Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

Schlumbergera truncata - français

PDF
Imprimer
Envoyer

SCHLUMBERGERA TRUNCATA

 

« Als in gedult pomona die got »

(Comme à Gedult règne la déesse Pomona »)

Toi, magnifique fleur de Noël,

Si tendrement rose, si souriante !

 

Mère de mon Dieu,

Ouvre de ta main de pure lumière

Le livre dense de ma conscience

Quand l’hiver, vêtu de son manteau

De neige étincelante

Frappe à la porte de ma maison !

 

Alors, mon ange, je peindrai

Ton taciturne portrait

Sur le givre vierge de ma fenêtre

Pour te dire que le bonheur

Existe toujours !

 

Ton âme frôlera mon âme

Et le Parnasse coulera comme un fleuve

Dans les frissons de nos corps immaculés !

 

Le vent ami chassera les flocons duveteux

De nos visages illuminés !

 

Ô intransigeance, ô virtuosité blanches

De la saison glaciale,

Toi qui sais exprimer avec une calme fureur

Les soubresauts de notre humanité convulsée !

 

Fatigué sera le calendrier

Quand, bleu incandescent,

Le soir viendra

Et un tendre chagrin

Tombera sur nos cœurs !

 

L’âme débordante de bonté,

Nous tendrons nos bras en arrière

À ceux qui marche plus lentement que nous

Sur le chemin du divin Noël !

 

Athanase Vantchev de Thracy

 

Paris, le 28 octobre 2019

Glose :

Schlumbergera truncata (Cactus de Noël) est une espèce de plantes succulentes appartenant à la famille des Cactaceae.  Floraison de novembre à mars, unique ou en plusieurs périodes. La couleur des fleurs varie du rose au rouge.

 

Als in gedult Pomona die got : ex-libris et devise d'un membre de la famille Gundlach. Pomone ou Pomona, nymphe d'une remarquable beauté, est la divinité des fruits. Elle déteste la nature sauvage et lui préfère les jardins soigneusement entretenus. Aucune nymphe ne connaissait comme elle l'art de cultiver les jardins et surtout les arbres fruitiers. Pomone n'avait aucune attirance pour les hommes mais fut recherchée en mariage par tous les dieux champêtres.

Parnasse (n.m.) : le mont Parnasse est, dans la mythologie grecque, le lieu de résidence d'Apollon et des neuf Muses. L'usage métonymique de ce nom pour désigner une assemblée de poètes est déjà ancien lorsque l'éditeur Alphonse Lemerre publie à partir de 1866 une anthologie de poésie moderne qui prend le nom de Parnasse contemporain. Le mot désigne tout de suite ces poètes qui se reconnaissent dans leur réaction contre le Romantisme. D'abord groupés autour de Théophile Gautier, ils se réunissent le samedi soir chez Leconte de Lisle ou José-Maria de Hérédia : Banville, Villiers de l’Isle-Adam, Sully Prudhomme, François Coppée apparaissent comme les plus représentatifs du groupe..