Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

Le souffle du vent de l'est - français / anglais

PDF
Imprimer
Envoyer

 

 

LE SOUFFLE DU VENT DE L’EST

Ce souffle céleste chargé d’éternité

Traverse l’âme divine

Du moine enfant Shitao.

 

Des voix intimes,

Pleines d’arômes sauvages

Font vibrer

Le tendre corps du jeune moine.

 

Soudain, son âme devient

Fleuve d’inspiration ardente,

L’air, la terre, l’eau, le feu

Se changent en chant

Dès que son cœur se remplit de ciel.

 

Ses lèvres fraîches murmurent

Dans son étroite cellule :

« Ô Beauté,

Je t’embrasse,

Je te vénère,

Je t’adore,

Je veux t’honorer !

Fais, ô Beauté,

Que tout se ressente

De ta munificence

Et de ta libéralité ! »

 

« Ô Foi, tu es le commencement

De l’union avec Dieu

Et toi, amour, tu es la forme

Et la perfection de la Foi !

Tu fais, ô simplicité colombine,

Surabonder la grâce

Là où abonde la tristesse de la chair ! »

 

Et voici que tout mouvement

Devient calligraphie somptueuse

Et toute respiration

Chant séraphique !

 

Le corps n’est plus chair

Mais diamant, mais cordes d’or

D’une harpe extatique !

 

Ô sublimité, ô contemplation affirmative,

Jugement que l’âme peut former

Par connaturalité !

 

Ô piété,

Assure mes pieds dans la fermeté

Et la stabilité,

Mes yeux dans la modestie,

Ma langue dans le silence

Et mon être dans la prudence,

Par saveur mentale

Et par embrasement d’amour !

 

Tire à toi ma respiration ;

Ô toi, Seigneur des fleurs,

Des oiseaux et des étoiles !

 

Fais de moi un moine

Frère de Shitao

Qui rêve de devenir

Cantique d’éternité

 

Ô souffle du vent de l'est !

 

Athanase Vantchev de Thracy

 

Paris, le 22 juin 2020

 

Glose :

Shitao, également surnommé Moine Citrouille amère est un artiste peintre chinois de la dynastie Qing. La dynastie Qing, d'origine mandchoue, est la dernière dynastie impériale à avoir régné sur la Chine  de 1644 à 1912. Elle a succédé à la dernière dynastie ethniquement chinoise, la dynastie Ming (1368 à 1644). Shitao fut aussi calligraphe et poète, paysagiste tout en ayant endossé l'habit de moine chán (zen) dans sa jeunesse.

Son œuvre, composée notamment de paysages (山水, shānshuǐ) et de motifs végétaux, exprime avec simplicité des thèmes complexes, comme l'immensité du monde ou la beauté de la vie. Son nom de naissance était Zhū Rùojí (朱若极), et son nom de moine Dàojì (道濟). Il est né en 1642. Shitao est célèbre en Occident par son traité « Citations sur la peinture » généralement appelé en Chine « Citations du moine Citrouille amère ».

De 1689 à 1691 ou 1692, il vit à Pékin où il apprend à connaître les classiques chinois. Il y collabore avec d'autres peintres d'école plus traditionnelle, notamment les Quatre Wang.

Devenu un maître reconnu par ses pairs, il se retire dans une simple chaumière près de Yangzhou, où il restera jusqu'à sa mort. Il meurt à Yangzhou vers 1719-20.

 

Les Quatre Wang étaient quatre peintres chinois du xviie siècle, à la fin de la dynastie Ming  et au début de la dynastie Qing. Ils partageaient le même patronyme Wang. Il s'agit de Wang Shimin (1592-1680), Wang Yuanqi (1642-1715), Wabg Hui (1632-1717) et Wang Jian  (1598-1677). Même si de nombreux autres peintres chinois portaient ce nom, les Quatre Wang vivaient à la même époque, se connaissaient et avaient des styles très proches. Wang Shimin était le grand-père de Wang Yuanqi et faisait partie du même clan que Wang Jian, qui lui présenta Wang Hui, dont il fut le professeur.

Ils font partie de l'école orthodoxe du paysage, qui préfère pratiquer la peinture de paysages en s'inspirant d'œuvres de peintres passés reconnus, plutôt que d'après nature.

Parmi les artistes ayant exercé une influence sur eux, on trouve en particulier Huang Gongwang et Wang Meng.

 

ENGLISH :

 

The Breath of the East Wind


A celestial breath heavy laden with eternity

blows through the divine soul

of the child monk Shitao.

 

Inner voices,

full of savage scents,

make the young monk’s tender body

quiver.

 

Suddenly, his soul becomes

a river of fervent inspiration,

air, earth, water, fire,

transform into song

as soon as his heart is full of heaven.

 

His moist lips murmur

in his narrow cell:

O Beauty,

I embrace you,

I venerate you,

I adore you,

I want to honour you!

Beauty, may you make

everything feel

your munificence

and your generosity!

O Faith, you are the beginning

of the union with God

and you, love, you are the form

and perfection of the Faith!

O dove-like simplicity, you make

the place where the sadness of the flesh prevails

abound in grace!

And now, all movement

becomes like rich calligraphy

and every breath

seraphic song!

 

The body is no longer flesh

but diamond, golden strings

of an ecstatic harp!

 

O sublimity, O affirmative contemplation,

judgement that the soul can be shaped

by connaturality!

 

O piety,

make fast my feet in firmness

and stability,

my eyes in modesty,

my tongue in silence

and my being in prudence,

through mental savour

and the fire of love!

 

Draw to you my breath;

O You, Lord of the flowers,

the birds and the stars!

Make of me a monk,

the brother of Shitao,

who dreams of becoming

a canticle of eternity.

 

 

Translated from the French of Athanase Vantchev de Thracy by Norton Hodges

 

Mis à jour ( Mardi, 23 Juin 2020 21:32 )