Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

CETTE NUIT, JE PARLERAI (français)

PDF
Imprimer
Envoyer

 

CETTE NUIT, JE PARLERAI

 

A tous les miens endormis dans la paix céleste du Christ

 

Cette divine nuit, je parlerai avec mes aimés

Endormis sur le cœur de mon Seigneur !

 

Lui, l’Union parfaite de toute chose avec l’éternité,

La Proximité transparente, l’Espérance de lumière,

La Certitude somptueuse, la chérubinique Solitude

Dans l’esseulement avec Dieu, la Joie océane

Des instants de grâce mystique !

 

Je réchaufferai de paroles rouges et incandescentes,

De paroles d’or flamboyant

Le sang gelé des morts oubliés,

Les mains des doux méprisés des fosses communes,

Devenus silence de neige et de glace !

 

Je serai comme mes amis, les vieux soufis

Perses et arabes, fort en magie d’amour

Et sortilège de tendresse !

 

Cette nuit, pareille au vent chaud de l’été,

Ma langue inspirée par les légions des armées célestes,

Sera leur aimante confidente, leur consolatrice passionnée !

.

Lui, l’Union parfaite de toute chose avec l’éternité,

La Proximité transparente, l’Espérance de lumière,

La Certitude somptueuse, la chérubinique Solitude

Dans l’esseulement avec Dieu, la Joie océane

Des instants de grâce mystique !

 

Cette nuit, comme les esprits lumineux du ciel,

Je soufflerai mon âme sur tous les cimetières de la Terre !

 

Alors, ô mon Seigneur, des milliers d’amants délaissés

S’élanceront de leur tombe pour se couvrir

De  voiles étincelants de baisers !

Leurs corps réveillés, brilleront comme des perles

Qui jaillissent de l’écrin de leur coquille !

 

Ce nuit des nuits, les pierres tombales

Se changeront en calice de jade vivant

Où dormiront heureux les âmes des défunts !

 

Lui, l’Union parfaite de toute chose avec l’éternité,

La Proximité transparente, l’Espérance de lumière,

La Certitude somptueuse, la chérubinique Solitude

Dans l’esseulement avec Dieu, la Joie océane

Des instants de grâce mystique !

 

Cette nuit divine, ô mon cœur, je serai l’Homme Parfait,

L’Adam Qâdmon, l’Homme Premier,

L’Ecriture des écritures,

Pour que l’amour leur rende la beauté

Cachée à nos yeux

Par leur si proche présence !

 

Cette nuit, je couvrirai

De guirlandes de lilas roses

Et de muguets étincelants

Toutes les tombes oubliées

Sur la face de la Terre  !

 

            Athanase Vantchev de Thracy

Fleurigny – Touques, ce vendredi 4 janvier 2008

Glose :

L’Homme Parfait : L’Homme rêvé par le grand mystique Moheïddine Ibn ‘Arabi (1165-1240), auteur de 846 ouvrages. Ses écrits influencèrent Dante et saint Jean de la Croix.

L’homme chez Muhammad bin ‘Alî al-‘Arabi al-Hâtimî al-Tâ'î, surnommé Muhyî al-dîn (« le Vivificateur de la religion »), est l’image parfaite de la création accomplie : « Qui t’a créé, puis modelé et constitué harmonieusement ? Il t’a façonné dans la forme qu’Il a voulue » (Coran, Sourate 82, verset 7-8). L’image extérieure de l’homme ressemble dans une certaine mesure au monde et à ses dimensions macrocosmiques. Ses facultés intérieures (l’intellect, l’imagination, etc.) ont une similitude avec les sphères supérieures. Cette ressemblance extérieure et intérieure est constamment évoquée dans plusieurs chapitres des Futûhât Makkiyya (Les Illuminations de La Mecque), ainsi que Mawâqi' al-Nujûm (Le Couchant des étoiles) et Tadbîrât al-Ilâhiyya (Les dispositions divines). Avant Ibn 'Arabi, plusieurs philosophes, comme les Frères de la pureté (Ikhwan al-Safa) et Avicenne (Ibn Sînâ), ont systématisé dans leur métaphysique la face humaine de l’univers et l’aspect cosmologique de l’homme.

Ibn 'Arabi entend par l’homme un degré élevé et distingué, celui de l’homme parfait. La perfection humaine est liée à l’image divine qui procure les secrets ésotériques pour agir sur la créature. L’homme parfait se distingue de l'homme ordinaire (Ibn 'Arabi dira l'homme-animal, du fait de la ressemblance anatomique et physiologique) par l’appropriation des Noms divins en ayant la volonté créatrice et le commandement du monde. Par ailleurs, l’homme parfait se distingue par l’énergie spirituelle ou l’aspiration (himma) qui est son instrument de création.

Adam Qâdmon ou l’Homme Primordial : l’Homme Primordial de la Kabbale juive. Les quatre premières Sephiroth forment l'Adam Qadmon (אדם קדמון) et son espace intérieur; les six autres forment son espace extérieur. Il regarde à l'Est, il est debout, sa tête touche la 5e Sephira; ses pieds sont sur la 6e Sephira; son regard sur la 7e; son dos vers la 8e; les bras en croix, à droite vers la 9e (au Sud); à gauche vers la 10e (au Nord). Les sephiroth, littéralement « émanations », « numérations » ou encore « nombres », sont des étapes, des épreuves, des champs de conscience, des forces en action dans la réalité que nous percevons. En hébreu, « sephiroth » est un pluriel féminin dont le singulier est « sephira » ou encore « séphire ». La Kabbale compte 10 sephiroth. Adam Qâdmon, mort les bras en croix, symbole mi-humain, mi-divin, attend qu'on lui permette de réapparaître vivant. Selon la Kabbale, l'Arbre des Sephiroth représente la structure de l'homme et de l'univers. Il symbolise à la fois les forces à l'oeuvre dans le monde manifesté, composé de voiles placés entre l'homme et la connaissance pure, et les interactions entre ces forces. L'origine de l'Arbre est méconnue. Ses premières illustrations datent du XIIe siècle. Ses représentations varient peu, qu'elles soient exécutées par la main d'Isaac Luria (XVIe siècle), de Knorr de Rosenroth (XVIIe siècle), de Georg von Welling (XVIIIe siècle) ou de nos contemporains.

L’Homme Premier : l’Homme Divin des soufis, ces maîtres mystiques de l’islam. Il s’agit d’Adam avant le péché.