Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

Lueur immédiate - français

PDF
Imprimer
Envoyer

LUEUR IMMEDIATE

Ô matin de juillet, toi qui exaltes

La plénitude de cette étincelante chaleur,

 

Matin aussi passionné

Que la fiévreuse poésie de Nicolas Guillén,

Poésie qui chante

Les pulsations flamboyantes

De la chair vibrante de Cuba,

Les jaunes chars des jours,

Le galop bleu des années,

La féroce tempête de ses mots

Gravés sur le vélin des saisons !

 

Ô matin qui unis la soif de mon cœur

À l’eau vive des caresses !

 

Ah, le grain savoureux de l’air,

La tardive floraison de la joie,

Le visage brûlant de la terre

Et le feu sagace de ton regard d’enfant !

 

Et le goût de ton corps de voile,

De vague et d’azur, de clarté mouillée,

De lumière qui vacille

Dans le bleu campanule des pupilles !

 

O Seigneur, je garde

Les minuscules semences d’amour,

De champs immanents des possibles,

Et de désir solaire

Que tu m’avais confiées !

 

Athanase Vantchev de Thracy

 

Paris, le 24 juillet 2019

Glose :

Nicolás Cristóbal Guillén Batista (1902-1989), Cubain, est un des plus grands poètes de l’Amérique latine.

Métis, Nicolas Guillén est le fils d'un imprimeur. Après son bac, en 1920, il fait des études de droit et devient avocat, puis journaliste.

En 1937, il quitte Cuba et s'engage auprès des Républicains espagnols durant la Guerre d’Espagne. Après le coup d'État de Batista en 1952, il s'exile à Paris puis, après la victoire de Fidel Castro, il revient à Cuba. Il a été proclamé « poète national » en 1961.

Il obtient le Prix Lénine en 1954 et l’lnternational Botev Prize (Bulgarie) en 1976.

Sa poésie parle du métissage, du respect de l'autre, du refus de l'injustice, de l'impérialisme et de la colonisation. On lui reconnaît généralement d'avoir inventé, sous l'influence de la négritude francophone, une poésie d'inspiration africaine et antillaise du nom de « négrisme » (en espagnol : « negrismo »). Cela est tout particulièrement sensible dans ses premiers recueils de 1930 et 1931, Motivos de Son et Songoro Cosongo. Mais les thématiques africaines sont loin de résumer toute son immense œuvre, qui est plus généralement tournée vers la question de l'identité cubaine, l'engagement aux côtés des régimes communistes et le rejet de l'impérialisme des États-Unis.