Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

CHANSON IVRE (français)

PDF
Imprimer
Envoyer

 

 

CHANSON IVRE

A Aristide

 

Buvons, les gars, à pleines chopes,

Il fait froid, les loups rôdent

Galantons les belles ribaudes

Buvons, les gars, à pleines chopes !

 

Gens de berlue, hurluberlus,

Le temps passe, le temps hue !

 

Allez, buvez, godelureaux,

Pas d’eau fraîche, du bon vin fin,

Endêvez la gente de bien,

Allez, buvez, godelureaux.

 

Gens de berlue, hurluberlus,

Le temps passe, le temps hue !

 

Faisons crisser, rire, gémir

Le plancher de pin noir,

Caroles folles et fol boire

Faisons crisser, rire, gémir !

 

Gens de berlue, hurluberlus,

Le temps passe, le temps hue !

 

Délurons-nous, force lurons,

Beaux enfants de lignage large,

Belle vêture, blancs-becs, fines barges,

Délurons-nous, force lurons !

 

Gens de berlue, hurluberlus,

Le temps passe, le temps hue !

 

Temps s’en va, temps revient,

Rien ne reste que terre pourrie,

Ride aride, vie décatie

Temps s’en va, temps revient.

 

Gens de berlue, hurluberlus,

Le temps passe, le temps hue !

 

            Athanase Vantchev de Thracy

 

Paris, le 1er mai 2006 

Glose :

Gens (n.f.) : mot latin. Groupe de familles dont les chefs descendaient d’un ancêtre commun.

Berlue (n.f.) : de belluer, « éblouir ». Se faire des illusions. Avoir la berlue : avoir des visions.

Hurluberlu (n.m.) : peut-être de hurelu, « ébouriffé », du radical  de hure  et berlu (qui a la berlue).

Aristide : du grec aristos, « le meilleur » et eidos, « fils de », « issu de ». Le saint patron des Aristide est un philosophe grec du IIe siècle qui se convertit au christianisme et adressa à l’empereur romain Antonin le Pieux une Apologie de la religion chrétienne restée célèbre.

Galanter (verbe) : faire le galant. Galant, galante (adj.) : de l’ancien verbe galer, « s’amuser », du francique °walare, de wala, « bien ». Homme vif et rusé. Vert galant : bandit qui se postait dans les bois. Homme redoutable pour la vertu des femmes. Au XVIe siècle, le mot prend un sens positif : homme poli, délicat, attentionné à l’égard des femmes. Gracieux et distingué, avec quelque chose de vif, de piquant. Synonymes : coquet, élégant, fin, chevaleresque, gentlemen, bourreau des cœurs, cavalier, coureur, don Juan, marcheur, séducteur.

Ribaud, ribaude (adj. et n.) : de l’ancien français riber, « faire le débauché ». Débauché, débauchée.

Huer (verbe) : de hue, onomatopée. Poursuivre avec des huées. Pousser des cris de dérision, des cris hostiles contre quelqu’un. Conspuer, siffler.

Godelureau (n.m.) : croisement de galer, « s’amuser » et lureau, « luron, gaillard ». Jeune élégant, prétentieux : freluquet, gandin.

Endêver (verbe) : de en, et de l’ancien français desver, « être fou », peut-être du même radical que rêver. Rager. Faire endêver quelqu’un : le faire enrager. Tourmenter.

Carole (n.f.) : du bas latin carola. Vieille danse du Moyen Âge. Terme usité, en architecture, pour désigner un déambulatoire. S’entendait de toute disposition en cercle, travail d’architecture ou objet d’orfèvrerie. On disait encore au XVIIe siècle circuit ou carole de cheour.

Délurer (verbe) : dialectal pour déleurrer, « détromper ». Rendre vif, éveillé, malin, débrouillard : dégourdir, déniaiser. Déluré, délurée (adj.) : forme dialectale de déleurré, « qui ne se laisse plus prendre au leurre ». Qui a l’esprit vif, avisé, qui est habile à se tirer d’embarras : dégourdi, éveillé, futé, malin, dégagé, effronté, hardi.

Force (adverbe) : du latin fortitia, pluriel neutre substantivé de fortis, « fort, forcer ». Adverbe de quantité : beaucoup de. J’ai dévoré force moutos.

Luron, luronne (n.) : de l’onomatopée lur que l’on retrouve dans les refrains populaires lure, lurette, turelure. Personne décidée et énergique : gaillard. Bon vivant, gai, joyeux, insouciant et toujours prêt à s’amuser : compère, drille.

Lignage (n.m.) : de ligne, lui-même du latin linea, proprement  « corde de lin ». Ensemble de parents issus d’une souche commune : famille, race, extraction, naissance. Ensemble des individus descendant d’un ancêtre commun par filiation unilinéaire. Lignage large : noble, riche, aisé.

Barge (n.f.) : peut-être du latin populaire bardea, « alouette huppée ». Oiseau échassier (charadriiformes), apparenté à la bécasse, au bec très long légèrement relevé en avant, habitant les marais. Barge à queue noire.

Décatir (verbe) : de et catir, lui-même du latin populaire coactire, « réunir » et qui signifie « donner du lustre (du cati) à une étoffe en la pressant (catissage). Débarrasser une étoffe du lustre que lui ont donné les apprêts (opération de décatissage). Délustrer. Décatisseur, décatisseuses. Décati, décatie (adj.) : éprouvé par l’âge, qui a perdu sa fraîcheur, sa beauté.