Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

Comme une immense certitude - français / anglais

PDF
Imprimer
Envoyer

COMME UNE IMMENSE CERTITUDE

À Ambroise de Lombez

Ce jour couleur d’olive verte,

Avec sa lumière d’une précision de fruits mûrs,

Avec les douces senteurs de mille et une formes

D’hésitations quotidiennes !

 

En compagnie des mêmes mots vertueux,

Penchés sur l’oubli clair

Des morts et des grains de blé

Qui dorment dans la terre humide,

Nous attendons l’arrivée du soir.

 

Quel nom serein pouvons-nous donner

À cet été dont le sang ocre

Brille sur les fruits d’or des orangers

Si beaux dans leur chaleur amoureuse ?

 

Quel nom ? Je ne le sais

Et en reste là, près de toi

Sous le vol incendiaire des oiseaux

Qui dessinent ton visage printanier

Sur les feuilles indigo du ciel !

 

Ah, ce jour indécis qui vieillit

Lentement dans l’eau pure de nos yeux,

Avec cette douce tristesse

De fleurs qui se fanent !

 

Nous chantons et la nuit tombe

Nous nous taisons et l’horloge

Marque la fin juste d’un temps

Qui marche, sobre et silencieux

Dans les longues allées de nos sentiments !

 

Athanase Vantchev de Thracy

 

Paris, le 6 mars 2020

 

Glose :

Jean de La Peyrie, plus connu sous le nom d'Ambroise de Lombez, est un religieux catholique français du XVIIIe siècle, capucin ermite et confesseur en particulier de la Reine Marie Leczinska,

Il est né à Lombez, ancienne ville épiscopale du Languedoc, le 20 mars 1708, d’une noble famille d’Armagnac qui comptait plusieurs membres illustres de robe et d’épée. Il fit ses études classiques chez les Doctrinaires de Gimont et de théologie à l’école Saint-Thoma-d’Aquin à Auch.

À l’âge de 16 ans, il entre chez les Capucins et prend le nom de frère Ambroise. Il est tout d'abord directeur de l’étude de théologie au couvent de Saint-Sever, puis entre au couvent de Médoux et durant quinze ans, il dessert le sanctuaire de Notre-Dame de Médoux. Maître des novices et gardien du couvent d’Auch, il est appelé à Paris pour remettre de l'ordre dans les couvents et devient aumônier des Capucines du Couvent Royal de la Place Vendôme.

Il devient alors le confesseur de la Reine Marie Leczinska, ce qui lui vaut rapidement un rappel en Province comme Définiteur Provincial et gardien du couvent d’Agen.Délégué de la Province au Chapitre National, il s'oppose aux nouvelles réformes de l'Ordre.

Ses trois livres les plus célèbres furent le Traité sur la Paix intérieure, paru en 1756 et très souvent réédité, le recueil de Lettres spirituelles sur la Paix intérieure, publié en 1766 et le Traité de la Joie de l'âme chrétienne. Son secrétaire fut un temps le père Philippe de Madiran (Jean Doussau).

Il meurt le 25 octobre 1778, à l’âge de 70 ans, au cours d’une cure thermale à Luz-Saint-Sauveur dans la chapelle Solférino, ermitage dont il aurait été le dernier occupant. Ses ossements furent transférés sur le plateau de Solférino par Napoléon III. Comme épitaphe, on peut y lire : « Sous cette pierre reposent les restes du Vénérable Ambroise de Lombez, capucin de Saint-Sauveur, primitivement inhumés à l'entrée de la chapelle de la Vierge de Luz ».

 

ENGLISH :

 

 

Like an Immense Certainty

 

To Ambroise de Lombez

 

This day the colour of green olives,

with its light as distinct as ripe fruit,

with the sweet fragrances of a thousand and one forms

of daily hesitation!

 

In the company of the same virtuous words,

bent over the bright oblivion

of the dead and the grains of wheat

sleeping in the humid earth,

we await the arrival of the evening.

 

What serene name can we give

to this summer whose ochre blood

is gleaming on the golden fruit of the orange trees

so beautiful in their amorous warmth?

 

What name? I don't know

and remain there, near you

beneath the incendiary flight of birds

who are sketching your springtime face

on the indigo leaves of the sky!

 

Ah, this undecided day, growing old

slowly in the pure water of our eyes,

with the gentle sadness

of fading flowers!

 

We sing and night falls,

we stay quiet and the clock

marks the exact end of a time

that moves on, sober and silent

in the long lanes of our feelings!

 

 

Translated from the French of Athanase Vantchev de Thracy

Mis à jour ( Dimanche, 08 Mars 2020 00:23 )