Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

CE JOUR A GANDIA (français)

PDF
Imprimer
Envoyer

 

CE JOUR A GANDIA

Què puc tocar de tu quan ets absent?

          Vicenç Llorca,

         El cos de l’elegia

 

L’excès de lumière, le cri vertigineux

Du merle émerveillé par la splendeur du jour,

Le blanc bleuté des vagues qui  tendrement entourent

De chants éblouissants nos corps mélodieux.

 

Le vent voluptueux apporte la verte odeur

De prêles et de roseaux jusqu’à nos frêles narines, 

Et le ciel étale son âme adamantine

Sur la fraîcheur des sources et le silence des fleurs !...

 

Non, âme, je n’oublierai jamais ce vaste été

Et cette année sublime où j’ai connu l’amour,

Le tremblement du sang, le soyeux velours

 

Des premières caresses, les rêves d’éternité !

Nacelles des palmiers, esquifs léger des mots,

Narcisses des crépuscules, poèmes divins de l’eau !

 

            Athanase Vantchev de Thracy

Saint-Germain-en-Laye, ce samedi 17 février 2007

Glose :

Vicenç Llorca (Barcelone 1965-) : un des plus grands poètes et critique littéraires catalans. Poésie dense, profonde et très élaborée. Il est l’auteur de plusieurs recueils de poésies.

Prêle (n.f.) : du latin asperella, lui-même de asper, « âpre au goût ». Son nom scientifique est Equisetum arvense, du equs, « cheval », et de seta, « soie », la plante ressemble à une queue de cheval ; arvense, « des champs ». La prêle des champs, qui pousse partout, existait déjà aux premiers âges de la terre. Elle croissait en abondance et nous a laissé un précieux héritage sous la forme d'épaisses couches de houille dans lesquelles on a relevé des empreintes qui prouvent que son aspect n'a pas changé, mais au lieu de mesurer de 30 à 120 cm comme aujourd'hui, ces tiges atteignaient alors la taille d'un sapin.

La prêle est extraordinaire par sa nature même puisqu'elle ne fleurit pas et se reproduit par des spores, comme les champignons, les fougères et les mousses. Elle est extraordinaire aussi par sa composition. Cette plante  est un véritable réservoir de silice ; ses cendres en contiennent jusqu’à 80 % et, en examinant l'arête des feuilles avec une loupe, il arrive qu'on y distingue de petits cristaux de ce minéral auquel on doit, entre autres pierres de valeur, le quartz, l'améthyste, l'agate et l'opale. Cependant ce n'est pas sa seule richesse; elle renferme également du calcium, sodium, fer, manganèse, potassium, soufre, magnésium, du tanin, un complexe d'alcaloïdes et un glucoside amer, lequel lui  donne la saveur qui lui a valu son nom.

Pline la baptisa « le poil de la terre ». Les Romains la conseillaient, en tant que tonique et reconstituant général, sous forme de salade préparée avec les jeunes pousses. On l'utilisa aussi pour polir le bois en ébénisterie et marqueterie, pour récurer les pots et la vaisselle.

Nacelle (n.f.) : du latin navicella, « petit bateau sans voile ». Dans l’aéronautique, on appelle nacelle le panier en osier suspendu à une montgolfière dans lequel montent les aérostiers. La nacelle d’un avion est le carénage entourant le moteur ou le réacteur. La nacelle peut être un panier mis sur le dos d’un animal, la grande échelle des pompiers, une cabine sur une attraction foraine, la plateforme d’un pont transbordeur, la voiture d’un funiculaire, etc.

Esquif (n.m.) : de l’italien schifo, « petite embarcation », apparenté au proto-germanique skipan. Petite barque, petits canot. L'esquif est une excellente embarcation pour l'eau peu profonde des rivières. Version réduite du chaland, construite en bois du pays, l'esquif est très populaire vers la fin du XVIIIe siècle. Dans les régions où l'eau est peu profonde, l'esquif est propulsé avec une pagaie ou une perche, et un petit moteur hors bord peut aussi être utilisé. La poupe d'un esquif à moteur hors bord est généralement renforcée afin de mieux résister au poids additionnel. Avec l'avènement de ce genre de moteur au siècle dernier, les esquifs deviennent très populaires.