Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

KHÂ et MERIT - français / anglais

PDF
Imprimer
Envoyer

KHÂ ET MERIT

 

Que je m’arrête,

Que je ne respire plus

Pour ne pas troubler

Le sommeil de Khâ

Et de son épouse tant aimée Merit.

 

Ô ces cercueils d’or

Cette profusion de richesse,

Tous ces objets de luxe effréné :

Vases pleins d’onguent,

De splendides flacons de parfum

Et des nécessaires d’or au khôl protecteur !

 

Ô suprême et excellente dignité

De la haute aristocratie égyptienne !

 

Osiris qui supplée à l’entendement humain

Vite impuissant !

Lui qui garde précieusement

Les cœurs des défunt assurant

Leur résurrection dans le monde

Situé au-delà du monde !

Lui qui inspire aux vivant

L’éminente et savoureuse

Science de l’amour !

 

Où  sont à présent

La souveraine diligence,

Les efforts assidus

Et les soins appliqués

Du merveilleux couple aristocratique,

Enflammé du feu

De la sainte beauté ?

 

Qu’ils reposent à présent, qu’ils juissent

D’un éternel repos,

D’une nouvelle existence

Salutaire et vertueuse

Dans la lumière et la clarté gracieuse

Des dieux de la vie éternelle !

 

Athanase Vantchev de Thracy

 

Paris, le 9 juin 2020

 

Glose :

La tombe thébaine TT8 est l'une des plus grandes découvertes archéologiques de l’Égypte ancienne. Ce tombeau de l'époque du Nouvel Empire est l'une des rares tombes de la noblesse de l’Égypte ancienne à avoir survécu intacte à travers les siècles : il n'a été découvert qu'en 1906, par Arthur Weigall et Ernesto Sciaperelli, au nom de la Mission archéologique italienne. Ses découvreurs ont employé 250 ouvriers pendant plusieurs semaines.

La pyramide-chapelle de Khâ et de son épouse Merit était déjà connue depuis de nombreuses années : des scènes en avaient été copiées par plusieurs égyptologues. Les égyptologues savaient donc que Khâ était un maître d'œuvre important à Deir el-Medineh, où il avait été responsable des projets menés au cours des règnes des trois rois, Amenhotep II, Thoutmôsis IV et Amenhotep III. Le pyramidion de la chapelle avait déjà été emporté par un visiteur précédent et se trouvait au Musée du Louvre.

Ce fut donc une surprise pour Schiaparelli que la sépulture de Khâ et Merit soit située dans les falaises isolées qui entourent le village et non à proximité immédiate de la chapelle, comme c'était le cas habituellement pour les sépultures de la noblesse égyptienne. Le tombeau contenait le mobilier funéraire de Khâ, surveillant des travaux de Deir el-Médineh et de son épouse Merit.

Les objets découverts dans la tombe montrent l'opulence de Khâ et Merit durant leur vie. Les éléments les plus importants ont été couverts par des bâches, et le sol a été balayé lorsque la dernière personne a quitté les lieux.. Les cercueils de Khâ et Merit avaient été disposés dans deux sarcophages emboîtés.

Ainsi la tombe de Khâ et Merit était meublée avec tous les objets nécessaires à la vie après la mort. Les onguents et le khôl, considérés comme nécessaire à l'hygiène, étaient disposés dans une grande variété de récipients à couvercles, en albâtre, verre et faïence. Les Égyptiens eux-mêmes se protégeaient des mouches et des rayons du soleil en portant du khôl noir sous les yeux, représenté dans les sculptures comme de longues bandes cosmétiques. La tombe contenait d'autres objets, comme des sandales ou des récipients divers, et aussi une centaine de vêtements prévue pour le couple dans sa vie post mortem.

Khâ avait été momifié avec plusieurs articles de bijouterie. Les deux cercueils anthropoïdes de Khâ sont d'excellents exemples de la richesse et des brillantes techniques sous le règne d'Amenhotep III. Le cercueil extérieur "était couvert de bitume noir, le visage, les mains couverts de bandes présentant des inscriptions et des figures de dieux funéraires en gesso doré, tandis que le cercueil intérieur "était entièrement recouvert de feuilles d'or, à l'exception des yeux, des sourcils et des lignes de cosmétiques, incrustées de quartz ou de cristal de roche pour le blanc des yeux, de verre noir ou d'obsidienne pour les iris, de verre bleu pour les sourcils et les lignes de cosmétiques. Les orbites elles-mêmes sont entourées de cuivre ou de bronze. Ses bras sont croisés sur sa poitrine dans la pose d'Osiris, seigneur de la mort. Il porte un large collier avec des pendentifs en têtes de faucon. Au-dessous se trouve un vautour aux ailes tendues saisissant deux signes de Shen dans ses serres"7.

Dans l'un des cercueils de Khâ a été inclus un des plus anciens exemplaire du Livre des morts des Anciens Égyptiens. Une radiographie de la momie de Khâ montre qu'il a été paré d'un collier en or et de lourdes boucles d'oreilles, une des plus anciennes trace archéologique d'homme portant des boucles d'oreilles.

Vases et nécessaire de toilette de Merit

Merit, l'épouse de Khâ, a été ensevelie dans un seul sarcophage extérieur, avec un cercueil anthropoïde intérieur et un masque en cartonnage. Sa momie a été enveloppée avec ses bijoux funéraires. Une tombe de cette ampleur a demandé des années de préparation, un long processus que Khâ a certainement supervisé durant toute sa vie. Précédé de manière inattendue par son épouse Merit, Khâ a fait don de son propre cercueil à sa femme. Comme il était trop grand pour la momie de Merit, il a été obligé de placer des linges à son propre monogramme autour de la momie de sa femme. L'unique cercueil de Merit combine les caractéristiques des cercueils intérieurs et extérieurs de Khâ : le couvercle est entièrement doré, mais la boîte est recouverte de bitume noir, avec seulement les chiffres et les inscriptions dorés.

 

ENGLISH :

 

Kha and Merit

 

Let me stop here,

let me hold my breath

so as not to disturb

the sleep of Kha

and his beloved wife Merit.

 

O these golden coffins,

this profusion of richness,

all these objects of an unbridled luxury:

vases full of ointments.

splendid bottles of perfume

and the golden implements for protective kohl!

 

O supreme and excellent dignity

of the noble Egyptian aristocracy!

 

Osiris who steps in when human understanding

rapidly weakens!

He who keeps careful guard

over the hearts of the dead

assuring their resurrection in the world

which lies beyond this world!

He who inspires in the living

the eminent and delightful

science of love!

 

Where now are

the sovereign diligence,

the assiduous efforts

and the careful attentiveness

of this marvellous aristocratic couple,

burning with the fire

of sacred beauty!

 

May they rest now, may they enjoy

eternal rest,

a new existence

salutary and virtuous

in the clear gracious light

of the gods of eternal life!

 

 

Translated from the French Of Athanase Vantchev de Thracy by Norton Hodges

 

 

Mis à jour ( Samedi, 13 Juin 2020 14:06 )