Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

Fête de saint Eloi - français

PDF
Imprimer
Envoyer

FÊTE DE SAINT ÉLOI

« Per ipsum et cum ipso - auspice Maria »
(« Par lui et avec lui - sous les auspices de Marie »)

 

I.

L’Avent ! Et cette fête féerique de saint Éloi

Qui emplit d’azur mon cœur émerveillé !

Fête que j’attends tous les ans

Comme un double miracle,

Comme une magie évangélique

Comme une rose étincelante de blancheur

À la fin de l’automne vêtu d’or !

 

Fête qui vient comme un rêve

Tissé de chants bleus et de lys roses !

 

II.

Les odeurs, mon âme,

Révèlent le temps retrouvé

Elles sont les calices sacrés

Qui accueille sur l’autel

Du temple de la bonté

Le trésor des tornades mémorielles

Et les amitiés de long cours,

Refuge indéfectible pour temps d’orage !

 

III.

 

Ô Fête qui nous apprend

Que la beauté est une propriété

Transcendentale de l’Être,

Que l’âme est source de beauté

Qui abreuve la vie d’amour et de paix !

 

Ô saints, , vous avez été toujours

Les bornes et les balises de ma vie !

 

Seigneur, accorde-moi à présent

L’ardente clarté

D’nn profond sommeil moiré !

 

Athanase Vantchev de Thracy

 

Paris, le 6 décembre 2019

 

Glose :

 

Éloi de Noyon (Eligius en latin,  l'« élu », né vers 588 et mort le 1er décembre 660), évêque de Noyon, orfèvre et monnayeur. Il eut une fonction de ministre des Finances auprès de Dagobert.

 

Éloi est né  Chaptelat près de Limoges, de parents portant des noms gallo-romains ; son père s'appelait Eucher et sa mère Terrigie. On ne sait que peu de choses sur cette famille qui possédait sans doute quelques biens près de Limoges et était chrétienne. Le fait que Chaptelat se trouve dans une zone aurifère du Limousin et que saint Eloi fut orfèvre et monétaire a conduit certains historiens à envisager que la famille d'Eloi pouvait avoir des intérêts dans les exploitations aurifères du Limousin, sans qu'aucune preuve ne puisse en être apportée.

Il fut placé par son père, en apprentissage auprès d'Abbon, orfèvre réputé, qui fabriquait de la monnaie. Selon saint Ouen, au cours de son apprentissage, il « assistait fréquemment aux offices de l'église, où il écoutait avec une grande avidité tout ce qu'on disait des divines écritures. »

 

Éloi entra plus tard au service de l'orfèvre Bobbon, qui reçut une commande du roi Clotaire II pour la fabrication d'un trône d'or orné de pierres précieuses.

Clotaire II donna à Bobbon la quantité d'or nécessaire à la fabrication du siège, qui fut transmise à Éloi. Celui-ci fabriqua deux trônes en évitant la fraude sur la quantité d'or.

L'honnêteté d'Éloi paya, Clotaire II le garda dans son entourage.

L’orfèvre Éloi devint contrôleur des mines et métaux, maître des monnaies, puis grand argentier du royaume de Clotaire II, puis trésorier deDagobert Ier avant d’être élu évêquez de Noyon en 641.

 

L'Avent (du latin adventus : avènement, arrivée du Messie) est la période qui couvre quelques semaines précédant Noël (1er décémbre-24 décembre) ,

Dans l'Église catholique et la plupart des Églises protestantes, la couleur liturgique de cette période est le violet. Cependant, les épiscopaliens et les luthériens utilisent le bleu, et certains byzantins utilisent le rouge ou le blanc.

 

Moiré (adj.) : le moiré est un effet de contraste changeant avec la déformation d'un objet, indépendamment des effets d'ombre. On parle souvent du moiré d'une étoffe (par exemple de la soie). On peut obtenir un effet similaire en superposant deux voiles à maille régulière, ou bien lorsque l'on observe deux grillages l'un derrière l'autre, ou encore deux rambardes de pont, à une certaine distance.

Étymologie : de moire, d’abord écrit mouaire, de l’anglais mohair, lui même issu de l’arabe  mukhayar.