Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

Sirine et Alkonost - français / anglais

PDF
Imprimer
Envoyer

SIRINE ET ALKONOST

 

Oiseaux de mon enfance solaire,

Oiseaux de mes rêves d’adolescent heureux,

Créatures du folklore russe,

Enfants de l’azur hellénique,

Images, idées qui sourdent

Des profondeurs de l’âme antique !

 

Vous êtes les lauriers d’or du succès,

La sereine amertume de la divine poésie,

Chants où bruissent les couronnes majestueuses

Des chênes centenaires,

Lumineuse, sublime, extravagante

Monomanie de la tristesse !

 

Vous, poésie, aristocratie verbale du monde,

Émotions sensuelles et ardent désir de vie !

 

Vous descendez dans mon cœur

Quand le doux vin de Naxos,

Gardé dans des amphores ciselées dans l’albâtre

Et chargées de mystères universels,

Pénètre mes veines inspirées !

 

Pâle comme l’ivoire

J’écoute, en aède célestement attentif,

Vos chants prophétiques

Et deviens chant de soleil,

En proie au spasme d’un plaisir divinement agité !

 

Vous, ornées de rubis, fragments

Étincelants des arcs-en-ciel,

Venez ce soir vers moi,

Changez mon corps en lyre,

Mes pensées en cordes d’or

Et mon sang en diamant pur

Afin que, comme saint Éphrem de Syrie,

Je loue, tremblant d’enthousiasme,

Les infinies splendeurs de la Création !

 

Athanase Vantchev de Thracy

 

Paris, le 18 septembre 2019

 

Glose :

 

Sirine ou Sirin (n.f.) : (en russe : Сирин) est une créature mythologique slave que l’on trouve plus particulièrement dans les légendes russes. Elle a la tête et le buste d’une très belle femme et le corps d’un oiseau (habituellement un hibou). Elle est un des oiseaux prophétiques du folklore russe avec Alkonost et Gamayun. Conformément à la légende, elle vit dans les « terres indiennes » proche d’Eden ou autour du fleuve Euphrate.

Mi-oiseau, mi-femme, elle doit son existence aux légendes grecques sur les sirènes. Son chant ensorcelle les gens qui en perdent aussi la mémoire. Seul un homme heureux peut entendre ce chant. Elle chante de mélodieuses chansons aux saints, leur prédisant des joies futures. Cependant, pour les mortels, Sirine est dangereuse : les hommes qui l’écoutent oublient tout de la vie terrestre, y compris boire et manger, ce qui cause finalement leur mort. Afin de dissuader l’oiseau, les gens tentaient d’échapper à Sirin en tirant des coups de canon, en appuyant sur les sonnettes ou en faisant tout simplement du bruit. Rares sont ceux qui peuvent la voir, car elle vole très vite.

Quelquefois, Sirine est considérée comme une métaphore du mot de Dieu entrant dans l’âme de l’homme. Quelquefois, elle est vue comme une métaphore tentant les faibles hérétiques. Sirine était aussi considérée comme une sirène ou l’équivalent de la Wila polonaise. Dans le folklore russe, Sirin a été associée au théologien et saint Éphrem le Syrien.   Les poètes lyriques provinciaux comme Nikolaï Kliouïev utilisaient souvent Sirine comme synonyme de poète.

L’Alkonost (n.f.) : (en russe : Алконост) est une créature mythologique slave que l’on trouve plus particulièrement dans les légendes russes. Elle a la tête et le buste d’une très belle femme et le corps d’un oiseau. Elle est un des oiseaux prophétiques du folklore russe avec Sirine et Gamayun. Le nom Alkonost vient du demi-dieu grec Alcyone transformé par les dieux de l’Olympe en martin-pêcheur. Elle est aussi associée au dieu perse du soleil Khors, Hurs, Hors ou Chors,

L'Alkonost est magique. Par exemple, durant les 6 à 7 jours où elle couve ses œufs sur la côte, la mer et le temps restent calmes et le vent faible remplace la tempête. Le chant triste et magique de sa voix est si beau et doux qu’il fait tout oublier à celui qui l’écoute. Pour l’Église orthodoxe russe, l’Alkonost personnifie la volonté de Dieu. Elle vit au paradis, mais entre dans notre monde pour livrer un message. À la différence de Sirine, l’Alkonost n’est pas considérée comme une créature maléfique.

Monomanie (n.f.) : idée fixe, obsession.

Naxos est une île grecque située au sud de la mer Égée et la plus grande île des Cyclades. Son paysage fertile couvre des villages de montagne, des ruines antiques et de longues plages. Sa capitale homonyme (également appelée Hora ou Chora) est une ville portuaire peuplée de maisons cubiques blanchies à la chaux et de demeures vénitiennes médiévales. Situé au sommet d'une colline, le château de Kastro date du XIIIe siècle et abrite un musée archéologique.

 

Éphrem le SyrienÉphrem de Nisibe ou Éphrem le Syriaque, né vers 306 à Nisibe et mort en 373 à Édesse, était un diacre syrien et un remarquable théologien. Saint et docteur de l’Église catholique depuis 1920. Il est l’auteur de plusieurs hymnes et poèmes d’une incomparable beauté !

Le diacre Éphrem était chargé de l’École théologique de Nisibe lorsque surgirent les Perses. Il se réfugia avec ses élèves à Amida puis à Édesse (aujourd’hui Urfa en Turquie) en 363 où il demeura jusqu'à sa mort en 373. Il mena une vie de contemplation entretenue par une austérité extrême. C'est de cette flamme intérieure que jaillit ce lyrisme qui a fait de lui la «harpe du Saint-Esprit ».

Il est fêté le 28 janvier dans les Églises de rite byzantin2 et le 9 juin dans l'Église latine3. De plus, il est fêté le 7e samedi avant Pâques dans l'Église syriaque orthodoxe, le 18 juin dans les Églises maronitechaldéenne et latine selon l'ancien calendrier ainsi que le 22 juillet dans l'Église copte orthodoxe.

 

ENGLISH :

 

Sirin and Alkonost

 

Birds of my sunlit childhood,

birds of my happy adolescent dreams,

creatures of Russian folklore,

children of the Hellenic azure,

images, ideas arising from

the depths of the ancient soul!

 

You are the golden laurels of success,

the serene bitterness of divine poetry,

songs in which I hear the rustle of the majestic crowns

of century-old oaks,

luminous, sublime, extravagant

monomania of sadness!

You, poetry, verbal aristocracy of the world,

sensual emotions and passionate desire of life!

 

You descend into my heart

when the sweet wine of Naxos,

preserved in embossed alabaster amphorae

and heavy with universal mysteries

penetrates my inspired veins!

Pale as ivory

I listen, a bard attentive to heaven,,

to your prophetic songs

and I become the song of the sun

prey to the spasm of a divinely stirred pleasure!

 

You, adorned with rubies, sparkling

rainbow fragments,

come to me tonight,

change my body into a lyre,

my thoughts into golden strings

and my blood into pure diamond

so that, like St Ephraim the Syrian,

I will praise, trembling with fervour,

the infinite splendours of Creation!

 

 

Translated from the French of Athanase Vantchev de Thracy by Norton Hodges

 

Mis à jour ( Jeudi, 19 Septembre 2019 14:56 )