Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

CHANSON DE COLCHIQUES (français)

PDF
Imprimer
Envoyer

 

CHANSON DE COLCHIQUES

« Colchique dans les prés et c’est la fin de l’été »

            Dicton français

Bruant jaune qui chante

Et vie qui susurre,

Viens-t’en temps mûr,

Saison abondante !

 

Dévide la soie

Des vignes, baume féal,

Soupir de cristal,

La feuille tournoie.

 

Oï-la-li, oï-la-li

Oï-la-la !

 

Viens-t’en ma fille

Boire le nectar

Du moût qui s’égare

Dans l’ambre des trilles !

 

Que trottent les jours,

Flopées de folies,

Viens-t’en ma mie,

Orchis de velours !

 

Oï-la-li, oï-la-li,

Oï-la-la !

 

Le vent caracole

Dans le plessis,

Le vent, mon amie,

Siffle et trolle !

 

Avoine écachée,

Roussit dans le four,

Viens, mon amour,

Mon aube, ma spirée !

 

Oï-la-li, oï-la-li,

Oï-la-la,

 

Esprit qui divaguent,

Dague dans le cœur,

Mésange, ma sœur,

Carène sur les vagues !

 

Oï-la-li, oï-la-li

Oï-la-la !

 

Le sang sur les fleurs,

Le jour qui se meurt,

            Qui se meurt

                        Qui se meurt !

 

            Athanase Vantchev de Thracy,

Glose :

Colchique (n.m.) : du grec : plante de Colchide, pays de l’empoisonneuse Médée. Plante des prés (liliacées) vénéneuse, à fleurs roses ou mauves apparaissant en automne, aussi appelée safran des prés, tue-chien. Colchide (n.f.) : ancienne contrée de l’Asie, à l’Est du Pont-Euxin (la mer Noire), et au Sud du Caucase, traversée par le Phase (auj. Rioni, rivière de Géorgie).

Bruant jaune - Emberiza citrinella - (n.m.) : variante ancienne de bruyant. Petit oiseau (passériformes), de la taille du moineau, nichant à terre ou très près du sol. Le proyer est une variété du bruant. Le bruant ortolan est apprécié des gastronomes. Ortolan (n.m.) : du bas latin hortolanus, « du jardin ». Petit oiseaux à chair très estimée, variété de bruant à gorge jaune et ventre orangé. Manger des ortolans : des mets coûteux et raffinés.

Susurrer (verbe) : du bas latin susurrare, onomatopée. Murmurer doucement, chouchouter.

Féal, féale, féaux (adj.) : de fei, ancienne forme de foi, lui-même du latin fides. Fidèle à la foi jurée. Dévoué, fidèle, loyal. Baume féal : baume auquel on peut faire confiance, bienfaisant.

Moût (n.m.) : du latin mustum. Jus de raisin qui vient d’être exprimé et n’a pas encore subi la fermentation alcoolique. Moût obtenu par foulage (vins rouges), par pressage (vins blancs). Moût qui subi le mutage à l’alcool, mistelle.

Orchis (n.m.) : du grec orkhis, « testicule ». Plante (orchidacées) communément appelée orchidée. Les orchis de Provence.

Plessis (n.m.) : terrain enclos à l’aide de plesses. On dit aussi plessée. Plesse (n.f.) : du latin plexus, « plié ». Tige qu’on ramène dans le milieu de l’épaisseur d’une haie au lieu de la tordre, afin d’épaissir le fourré. Mot usité en Normandie.

Troller ou trôler (verbe) : du latin populaire tragulare, radical trahere, « traîner ». Trolle (n.f.) : manière de chasser au hasard du lancer, après avoir découplé les chiens, si on n’a pu détourner le cerf avec le limier. Trolle (n.m.) : Plante vivace herbacée (renonculacées), aux fleurs jaunes globuleuses, appelée aussi boule d’or. Ne pas confondre avec le troll, esprit, lutin des légendes scandinaves.

Avoine écachée (n.f.) : du latin avena. Céréale originaire du Moyen-Orient (graminées), à épillet en panicule. Avoine élevée : fromental. Semoule d’avoine : gruau. Epillet (n.m.) : de épi. Chacun des petits épis secondaires régulièrement groupés sur l’axe central d’un épi composé ou d’une panicule. Epillet d’orge, d’avoine. Panicule (n.f.) : du latin paniculus, diminutif de panus, « épi ». Grande inflorescence en grappes, ramifiée et lâche. Ecacher (verbe) : de l’ancien français °cacher, « presser, écraser ». Déformer en pressant : Ecacher la pointe d’un couteau.

Spirée (n.f.) : du grec spiraea. Plante herbacée, ou arbrisseau (rosacées) à fleurs décoratives – filipendule, reine-des-prés.

Dague (n.f.) : peut-être du latin °daca, « épée de Dacie ». Epée courte, que l’on portait au côté droit. Défense de sanglier. Premiers bois en forme de petites cornes courbes et unies que portent les cerfs et les daims vers la deuxième année. Daguet (n.m.) : jeune cerf, jeune daim. Dacie (n.f.) : ancienne région d’Europe du S.-E., située sur la rive gauche du Danube, correspondant à la Roumanie actuelle, habitée par des peuples indo-européens.

Carène (n.f.) : de l’italien carena, mot génois, lui-même du latin carina, « coquille de noix ». Partie immergée de la coque d’un navire, située sous la ligne de flottaison (quille et œuvres vives). Pièce intérieure renforçant la carène : carlingue (n.f.) du scandinave kerling. Quille (n.f.) : de l’ancien norrois kilir, pluriel de kjolir. Pièce axiale située à la partie inférieure d’un navire et sur laquelle repose l’ensemble de la chrpente de la carène : carlingue, étambot, étrave. Voilier à quille : quillard. Œuvres vives : la partie de la coque  qui est au-dessous de la ligne de flottaison. Œuvres mortes : la partie émergée : accastillage.