Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

PALMYRE (français / espagnol)

PDF
Imprimer
Envoyer

 

 

PALMYRE

Je t’aime ! Les mots sont tristes comme un immense départ    
    Qui doublement sépare le cœur de l’infini !
Je t’aime avec la brise, avec le doux bruit
    Des coccinelles qui marchent vers l’ombre du soir !

Je t’aime avec l’aurore qui tremble dans tes yeux,
    Avec l’éternité parmi tes cils de lin !
Je t’aime avec les pleurs, avec le temps serein
    Des âmes de lumière, de l’air vertigineux !

Je t’aime avec l’abîme dément de l’insomnie,
    Avec les caravanes qui veillent sur mon délire,
Avec la force de l’eau et la fureur d’un cri !

Je t’aime ! Ô grande nuit, renverse sur ma Palmyre
     Les océans de feu, les myriades de chants,
Les lacs de la tendresse dans l’ambre de son sang !

                        Athanase Vantchev de Thracy

Glose :

Palmyre : du grec palmura, traduisant l’antique terme tadmor, « cité des palmiers ». Oasis du désert de Syrie, capitale de la Palmyrène. Mentionnée dès le III millénaire av. J.-C., Tadmor subit l’influence des Amorites, des Araméens, puis des Arabes. Elle s’hellénisa après la conquête d’Alexandre le Grand, puis, au Ier siècle, entra dans l’orbite de Rome. De 260 à 272 ap. J.-C., sous le règne d’Odenath, puis de sa femme Septima Zenobia (Zénobie), Palmyre devint une véritable puissance. C’est une des plus belles cités antiques ! La plupart de ses monuments sont bien conservés : sanctuaire du dieu Bel (peut-être un ancien dieu Bôl), rue bordée d’arcades et arche monumentale, théâtre, caveaux (hypogées) et tours funéraires.

 

ESPAGNOL :

 

PALMIRA

(UNA DE LAS MAS BELLAS CIUDADES ANTIGUAS DE SYRIA)


¡ Te quiero! ¡ Las palabras están tristes como un inmensa partida
que doblemente separa el corazón del infinito!
¡ Te quiero con la brisa, con el dulce crepitar
de las mariquitas qué marchan hacia la sombra de la tarde!


Te quiero con la aurora que tiembla en tus ojos,
con la eternidad entre tus pestañas de lino!
Te quiero con las lágrimas, con el tiempo sereno
de almas de luz, del aire vertigino


¡ Te quiero con el abismo demente del imsomnio
con los tropeles qué velan sobre mi delirio,
con la fuerza del agua y el furor de un grito!

¡ Te quiero! Oh gran noche, opuesto viento sobre mi Palmira
los óceanos de luz, las miríadas de cantos,
los lagos de la ternura en el ámbar de su sangre!



         Athanase Vanchev de Thracy

Traduit en espagnol par Janice Montouliu (Uruguay)

Mis à jour ( Dimanche, 07 Février 2010 18:20 )