Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

ALYPIUS - français

PDF
Imprimer
Envoyer

ALYPIUS

 

Totalité du temps, immortelle musique

Faisant danser les riches parures des lys !


Toute cette journée sans mot,

Piaillement aérien des moineaux

Au-dessus de la sylvestre fraîcheur

Du chant du ruisseau !

 

Les notes délicieuses

Des hymnes antiques des Grecs !

 

Alypius, toi qui as compris

Le sens des signes mystiques !

 

Et moi qui lis, grâce à toi,

Superbe Alypius,

Sur la soie nacrée

Des paupières splendides des hommes

La tendre mélodie de ce matin doré !

 

J’embrasse les mains du vent

Où le solstice d’été

A écrit la douce musique

De l’univers !

 

Légendes festives

Des somptueuses forêts,

Où règne la rauque voix

Du sage Cernunnos, dieu roi,

Dieu magicien !

 

Une femme s’en va

Le long du quai aérien du fleuve,

Ses pas de pure musique

Résonnent dans l’air rapide

Comme le bronze mélodieux

Des cloches sacrées !

 

Ô mon âme, mon âme,

Pour l’homme qui part,

Pour l’homme qui reste

Même, même est la musique

Des lumineux péans

Composée par Euripide le Grand,

Par fastueux Carcinos

Et Thimothée le citharède,

Même les hymnes d’amour

Jaillis des mains de Mésomède de Crète,

Le chantre tant aimé de l’empereur Hadrien !

 

Athanase Vantchev de Thracy

 

Paris, le3 août 2019

 

Glose :

 

Les secrets de la notation :

Un patrimoine rarissime que les scientifiques de l'Institut de recherche et d'histoire des Textes (IRHT) traquent, traduisent et transcrivent pour faire resurgir du fond des âges des mélodies composées par Euripide, Carcinos ou Timothée, des péans dédiés à Apollon datés du IIe siècle av. J.-C, des hymnes à Lemnos ou des œuvres de Mésomède de Crète, le musicien préféré de l'empereur Hadrien.

 

Comprendre le fonctionnement de ce système de notation n'a été possible que grâce à la traduction providentielle, en 1652, d'un traité de musique antique par un prodige danois du nom de Marcus Meibom. Retrouvé au XVIIe siècle après avoir été transmis via différents manuscrits médiévaux, ce traité, rédigé en 360 de notre ère par un certain Alypius, contenait les explications des symboles musicaux de l'Antiquité grecque ! Ainsi, quand à la fin du XIXe siècle, les papyrus musicaux commencèrent à être découverts, ils possédaient déjà leur pierre de Rosette. Grâce à cela, il nous est aujourd'hui possible, 2000 à 2500 ans plus tard, d'entendre les mélodies et chants qu'écoutaient Jules César ou encore Marc Aurèle.

 

Péan : chez les Grecs, le péan est une œuvre en cinq temps qui célèbre les puissances divines, et en particulier Apollon.

 

Cernunnos : divinité, figure majeure du panthéon celtique, Cernunnos incarnait le cycle biologique de la nature, reflétant simultanément la vie et la mort, la germination et le dépérissement, à l'image du cerf, l'animal qui le symbolise, lequel perd ses bois en hiver pour les recouvrer au printemps.

 

Carcinos le Jeune est un poète et musicien tragique actif vers 380-360 av. J.-C.

Fils de Théodectès ou de Xénoclès, il serait le petit-fils de Carcinos l’Ancien.

Toutes les tragédies mentionnées par les Anciens sous le nom de Carcinos lui appartiennent probablement. La Souda lui attribuait 160 tragédies, mais nous ne possédons que les titres et les fragments de neuf d’entre elles et quelques bribes. En ce qui concerne le style des œuvres de Carcinos, on parle habituellement de « Καρκίνου ποιήματα », expression usuellement employée pour évoquer une poésie obscure.

Depuis 2004, nous possédons un fragment de papyrus de musique composée par Carcinos le Jeune et appartenant à sa tragédie Médée.

 

Timothée de Milet (vers 445 – vers 357 av. J.-C.) était un compositeur et citharède.  Ce fut lui qui ajouta quatre cordes à la lyre et produisit par là des effets d'harmonie inconnus jusqu'alors. Il a fait partie de la cour du roi Archélaos Ier de Macédoine, avec le grand Euripide.

 

Mésomède de Crète est un musicien, citharède du IIe siècle, natif de l'île de Crète, affranchi de l'empereur romain Hadrien. Il a écrit des panégyriques en l'honneur d'Antinoos de Bithynie, favori et amant de l'empereur Hadrien, pièces transmises par divers manuscrits.

Mis à jour ( Samedi, 03 Août 2019 20:23 )