Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

SHINRIN YOKU - français

PDF
Imprimer
Envoyer

SHINRIN YOKU

 

Forêt, ô magique forêt,

Bleutée, dorée, resplendissante,

Lieu sacré, royaume des lapis-lazuli,

Paradis de toute guérison,

Don généreux que le Dieu de l’amour

M’a offert !

 

Toi, forêt qui vibre

Sous le métal incandescent du ciel !

 

Chevelure verte

Des élégants bouleaux,

Splendide robustesse des chênes,

Des hêtres et des frênes !

 

 

Ô foret, ô soleil

Parmi les opacités des fourrés,

Ce qui m’importe,

C’est d’être à l’heure avec

Les battements de mon cœur !

 

Me plonger en toi, ô tendre sylve,

M’émerveiller, me ravir,

M’imprégner de tous les parfums, aiguiser

Mes sens, ma disposition innée à guérir !

 

Marcher lentement, très lentement,

Respirer l’espace,

Boire les images étincelantes,

Embrasser l’ineffable candeur

Des bruits mystérieux

Des herbes, étreindre le doux bruissement

Des feuilles rutilantes des arbres,

Calmes et majestueux dans leur sveltesse solennelle !

 

Savourer le chant aérien

Des myriades d’oiseau

Et la radieuse humidité des fougères !

 

Ô ardentes tentations

Des dryades !

Admirer les chatoyantes nuances

De vert des buissons, voguer

Sur les rayons du soleil

Qui se faufilent à travers

Les dentelles des branches.

Placer mes mains sur le tronc d’un arbre,

Trempez mes doigts

Dans l’eau claire et fraîche d’un ruisseau.

M’allonger sur le sol de velours

Et rêver, rêver, rêver, ô mon ange,

Rêver !

 

Glose :

Shinrin Yoku ou bain de forêt est une pratique médicale très populaire au Japon. La sylvothérapie est un mode de soin qui consiste à installer les malades dans la forêt pour leur offrir un air plus sain.

 

Sylve (n.f.) : du latin silva, lui-même du grec sylva, « selve ». Terme poétique : forêt.

Dryade (nf.) : du grec ancien Δρυάδες / Druádes, de δρῦς / drûs, qui signifie «chêne ».

Les dryades sont, dans la mythologie grecque, des divinités mineures liées aux arbres en général et plus particulièrement aux chênes. Le nom de dryades fut utilisé plus tard pour désigner les figures divines présidant au culte des arbres et de la forêt. Elles sont généralement considérées comme des créatures très timides qui se montrent rarement.