Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

Je demande la miséricorde - français

PDF
Imprimer
Envoyer

JE DEMANDE LA MISÉRICORDE

Je demande au Seigneur

Sa divine bonté et sa céleste miséricorde,

Je veux partir habiter les eaux de la mer

Lorsque ma vie devient

Livre de cicatrices,

Psaume de folles blessures.

 

Ainsi les hommes de la haute Antiquité

Demandaient à Dionysos sous tous ses noms :

Feu Frémissant, Bromios le Bruyant,

Bacchos le Retentissant,

Nysaios, de Nyssa, Zagreus, Sabazios,

Dithurambos, Evios…

Entouré de la thiase délirante,

Vêtu de la nébride sacrée,

Tous les bienfaits de la terre nourricière :

Blé blond, lait étincelant de blancheur,

Vin pourpre mêlé à l’eau claire des sources,

Doux nectar des abeilles !

 

Et le dieu à demi ivre, apitoyé,

Leur accordait toutes ses faveurs.

Les comblant des fruits pulpeux

De Grèce, de Phrygie et de Lydie,

Faisant fumer sur ses innombrables autels

Le suave encens de l’Arabie Heureuse !

 

Attendrie par le souffle du dieu,

L’herbe se mettait à croître

Brisant la fine couche de gel,

L’hiver s’adoucissait et sa somnolente langueur

Gagnait plaines, rivières et montagnes !

 

Je te demande, Seigneur, le destin

Que tu veux bien m’accorder,

Pour que, humble et amoureux de mes jours,

J’attende, en te glorifiant

Par des hymnes pleins d’extase,

Les dernières lumières de ma fin !

 

Et qu’une main habile

Grave avec le burin acéré sur le marbre sévère,

Un de mes poèmes, Seigneur,

Moi, transparent à la lumière céleste,

Sans y inscrire mon nom de misérable mortel !

 

Athanase Vantchev de Thracy

 

Paris, le 26 février 2020

 

Glose :

Dionysos : dans la mythologie grecque, Dionysos (en grec ancien   Διώνυσος / Diốnusos ou Διόνυσος / Diónusos) est le dieu de la vigne, du vin et de ses excès, de la folie et de la démesure. Il est une figure majeure de la religion grecque, et un dieu de première importance au sein de l’orphisme : les Hymnes orphiques comportent de très nombreuses prières en son honneur.

Ancien Feu divin, comme l'attestent de nombreux éléments de sa légende et de son culte, il est le fils de Zeus et de la mortelle Sémélé ou, selon l'orphisme, de Déméter ou de Perséphone.   Réparties entre l'automne et le printemps, ses festivités sont liées au cycle annuel et notamment au retour du printemps. Dieu de la fureur et de la subversion, son culte est également marqué par les fêtes orgiaques féminines célébrées par ses accompagnatrices, les ménades. Ses festivités ont été la force motrice du développement du théâtre et de la tragédie.

Il a été adopté par la Rome antique sous le nom de Bacchus (du grec ancien Βάκχος / Bákkhos, un de ses autres noms) et assimilé au dieu italique Liber Pater.

Les Grecs considéraient Dionysos comme une divinité étrangère, ainsi que l'indique l'attribut du bonnet phrygien qu'il partage avec Mithra. On a parlé d'une origine indienne et mésopotamienne. Le décryptage par Michael Ventris et John Chadwick des tablettes en linéaire B découvertes dans les palais mycéniens a cependant révélé que le nom de Dionysos figurait dans la liste des divinités grecques dès l'époque mycénienne. La civilisation mycénienne est une civilisation égéenne de l’Helladique récent s'étendant de 1650 à 1100 av. J.-C. environ, dont l'apogée se situe entre 1400 et 1200 av. J.-C.

Les fêtes de Dionysos, comme celles de Shiva, se répartissent sur l'automne, l'hiver et le printemps. Le centre du culte dionysiaque culmine avec la fête des Anthestéries, célébration solsticiale hivernale et fête des morts. Dionysos est alors le dieu chthonien de l'hiver, complémentaire ou opposé à l’Apollon solaire. Les Anthestéries sont la fête d'un dieu Feu qui triomphe des ténèbres.

Thiase (n.m. ou f.) : dans la mythologie grecque, le thiase (parfois en français au féminin : la thiase) est le groupe de créatures qui accompagnent et servent Dionysos. Ce groupe est composé de satyres et de ménades.

Une nébride (du grec ancien νεβρός / nebrós, « cerf ») est une peau de bête servant de vêtement, et également un attribut du culte de Dionysos. Elle est faite généralement d'une peau de cervidé (faon, daim ou biche), mais peut être aussi en peau de panthère, de bouc, de chèvre, de lynx ou de renard.