dans
Les cicatrices des pensées
Comme un vaste pressentiment d’inconnu !

Que faire ? Qui interpeller, qui évoquer enfin ? 

En attendant, l’essence des choses
Continue de passer à travers le tamis taciturne
Des larmes.

Des voix palpables, des voix étrangères
Viennent déposer leur grêle sollicitude
Dans le chant incessant de Juillet ! 

 

            Athanase Vantchev de Thracy

A Paris, ce jeudi 19 mai, Anno Domini MMV

Glose :

Geoffrey Chaucer (1340-1400) : poète anglais. Fils d’un marchand de vin de Londres. Pourtant, à dix-sept ans, il fut page de cour et ne cessa, sa vie durant, de se sentir à l’aise aussi bien à la cour que parmi les marchands, les clercs et le peuple. Il importa de France et assouplit sous l’influence italienne le décasyllabe qui devait devenir le vers « héroïque », unité métrique par excellence, de la grande poésie anglaise. Il introduisit le rondeau, le virelai  et la ballade. Rompant avec le passé littéraire anglo-saxon,  il s’inspira du poète français Machaut et dut surtout son initiation poétique au Roman de la Rose qu’il traduisit très fidèlement. Son esprit même, comme son nom (Chaussier), est français. Chaucer a une dette considérable envers les poèmes de jeunesse de Boccage. Il condensa et abrégea la Théséide pour en faire son Conte du chevalier (inclus dans son célèbre ouvrage  Les Contes de
Cantorbéry,
publié en 1526, véritable chronique sociale de l’Angleterre de la fin du XIVe siècle). Sa Légende des femmes exemplaires (inachevée, 1386), inspirée des Héroïdes d’Ovide, bien que pure et touchante parfois, contient des irrévérences caractéristiques. La Maison de la renommée (1379), essai de parodie de La Divine comédie de Dante, est un poème allégorique. C’est encore à l’allégorie qu’il recourut pour composer Le Parlement des oiseaux (1382). Chaucer est le premier écrivain réaliste.

ISLANDAIS

 

HARMUR   

Aðeins orð þitt getur grætt und mína.“

     Geoffrey Chaucer,

     Hringstefja miskunnarlausrar fegurðar

 

Þú kemur án þess að segja orð,

þú ferð án minnsta votts um bros,

og skilur eftir í bjartasta svefnherbergi sumars

brothættar leifar sálar þinnar

og ferska angan harms þíns!

 

Eins og vofa ásæki ég langa ganga

angandi af roðarunna og lofnarblómi!

 

Síðan nem ég staðar, brýt sneið af

einsemd minni og þrýsti henni að vörum mér

eins og nýbökuðu brauði!

 

Úti fyrir logar eldur svala

með óskiptar minningar

gegnum loftið,

og tíminn er umflotinn

örum hugsana

eins og risa-fyrirboða hins óþekkta!

 

Hvað get ég gert? Hvern get ég kallað á?

Enginn kemur til hugar.

 

Samtímist líður kjarni hlutanna

endalaust hjá, hljóðlaust gegnum sigti

tára.

Raddir sem ég gæti snert, framandi raddir

koma og afferma skerandi áhyggjur sínar

inn í óslitinn júlísöng.

 

         Athanase Vantchev de Thracy

 

Traduit en islandais par Hrafn Andrés Hardarson

 

 

 

 

Mis à jour ( Samedi, 12 Mars 2011 19:10 )