Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

Jean de la Barre - français

PDF
Imprimer
Envoyer

 

 

JEAN DE LA BARRE

« Per ipsum et cum ipso - auspice Maria »


(« Par lui et avec lui - sous les auspices de Marie »)

Ah, mon ange,

Viens, mon ange,

Admirons ensemble

Ce magnifique dessin

De Jean Clouet,

Ce portrait de Jean de la Barre,

Comte d'Étampes,

Sire de Véretz, vicomte de Bridiers,

Seigneur de Jouy,

Prévôt bailli de Paris,

Fidèle du roi François Ier,

Maître de la Garde-robe du roi,

Premier gentilhomme de la Chambre !...

 

Mais à présent, vêtu d’une tunique d’or,

Il se promène en compagnie

D’une envolée de jeunes anges

Et d’oiseaux blancs –

Poèmes vivants traversant les cieux –

Parmi les fleurs et les arbres du paradis.

 

Lui, devenu sel du sel

Et clarté absolue

D’avoir, dans un élan de pure générosité,

Posé les impérissables fondations

De la majestueuse église Saint-Eustache !

 

Oui, bénis tous les hommes

Qui ont orné les maisons de Dieu

D’un don si petit soit-il !

 

Les pierres qu’ils ont consacrées aux temples

Sont devenues inépuisables

Sources de joie pour leur âme

Et épaisses moissons

Le jour de leur mort.

 

Bienheureux les hommes

Qui, encore sur terre, ont su accorder

Leur vie à la beauté de l’aube

Et ouvrir leur cœur

À la splendeur incessante de l’éternité !

 

Ô lumière qui ne s’éteint jamais,

Aide-moi à marcher dans les pas

De Jean de la Barre !

 

Ô feuilles toujours vertes

De la miséricordieuse bonté

Qui bougent doucement

Dans le pur cristal du temps

Aussi légères que les pensées

Des enfants endormis

Dans les bras aériens du bonheur.

 

Ô Jean de la Barre,

Dieu en personne remplit de pétales de rose

Ton âme immortelle !

 

Athanase Vantchev de Thracy

 

Paris, le 7 novembre 2019

 

Glose :

Jean Clouet le Jeune (né vers 1480 à Bruxelles, mort en 1541 à Paris) est un peintre portraitiste originaire des Pays-Bas bourguignons. De 1516 à 1525, il se trouve à Tours où il se marie avec la fille d’un orfèvre. En1540, il obtient le titre de peintre du roi François Ier. Il y est en compagnie notamment de Jehan Perréal et de Jean Bourdichon. Ensuite, il est nommé valet de chambre extraordinaire du roi et a le privilège, qu'il transmettra à son fils, de faire son portrait.

Il fait de nombreux portraits des membres de la famille royale et de la noblesse. Ses portraits sont peints sur des panneaux de petit format, les modèles étant présentés à mi-corps, les visages éclairés d'une lumière, les mains posées au premier plan.

Il a laissé une œuvre peinte abondante, dont de nombreux portraits, ainsi qu'une série de 130 dessins conservés au musée Condé de Chantilly.  Pourtant, après sa mort, il tombe dans un oubli à peu près complet pendant près de trois siècles, jusqu'en 1850, date à laquelle sont exhumés des documents prouvant son existence. Depuis, des chercheurs ont peu à peu augmenté nos connaissances sur cet artiste et lui ont attribué de nouvelles œuvres. Il est le père de François Clouet.

 

Jean II de la Barre (né vers 1480, mort en 1534), comte d'Étampes en 1526, sire de Véretz en 1525, vicomte de Bridiers, seigneur de Jouy, fut prévôt bailli de Paris de 1523 à 1533. Fidèle du roi François 1er qu'il suivit à Pavie en 1525 et dans sa captivité madrilène en 1525-1526, il fut nommé successivement Premier maître de la Garde-robe et Premier gentilhomme de la Chambre, lieutenant du roi.

Il reçut le comté d'Étampes à titre viager en 1526, marque insigne de la faveur royale.

Jean II de la Barre posa, le 19 août 1532, la première pierre de l'église Saint-Eustache à Paris,