Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

Adieu, vieux pins, adieu - français / anglais

PDF
Imprimer
Envoyer

ADIEU,  VIEUX PINS, ADIEU

 

Hier, on a coupé

Les quatre vieux, très vieux pins

Devant notre antique maison !

 

Adieu, attentifs, adieu bons vigiles,

Adieu, arbres studieux,

Arbres pensifs si cher à mon cœur !

 

Que de nids d’aurore  ont bercé

Vos branches généreuses !

 

À présent, un silence de papillons

Pleure votre tragique absence !

 

Pins de ma première enfance,

Pins qui veillaient la blanche ferveur des rosiers

Et la rouge ardeur des hauts secrets de mes rêves !

 

Ô candélabres pleins de lumière,

Ô ciel douloureux,

Ciel d’ici jusqu’à la fin de l’horizon !

 

Ah, comme Auguste ayant appris

La défaite en Germanie

De ses trois meilleures légions

Se frappait la tête contre

Les portes de son palais en criant

« Quintilius Varus, rends-moi mes légions ! »

 

Je sanglote en priant Dieu

De donner vie et joie

À quatre jeunes arbres !

 

Athanase Vantchev de Thracy

 

Haskovo, le 3 août 2020

 

 

 

Glose :

 

Vigile (n.m.) ; du latin vigil, « veilleur ». Dans la Rome antique, membre de cohortes chargées de combattre les incendies et de veiller, la nuit, à la sécurité de la ville.

 

Publius Quinctilius Varus (né v. 46 av. J.-C., mort en 9 ap. J.-C.) est un général et homme politique romain  sous le principat d'Auguste.

 

Né dans une famille patricienne, il est le fils de Sextus Quinctilius Varus, lié au parti républicain.

 

Varus est le général romain vaincu à la bataille de Teutoburg en l'an 9 ap. J.-C., qui vit la destruction de trois légions romaines par les Germains.

 

ENGLISH :

 

 

Farewell, Old Pines, Farewell

Yesterday, they cut down

the four old, very old pines

in front of our ancient house.

 

Farewell, vigilant ones, farewell good watchmen,

farewell, studious trees,

pensive trees so dear to my heart!

 

How many dawn nests your generous branches

have cradled and rocked!

 

Now, a butterfly silence

laments your tragic absence!

 

Pines of my first childhood,

pines which kept watch over the white fervour of the rosebushes

and the red ardour of the noble secrets of my dreams!

 

O candelabras full of light,

O sorrowful sky,

sky stretching from here to the end of the horizon!

 

Ah, just as Augustus, having learned

of the defeat of his three best legions

in Germania, struck his head against

the doors of his palace crying

‘Quinctilius Varus, give me back my legions!’

 

I sob and entreat God

to give life and joy

to four young trees!

 

Translated from the French of Athanase Vantchev de Thracy by Norton Hodges

 

Mis à jour ( Lundi, 07 Septembre 2020 17:26 )