Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

CHANSON DE LA BARQUE DU VENT (français)

PDF
Imprimer
Envoyer

 

CHANSON DE LA BARQUE DU VENT

A Edmée

 

La barque du vent vogue dans les cieux,

Sa voile est la lune, sa proue le soleil,

Il gronde son chant,  tapote des orteils,

La barque du vent vogue dans les cieux.

 

Etoile amie, où va le vent preux ?

 

Il délire en force, crie en tonnerre,

Une étoile nue, sur son front froncé,

Orfèvre des mots, forgeron ailé,

Il délire en force, crie en tonnerre.

 

Etoile amie, où va vent fier ?

 

L’air suit sa rage, se cabre, se plie

Jamais il n’eut hôte ni fabre plus fou,

Ecoute, enchanté, la vague en remous

L’air suit sa rage, se cabre, se plie !

 

Etoile amie, le vent danse et ris !

 

Le cœur de ma belle, tremble cahoté,

Trousse parole pie, récite des prières,

Tourne et retourne, en poussinière,

Le cœur de ma belle tremble cahoté.

 

Etoile amie, sœur aînée des blés ?

 

Elle a sur son corps, robe de taffetas,

A ses cheveux blonds, guipures délicates,

Ganse à son cou, perles dans les nattes

Elle a sur son corps, robe de taffetas.

 

Etoile amie, sourire de soie !

 

Vent bourlingue, se moque, rafle feuilles et fleurs

Le cœur d’une enfant ne compte que grain,

Il martèle heureux le ciel chagrin,

Vent bourlingue, se moque, rafle feuilles et fleurs.

 

Etoile amie, retiens mes pleurs !

 

Athanase Vantchev de Thracy

 

Paris, le 30 avril 2006

Glose :

Edmée : du saxon ed, « richesse », et mund, « protection ». Variante : Edmonde.

Fabre (n.m.) : du latin faber, fabri. Artisan, fondeur en bronze, ciseleur.

Pie (adj. f.) : du latin pius, « pieux. Une œuvre pie.

Poussinière (n.f.) : de l’italien geline pociniere, « mère poule », lui-même de poussin (n.m.) : du latin populaire pullicinus (latin classique pullus). Cage dans laquelle on enferme les poussins. Couveuse, éleveuse artificielle.

Taffetas (n.m.) : de l’italien taffeta, lui-même du turco-persan taftâ, « tissé ». Tissu de soie à armure unie. Taffetas ordinaire : aux deux faces semblables. Taffetas changeant : dont la chaîne et la trame  sont de nuances différentes. Armure (n.f.) : du latin armatura, de armare, « armer ». Mode d’encroisement  des fils de chaîne et de trame : tissage, tissu. Armure de base : satin, sergé, toile. Sergé (n.m.) : du latin sericus, « soie ». Une des trois armures fondamentales, donnant un tissu à côtes obliques qui présente un endroit et un envers. Tissu d’armure sergé : coutil, denim, gabardine, serge, twill.

Guipure (n.f.) : de guiper, lui-même du francique wipan, « entourer de soie ». Dentelle sans fond dont les motifs sont séparés par des grands vides. Guipure au fuseau, à l’aiguille, à la machine. Guipure de Venise, de Flandre, du Puy. Ce qui rappelle la guipure par l’aspect ajouré et délicat. Fuseau (n.m.) : du latin fusus. Broche conique autour de laquelle on envide (tourne) le fil d’une dentelle.

Ganse (n.f.) : du provençal ganso, proprement « boucle d’un lacet », lui-même du grec gampsos, « courbé ». Cordonnet ou ruban étroit servant à border, à faire des brides, à orner : cordon, galon, passement. Ganse de botte : tirant.

Bourlinguer (verbe) : peut-être de boulingue, « petite voile ». Avancer péniblement contre le vent et la mer : rouler. Naviguer beaucoup. Il a bourlingué dans les mers du Sud. Voyager beaucoup, rouler sa bosse (familier).