Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

Du vent, partout du vent - français

PDF
Imprimer
Envoyer

DU VENT, PARTOUT DU VENT

Du vent, du vent, du vent,

Partout ce vent brutal qui dévaste la terre

Et frappe avec fureur l’esprit, le cœur et l’âme !

 

Et ces élégiaques, ces tendres primevères

Blotties contre le mur de la maison !

 

Le grave après-midi, les portes qui claquent

Et toi, ma tante, imperturbablement penchée

Sur tes boutis, chantant d’une voix limpide

Des vieilles chansons de notre France aimante !

 

Et cette reproduction jaunie

Accrochée au mur d’un ocre pâle,

La Fillette jouant au volant

De Jean Siméon Chardin,

Oui, cette charmante fillette,

Absorbée dans son monde de jeu

Qui tient le volant et sa raquette

Imperméable à tout ce qui l’entoure.

 

Soudain, miraculeux, arrive le calme,

Le beau visage du grand silence

Luit dans a pureté de l’air

Et délicatement les anges délicieux

Apportent sur terre la paix

Et l’onctueuse clarté des cieux

Dégagés du voile épais des lourds nuages !

 

Comme il nous faut si peu de chose

Pour nous sentir des hommes, des vrais,

Pour entendre le soir venu

Le chalumeau champêtre

Nous appeler à découvrir les splendeurs

Des humbles choses marquées par le sceau

De l’évangélique simplicité !

 

Athanase Vantchev de Thracy

 

Paris, le 11 février 2020

 

 

Glose :

 

Le boutis est un travail sur textile piqué et parfois rebrodé. On a donné au boutis de multiples étymologies. Mais il semble tirer son nom de l'ancienne aiguille de buis qui permettait ce travail. Ces aiguilles à deux chas étaient utilisées pour bouter (pousser) sur l’envers les mèches de coton entre les deux étoffes

 

Les origines du boutis sont liées aux cotonnades et aux indiennes qui provenaient d’Égypte oun des Indes. Elles arrivaient par le port de Marseille, lieu d'échange important avec l'Orient et les pays du Levant. Ce qui a permis à la Provence d'être la première région de France à découvrir ces étoffes. Le plus souvent matelassées, elles commencèrent à être connues et appréciées par l'intermédiaire des croisades. Au XIVe siècle, les ateliers de piquage de Sicile avaient adopté le trapunto, un procédé de piquage et de bourrage réalisé sur deux épaisseurs de tissus. La mode des costumes en trapunto gagna l’Angleterre puis la France. Et lorsque le négoce du textile marseillais voulut conquérir de nouveaux marchés, il décida d'embaucher des brodeuses siciliennes.

 

La Fillette au volant ou La Fillette jouant au volant est un tableau du peintre français Jean Siméon Chardin. Il est réalisé à l'huile sur toile, et mesure  82 x 66 cm. Il a été peint vers 1740 et se trouve à la Galerie des Offices de Florence, où il est exposé sous le titre Fanciulla che gioca au volano (« Fillette qui joue au volant »).

 

Jean Siméon Chardin, né le 2 novembre 1699 à Paris, mort dans la même ville le 6 décembre 1779, est considéré comme l'un des plus grands peintres français et européens du XVIIIᵉ siècle. Il est surtout reconnu pour ses natures mortes, ses peintures de genre et ses pastels.