Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

CHOSE MERVEILLEUSE (français / anglais)

PDF
Imprimer
Envoyer

CHOSE MERVEILLEUSE

        (τò θαûμα)

 

A  Servane et Timothée

« Que la vérité nous accompagne, toi et moi!”

            Mimnerme 

I.

Ils étaient très jeunes et le jour trop ardent,

La main fragile de la fille tremblait

Comme une tendre note de flûte lydienne

Dans la main embrasée du garçon !

 

Leurs yeux brasillant de bonheur,

Ils marchaient, portés par la fougue de la brise,

Parmi les marguerites et les menthes

Des champs radieux du Midi!

 

La langue jubilante des rouges-gorges,

Vaporeuse, cristalline, sensuelle,

Habillait d’étincelles de soleil leurs regards.

 

II.

 

Yeux d’enfants qui seuls savez

Supporter le poids du monde !

Corps innocents flottant

Dans les chaudes maisons de l’air bleu !

Mots et silence palpitant de caresses,

Sourires clairs et purs

Comme l’eau d’un diamants sans défaut !

 

III.

 

Ô Vénus, déesse étincelante de l’amour,

Révèle-leur, ô déesse aux doigts de roses blanches,

Les suaves mystères de ton nom !

 

Toi, amie des hirondelles et des fleurs,

Couronne leurs têtes printanières

Des violettes de tes baisers,

Change-les, ô mère de l’amour, en poème immortel

Pour que, incorruptibles, leurs cœurs diaphanes demeurent

Dans le rayonnement perpétuel 

De l’incréée éternité !

            Athanase Vantchev de Thracy

 Paris, ce lundi 3 novembre 2008

 

Glose : 

Servane : prénom. Du latin servitium, « le service /de Dieu/ ». Le saint patron des Servane est un missionnaire chrétien qui, parti d’Irlande, évangélisa le nord de l’Ecosse et les îles des Orcades. Il vécut au VIIIe siècle.

Timothée : prénom. Du grec timotheos /  τιμοθέος, « celui qui craint Dieu ». Les saints patrons des Timothée sont deux : le premier était un disciple de saint Paul auquel l’apôtre adressa plusieurs de ses épîtres ; il fut évêque d’Ephèse (aujourd’hui en Turquie). Le second était un martyr romain du IVe siècle.

Mimnerme de Colophon (VIIe siècle av. J.-C.) : poète et joueur de flûte grec. Mimnerme vivait pendant une époque instable lorsque les villes ioniques de l’Anatolie étaient en conflit avec les puissants rois de Lydie.

Ses poèmes les plus célèbres sont les élégies adressées au flûtiste Nanno. Mimnerme fut le premier poète à composer des vers élégiaques. Il accompagnait ses poèmes de la flûte. Le poète Hipponax (VIe siècle av. J.-C.) écrit : « Il /Mimnerme/ utilise l'air mélancolique de la branche du figuier ». Il a laissé le souvenir d’un poète agréable et doux. Horace (65-8 av. J.-C.) parle de lui dans son Epode I, 6 :

« Si Mimnernus uti censet sine amore iocisque
nil est iucundum vivas in amore iocisque. »

(« Si comme le pense Mimnerme, sans amour et sans jeux
rien n'est agréable, puisses-tu vivre dans l'amour et les jeux. »)

  

ENGLISH :

 

The Wonderful Thing

for Servane and Timothée

'May truth go with us, you and I!'

            Mimnermus

I.

They were very young and the day was ablaze,
so the girl's delicate hand trembled
in the boy's burning hand
like the tender music of a Lydian flute.

They were walking, their eyes smoldering with happiness,
carried by the fiery spirit of the breeze,
among the daisies and the mint
of the radiant fields of the Midi!

The robins' jubilant chattering,
like sun through mist, crystal clear, sensual,
clothed their glances in sparks of sunlight.

II.

Children! Only your eyes know
how to bear the weight of the world!
Your innocent bodies float
in warm houses of blue air!

Both words and silence quiver for you
with the possibility of a caress,
your smiles are as bright and pure
as waters flawless as a diamond!

III.

O Venus, sparkling goddess of Love,
show them, O goddess with fingers like white roses,
the sweet mysteries of your name!

You, friend of the swallows and the flowers,
crown their spring-like heads
with the violets of your kisses,
change them, O mother of Love, into an immortal poem
so that, incorruptible, their diaphanous hearts may remain
within the endless radiance
of eternity uncreated!

translated from the French of Athanase Vantchev de Thracy by Norton Hodges
02.12.08.