Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

DANS LE DÔJÔ (français)

PDF
Imprimer
Envoyer

 

DANS LE DÔJÔ

Au Caporal Michel Martin

 “ Sur le plastron de laque noir, resplendissent, dorés,
les deux cotylédons de gentiane, blason de la famille Kokubu.”

             Mishima, Ken

Cette  grâce tendue des corps, les kendôkas en feu
Fendant la soie de l’air et le silence d’iris,
Le jour silencieux qui tendrement se glisse
Dans les sourires suaves et le velours des yeux.

            Athanase Vantchev de Thracy

Sofia, ce lundi 7 septembre, Anno Domini MMIX

Glose:

Dôjô (n.m.): lieu consacré à la pratique des budô ou à la meditation bouddhiste zen. Littéralement en japonais signife la voie (c'est le même caractère que le tao chinois), le dôjô est le lieu où l'on étudie/cherche la voie. Historiquement le dôjô était la salle du temple religieux. Ces grandes salles ont aussi été utilisées par la suite pour l'enseignement des arts martiaux. Dans le cas du dôjô où l'on étudie les arts martiaux comme dans le cas des dôjôs servant de centre de méditation bouddhiste, des règles strictes sont instituées. Le dôjô est un lieu où l'on progresse. Cette progression est obligatoirement supervisée et contrôlée par un maître.

Traditionnellement, le dôjô obéit à des règles concernant son orientation. Le côté honorifique, dit kamiza (littéralement « le côté élevé ») est situé face au Sud. Le kamiza est le plus souvent décoré d'une calligraphie, de sabres, d'un portrait ou de tout autre objet symbolique de la discipline enseignée. L'enseignant s'assied dos au kamiza. C'est aussi de ce côté qu'est placé un invité de marque. Le mur d'en face est le shimoza (« le côté bas »), où sont assis les élèves. Ceux-ci sont rangés selon un ordre coutumier, qui mélange souvent le grade et l'ancienneté dans la pratique de la discipline ou dans le dôjô. Les élèves les plus anciens sont à la gauche de l'enseignant (à l'Est, donc), les débutants à l'Ouest. C'est également à l'Ouest que sont placés les visiteurs éventuels, tandis que les assistants de l'enseignant s'asseyent dos au côté Est de la salle.

Kendô (n.m.): littéralement « la voie du sabre ». C’est la version moderne du  kenjutsu (les techniques du sabre), l'escrime au sabre pratiquée autrefois au Japon par les samouraïs. Par version moderne, il faut comprendre que le kendô n'est pas seulement un art martial mais également un sport de compétition, aujourd'hui largement pratiqué dans le monde.

Le kendô ne se résume toutefois pas à un simple ensemble de techniques et de tactiques du combat au sabre. Il comprend également un volet spirituel. Le kendô permet à ses pratiquants de développer leur force de caractère et leur détermination.

Kendôka ou kenshi (n.m.): on appelle ainsi la personne qui pratique le kendô.

Cotylédon (n.m.) : du grec kotulêdôn / κοτυληδώ, « le creux d’une coupe ». Les cotylédons, scientifiquement nommés feuilles cotylédonaires, sont les feuilles primordiales constitutives de la graine.

Gentiane - Gentiana lutea (n.f.) : plante de la famille des Gentianacéees. Autres noms vernaculaires : gentiane officinale, jouvansanne, quinquina d'Europe, quinquina des pauvres, lève-toi-et-marche, jansonna et quinquina indigène.Grande herbe robuste et vivace, elle peut vivre 50 ans et met 10 ans pour fleurir la première fois. Les feuilles sont opposées et nervurées. Elles sont pétiolées à la base et sessiles embrassantes sur la tige. Les grandes fleurs jaunes sont serrées à la base des feuilles supérieures. La corolle est divisée en 5 à 9 lobes presque jusqu'à la base. Elle est parfois confondue avec le vératre blanc ou hellébore dont les fleurs sont blanches et les feuilles alternées alors que celles de la gentiane sont jaunes et face à face.

 

Mis à jour ( Dimanche, 14 Février 2010 19:17 )