Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

Le cri perçant des fifres - français

PDF
Imprimer
Envoyer

LE CRIS PERÇANT DES FIFRES

« Vous êtes mes parfums d’ambre et de miel, ma palme »

Renée Vivien

 

Le cri perçant des fifres,

Ta chevelure qui chante

Sous les caresses du peigne

Et ton esprit supérieur

En pénétration, en liberté

Et en clarté !

 

Nous, en cette nuit,

Arrachés, mon ange,

De l’abondance du temps !

 

Être nous-mêmes

Et dégager cette tendre lumière

Qui illumine et clarifie

L’eau qui dort

Dans les calices des fleurs.

 

Restons longtemps ainsi,

Calmes et immobiles

Sous l’immense voile

Du firmament de lys.

 

Nous, dont le silence

Sait composer de larmes

Des poèmes divins !

 

Athanase Vantchev de Thracy

 

Paris, le 1 septembre 2019

 

Glose :



Renée Vivien, née Pauline Mary Tarn, surnommée « Sapho 1900 », est une poétesse britannique de langue française du courant parnassien de la Belle Époque.

Elle était la fille d’une américaine et d’un britannique fortuné (John Tarn) qui mourut en 1886, lui laissant un héritage qui la mettait à l’abri du besoin. 

Elle voyagea beaucoup à travers le monde. Ainsi, le Japon, Mytilène et Constantinople figuraient au nombre de ses destinations préférées.

Fifre (n.m.) : le fifre est un petit instrument de musique à vent, plus précisément un bois appartenant à la famille de la flûte traversière.

Il est fabriqué en bois (ébène, buis, arbre fruitier ou canne de Provence -  Arundo donax), comporte six ou sept trous de jeu, et parfois une clé. De perce conique ou cylindrique, cet instrument est le plus souvent dans la tonalité de mi bémol,  ou si bémol. Sa petite longueur permet de sonner sur un ambitus de deux octaves et demie, dans une tessiture aiguë avec une échelle diatonique. Quelques altérations peuvent cependant être jouées en bouchant partiellement les trous de jeu, par un instrumentiste expérimenté.

 

Ambitus (n.m.) : dans le domaine de la musique, le mot ambitus (du latin ambire signifiant « entourer » [aller à l'une et l'autre des extrémités]) désigne l'« étendue d'une mélodie, d'une voix ou d'un instrument, entre sa note la plus grave et sa note la plus élevée ».