Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

ANTONIO CANOVA - français

PDF
Imprimer
Envoyer

ANTONIO CANOVA

Le splendide Antonio Canova

Et cette Danse des fils d’Alcinoüs

Dans la lumière pourpre

Qui orne les soirs amoureux !

 

Une telle élégance des corps

Qu’on les eût confondus

Avec des esprit éthérés

Qui s’élancent vers les sommets du temps !

 

Une confuse moiteur

Fait briller leurs muscles virils,

Ils ont le ciel et la terre,

L’été, le ciel et la mer

Dans leur jeune chair éblouissante.

 

Ils ignorent le calendrier secret

Des heures de souffrance,

Étrangers aux rites de supplication,

De sacrifices et de prière.

 

Ah ces regards, Virtuose Canova,

Ces regards qui ne fléchissent jamais,

Ah le visage d’Alcinoüs,

Maître de l’art spagyrique,

Avec cette grande paix

Dans les traits sculptés par

L’interminable beauté de la sagesse !

 

En ce tendre journ d’octobre,

Les cloches des églises

Sonnent à toute volée !

 

Ah cette espérance bleue

Malgré les cataclysmes !...

 

Athanase Vantchev de Thracy

 

Paris, le 11 octobre 2019

 

Glose :

Antonio Canova (1757-1822) est un sculpteur et peintre italien. Né à Possagno, possession de la République de Venise, dans une famille de tailleurs de pierre depuis des générations, il apprend dès son plus jeune âge l'art de la taille du marbre. En 1768, sur la recommandation du sénateur Giovanni Falier, il est placé comme apprenti chez le sculpteur Giuseppe Bernardi, à Pagnano, avant d'intégrer l'école Santa Marina à Venise.

Après avoir remporté plusieurs prix à l'Académie des beaux-arts de Venise, il y donne successivement plusieurs ouvrages qui le mettent bientôt au premier rang des sculpteurs modernes, et dans lesquels il sait allier l'imitation de la nature avec les beautés idéales à l'antique. Il étudie l'art antique et sculpte, tout au long de sa vie, diverses statues inspirées des mythologies grecque et romaine, ainsi que des cénotaphes, des bustes et des statues en pied de divers personnages célèbres de l'époque. Il est renommé pour la délicatesse de ses sculptures sur marbre. Son œuvre est considérée comme l'archétype de la sculpture néoclassique et a fait l'objet de plusieurs études de Mario Praz.

Il consacre une bonne partie de la fortune que lui vaut son art à des activités de bienfaisance ou de soutien à de jeunes artistes ou d'artistes dans le besoin.

Il pratique également la peinture avec succès. Appelé plusieurs fois à Paris par Napoléon, il revient en 1815, chargé par le pape de présider à la reconnaissance et à la translation des monuments enlevés à Rome et que réclame le gouvernement pontifical en application des clauses du Congrès de Vienne. Il est chargé de négocier avec Dominique Vivant Denon la restitution par la France des œuvres d'art italien volées par l'armée napoléonienne. Il est anobli et reçoit un certain nombre de distinctions honorifiques.

Une de ses œuvres les plus remarquables est La Danse des fils d’Alcinoos.

 

Alcinoos : dans la mythologie grecque, Alcinoos, en français Alcinoüs ou Alkinoos (en grec ancien  Ἀλκίνοος / Alkínoos, « esprit puissant »), était un fils de Nausithoos ou de Phéax, et le père, par Arété, de Nausicaa, d’Halios, de Clytonée, de Laodamas, etc.

Dans le mythe de Jason et des Argonautes, Alcinoos est représenté comme vivant à Drepanum  avec sa femme Arété. Les Argonautes, de retour de Colchis, débarquèrent sur cette île. Quand les Colchiens, dans leur poursuite des Argonautes, y arrivèrent de même et demandèrent que Médée, l'amoureuse de Jason, leur soit rendue, Alcinoos déclara que si elle était encore vierge elle devait leur être rendue, mais que si elle était déjà mariée à Jason, il protégerait lui-même le couple contre les Colchiens. Arété, entendant cela, maria sur le champ Jason et Médée. Les Colchiens furent contraints, suite au stratagème d'Arété, de partir sans leur princesse et les Argonautes reprirent leur voyage de retour après avoir reçu de magnifiques présents d'Alcinoos.

Selon Homère, Alcinoos était le chef des Phéaciens sur l’île de Schérie et il avait par Arété cinq fils et une fille, la princesse Nausicaa.

Interprétation alchimique

Selon le philosophe spagirique Emmanuel d’Hooghvorst, les récits qu'Ulysse fait de ses nombreuses aventures au sage Alcinoos dans l'Odyssée sont comme une révélation faite par l'or des Philosophes à celui qui le loge. Alcinoos serait donc l'image, présentée par Homère, de l'alchimiste traditionnel recevant les confidences de l'or. Ce secret, venu du fond des âges et de l'Égypte, se transmet et se garde sous le sceau de la fiction.

Spagirique ou  spagyrique : qui appartient à l'ancienne chimie ou à l'alchimie; qui s'en sert.  L’Art, la science spagyrique.