Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

Le cormier - français / anglais

PDF
Imprimer
Envoyer

LE CORMIER

 

La douce voix du vent

Se mêle aux suaves sonorités de mes poèmes.

Mes mots qui sentent le miel

Tombent comme des flocons de neige

Sur la blancheur de la feuille.

 

Sous l’élégant cormier,

La frêle pensée épouse la grâce de la poésie.

Mon ange, sont saints

Les enfants des saints,

Saints comme le pain des champs.

 

Marchant dans les allées dorées,

Je chasse chagrin et tristesse.

Mes larmes lavent attentivement

La poussière du jour.

 

J’entends le silence

De la source en jachère

Où, captivant les regards,

Poussent des renoncules solaires.

 

Et là, au bout du jardin,

Tu souris mon ange,

Toi en robe de ciel et d’eau,

Belle comme la Vierge Déipare.

 

Quel beauté, quelle bénédiction,

Cet air empli

De la nostalgie de l’automne,

Ce ciel qui ajoute encore

Un peu de félicité

Aux jardins dénudés

Et aux allées profondément fatiguées. .


Merci, mon Dieu,

D’être deux !

 

Merci !

 

Athanase Vantchev de Thracy

Paris, le 5 octobre 2019

Glose :

Le Cormier ou Sorbier domestique est un arbre de la famille des Rosacées. Il donne des fruits appelés « cormes » ressemblant à des petites poires, d'où leur surnom de poirillons. Il fait partie des espèces testées en agrosylviculture en France, dans des champs ou vignes.

 

Déipare : du latin Deipara, « Mère de Dieu ». Le titre de Théotokos (du grec Θεοτόκος, « qui a enfanté Dieu »), ou de Mère de Dieu, attribué à la Vierge Marie, apparaît sous la plume d'Alexandre d’Alexandrie en 325, l'année du Premier concile de Nicée. Dans l'Église latine, le titre de Mère de Dieu est parfois rendu par Deiparae Virginis Mariae. La Vierge Déipare cherche les égarés et sauve ceux qui sont en train de périr.

 

ENGLISH :

 

 

The Service Tree

 

The wind’s gentle voice

mingles with the sweet tones of my poems.

My words scented with honey

fall like snowflakes

onto the whiteness of the page.

 

Beneath the elegant tree,

fragile thought weds the grace of poetry.

My angel, the children of saints

are also saints,

saints like bread from the fields.

 

Walking in the golden valleys,

I drive away sorrow and regret.

Carefully my tears wash away

the dust of the day.

 

I hear the silence

of the fallow spring,

where sunlit buttercups grow,

captivating the eyes.

 

And there, at the end of the garden,

you smile, my angel,

you in your dress of sky and waters,

beautiful as the Blessed Virgin, Mother of God.

 

What beauty, what a blessing,

the air filled

with the nostalgia of autumn,

the sky adding a little

more bliss

to the bare gardens

and to the deeply weary lanes…

Thank you, Lord,

for being Double!

 

 

Translated from the French of Athanase Vantchev de Thracy by Norton Hodges

 

Mis à jour ( Dimanche, 06 Octobre 2019 18:06 )