Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

Tu regardes tomber la nuit - français

PDF
Imprimer
Envoyer

TU REGARDES TOMBER LA NUIT

« Et maintenant, chantez d'une douce voix la tribu des femmes,
Muses de l'Olympe, filles de Zeus porte-égide. »

 

Hésiode

C’est la fin du mois de septembre,

Assise près du lac frissonnant

Tu regardes, l’ombre chantante

D’un olivier sur tes épaules de neige,

Tomber doucement, délicatement la nuit.

 

Un silence mauve pleut du ciel d’or,

Le monde s’évanouit près du puits

Et tend sa main délicate

Vers ton visage de marbre pur.

 

À quoi penses-tu en ce moment fugitif,

En cette minute tissée de feuilles fauves,

Toi, ma princesse craintive,

Mon ange éthéré ?

 

Toi, image céleste de la femme de toujours

Fine comme les fleurs fragiles des capucines,

Toi, figure immortelle

De toutes les belles femmes de l’Antiquité !

 

Le  zéphire bleu

Couvre d’un voile diaphane

Ton corps  de lumière

Qui transforme la légèreté de l’air

En poème  captivant !

 

Reste ainsi, mon ange,

Toi que la nuit  va bientôt habiller

De  roses blanches !

 

Athanase Vantchev de Thracy

 

Haskovo, le 26 septembre 2020

Glose :


Hésiode est un poète grec du VIIIe siècle av. J.-C. Les seuls faits authentiquement connus sur Hésiode sont les événements consignés dans ses poèmes. À trois reprises dans Les Travaux et les Jours, il donne quelques éléments biographiques. Il faut y ajouter quelques vers de la Théogonie.


Hésiode serait né à Ascra, un petit bourg de Béotie. Son père venait de Cumes en Éolie, contrée d’Asie Mineure située entre l’Ionie et la Troade. Nous ignorons son nom. La tradition lui donne celui de Dios, mais cela s’explique par une interprétation fautive du passage « Πέρση, δῖος γένος / Pérsê, dĩos génos » (Travaux, v. 299), comprise comme « Persès, fils de Dios » au lieu de « Persès, noble fils ». Il y possédait une petite entreprise de cabotage, qui le ruina. Il traversa donc la mer et se fixa à Ascra où il acheta un lopin de terre, au pied du mont Hélicon. Il y épousa Pycimède, avec qui il eut deux fils : Hésiode et Persès. Parallèlement à ses activités agraires, Hésiode était un aède, c’est-à-dire un barde composant ses poèmes pour un auditoire.

 

À Chalcis en Eubée, il participa au concours de poésie organisé par les fils du roi Amphidamas pour célébrer les funérailles de leur père. Il remporta la victoire grâce à un poème célébrant l’agriculture et la paix, et reçut un trépied en récompense. Il le dédia alors aux Muses de l'Hélicon. Il mourut à Ascra.